Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Sarkozy voudrait augmenter son salaire de 140% (soit x2et1/2) et le budget de l'Elysée multiplié par trois

30 Octobre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #Comité NPA d'EVREUX

Travailler plus pour gagner plus: l'exemple de Nicolas Sarkozy qui veut augmenter son salaire de 140% ! 
Soit une hausse de presque  2 fois et demi !

Selon la lettre hebdomadaire Profession politique citant une note interne de l'Elysée, le cabinet de la présidence préconiserait une augmentation de la rémunération du président de la République (actuellement 101.488 euros brut annuels, contre 240.000 pour le Premier ministre).


S’agissant de la délicate question de la rémunération du Président (101 488 euros en 2007), la note de l’Élysée juge “souhaitable que celle-ci soit fixée par la loi et portée à un niveau comparable à celle du Premier ministre et des homologues étrangers du président de la République française”. Le salaire brut du Premier ministre atteint 240 000 euros brut par an, soit 140 % de plus que celui du chef de l’État... Au passage, l’Élysée propose de donner une “base juridique plus solide au statut des anciens présidents de la République et aux moyens que l’État leur alloue

Rappelons que Sarkozy a refusé en juillet 2007 d'augmenter les minimas sociaux (pas de "coup de pouce" pour le SMIC ni pour le RMI et l'allocation adulte handicapé,...). Voilà comment Sarkozy met en pratique sa devise "travailler plus pour gagner plus": "je m'augmente d'abord parce que moi je travaille beaucoup, mais beaucoup plus que les autres".


Budget de l’Élysée : de 32 à 100 millions ? 
Selon une note que Profession Politique s’est procurée, l’Élysée s’engage à réformer sans tarder les comptes de la présidence. Dans un souci de “transparence”, les crédits alloués devraient tripler l’an prochain. Le budget sera désormais certifié par la Cour des comptes. 

Le budget de l’Élysée va tripler en 2008. Alors que la loi de finances prévoyait une enveloppe de 32 millions, les crédits accordés devraient finalement s’élever à 100 millions... par souci de transparence. Dans une note adressée au rapporteur de la mission budgétaire Pouvoirs publics à l’Assemblée nationale, Emmanuelle Mignon, directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, estime que l’Élysée “sera en mesure, en principe avant la fin de l’année 2007 pour un budget clarifié et transparent dès 2008, de demander au Parlement une consolidation de sa dotation”. En clair, la présidence va réintégrer dans ses comptes plus de 800 personnes actuellement “prêtées” par les administrations. Actuellement, 159 postes sont rémunérés directement par l’Élysée (98 contractuels et 61 mis à disposition par différents organismes ou entreprises publiques). Cette opération de transparence conduira “mécaniquement” à une augmentation de la dotation “grosso modo de 32 à 100 millions d’euros”, écrit Emmanuelle Mignon, qui insiste sur la nature “purement comptable de l’opération”. “Elle sera sans effet sur le montant réel des dépenses de la présidence et compensée par une réduction correspondante des crédits actuellement alloués aux ministères pour financer les activités de la présidence”, précise la note. L’Élysée paiera donc les salaires et les charges de tous ses collaborateurs, “aussi bien le personnel permanent que les collaborateurs directs du Président”. Une somme en moins à payer pour les administrations (Quai d’Orsay, police nationale, Défense...). Cette pratique devrait être étendue à l’ensemble des cabinets ministériels, comme devrait le préconiser le comité Balladur sur les institutions.
Faute de temps, l’Assemblée nationale ne pourra pas intégrer les modifications concernant le budget de l’Élysée. C’est donc le Sénat, en deuxième lecture, qui devrait accorder l’augmentation de la dotation souhaitée par la présidence.

Lire la suite

Appel de la Coordination Nationale Universitaire de Toulouse des 27 et 28-10-2007

29 Octobre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #RESISTANCE

Appel de la Coordination Nationale Universitaire de Toulouse

 

APPEL DE LA COORDINATION NATIONALE DES 27 ET 28 OCTOBRE 2007

Une coordination nationale universitaire, rassemblant 36 délégués mandatés par 21 universités, s’est réunie les 27 et 28 octobre à Toulouse suite à une nouvelle attaque du gouvernement contre le service public de l’enseignement supérieur : la loi Pecresse, dite "de libertés et responsabilités des universités" (LRU).

Cette loi permet un désengagement financier de l’État au profit des entreprises et des intérêts privés qui par leur présence accrue dans les conseils influenceront forcément le contenu des cours. Les universités auront ainsi moins de financement pour les filières considérées comme non-rentables par les nouveaux financeurs. Elles seront gérées comme des entreprises sur des bases de rentabilité : mise en concurrence des universités et des personnels, précarisation et dégradation des conditions de travail et des salaires, concentration des pouvoirs au sein des conseils d’administration et dans les mains du président de l’université. La loi instaure également une pré-sélection des lycéens à l’entrée de l’université.

Ce démantèlement de l’enseignement supérieur est encadré par le processus de Bologne, initié en 1999, dont l’objectif principal est la mise en concurrence des universités à l’échelle européenne (d’où aujourd’hui des frais d’inscriptions à 1000 euros en moyenne en Allemagne et au Portugal, à 3000 euros en Italie).

C’est pourquoi, nous exigeons l’abrogation inconditionnelle et immédiate de la LRU et nous nous prononçons :

- Pour un vrai droit à l’éducation et à la formation pour tous, contre toute sélection à l’entrée de l’Université,
- Pour la défense des statuts des personnels d’université, pour la titularisation des personnels précaires,
- Contre la privatisation de l’université publique et la politique de pénurie budgétaire, pour le réengagement financier massif de l’État, pour l’augmentation des aides sociales étudiantes, pour la construction de logements sociaux à hauteur des besoins.

Mais cette loi n’est pas isolée. Ce gouvernement est résolu à nous imposer un recul social d’ampleur historique. Nous ne devons pas faire son jeu qui consiste à dresser les uns contre les autres les travailleurs et les étudiants, le public et le privé, les Français et les étrangers. Tout au contraire, alors qu’un large mouvement social se dessine dans tout le pays, alors que le 18 octobre les salariés de la SNCF, de la RATP et d’EDF-GDF ont montré qu’ils étaient disponibles pour lutter, nous devons articuler nos revendications. C’est pourquoi nous sommes décidés à nous battre :

- Pour le rétablissement des 22 000 emplois de fonctionnaires (dont 11 200 dans l’Éducation Nationale) liquidés dans le budget 2008 et des 25 000 postes supprimés au cours des cinq années précédentes, contre le démantèlement des services publics,
- Contre la privatisation de la Sécurité sociale et les franchises médicales,
- Pour la défense des régimes spéciaux de retraites, les 37.5 annuités pour tous, la retraite à 60 ans à taux plein,
- Pour l’abrogation des lois anti-immigrés, CESEDA et "Hortefeux" ; une carte d’étudiant = une carte de séjour,
- Pour l’amnistie de tous les réprimés des mouvements sociaux.

Nous sommes déterminés à construire la mobilisation dans nos universités et nos lycées, et l’unité d’action avec les salariés. Au rouleau compresseur du gouvernement, nous opposons la convergence de tous les secteurs attaqués, qui seule pourra le faire céder.

Nous appelons les universités à construire la grève avec piquets de grève dès que possible, comme seul moyen pour gagner et à bloquer les CA pour empêcher l’application de la loi.

Nous appelons aux manifestations des 30 octobre, 8 et 20 novembre, et à toutes autres initiatives lancées par les salariés.

Lire la suite

Solidaire de la grève à Air France. Communiqué de la LCR du 29-10-2007

29 Octobre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

Solidaire de la grève à Air France.

Communiqué de la LCR

 Depuis quatre jours, plus de 80% des personnels navigants d’Air France (hôtesses et stewards) sont en grève à l’appel de l’intersyndicale. Grève historique comme l’a été celle du 18 octobre à la SNCF, à la RATP, logo-lcr1-2.jpgà EDF-GDF. En cause, une dégradation des conditions de travail qui épuisent le personnel et des salaires bloqués depuis plusieurs années. Cette grève est l’illustration parfaite que le « travailler plus » martelé par N.Sarkozy se concrétise par « gagner moins ». Salaire bloqué à 1500 euros brut à l ‘embauche, sacrifices demandés aux salariés pour renflouer l’entreprise et gagner en compétitivité, augmentation des heures de vol, travail de nuit et pénibilité non reconnus, rotation plus rapide qui diminue les temps de repos en deux vols, compression des effectifs. Aujourd’hui, la coupe est pleine pour les personnels navigants qui n’en peuvent plus. Air France-KLM engrange les bénéfices : résultat net d’exploitation en hausse de 32,5% en 2006, gain de 60% action rémunérée, stock-options pour 400 cadres, rien pour le personnel. Comble de l’arrogance et de l’aveuglement patronal : la première réponse de la direction a été de poursuivre en justice les organisations syndicales. Oui, le pouvoir d’achat est en chute libre à Air France, comme pour tous les salariés. Les promesses de la campagne de N.Sarkozy sont autant de baudruches qui commencent à se dégonfler. La LCR est totalement solidaire de la grève et des revendications des personnels navigants d’Air France. La direction doit céder.
 
Le 29 octobre 2007.

Lire la suite

Grenelle de l’environnement : Sarkozy, roi de l’esbroufe ! - Edito du 29-10-2007

29 Octobre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #EDITOS

Grenelle de l’environnement : Sarkozy, roi de l’esbroufe !

Un joli coup médiatique

A grands renforts de slogans publicitaires, et avec l’aide de média à sa botte, Sarkozy aura tenté, le temps de quelques semaines, de nous faire croire que sa conversion à l’écologie était réelle. Mais ce n’était qu’un coup de bluff.

Agriculture : vers un agro business

LCR100pour100aGauche.jpgAu lieu d’interdire toute culture OGM, jusqu’à ce qu’un débat démocratique suivi d’un référendum définisse la politique à suivre sur cette question, Sarkozy préfère « geler » les autorisations de semence OGM, pendant l’hiver (la nature s’en était déjà chargée pour lui), tout en programmant la coexistence des cultures OGM et non OGM... Ce qui est impossible ! La présence de cultures OGM contaminera les autres cultures et, à terme, nous serons condamnés à accepter des OGM dans nos assiettes.

Transport : pilier et point noir du capitalisme

Au lieu de chercher les moyens d’encourager la relocalisation des productions et la diminution massive du transport routier, de permettre aux travailleurs de se loger à une distance raisonnable de leur lieu de travail, le gouvernement supprime des dizaines de gares, ce qui diminue encore plus les possibilités de transport de marchandises par le rail.

Energie : le nucléaire reste roi

Sarkozy l’a encore répété, il n’envisage pas de remettre en cause le nucléaire. Pourtant, c’est une fausse solution face au changement climatique. S’attaquer aux émissions de gaz à effet de serre nécessiterait de sortir du nucléaire, afin d’utiliser les fonds publics pour le développement des énergies renouvelables et le financement intégral d’un grand plan de rénovation des logements. Au lieu de ça, Sarkozy dit vouloir inciter les ménages à entreprendre des travaux d’isolation. Mais où a-t-il vu que les ménages disposent de l’argent nécessaire à ces travaux coûteux ? Ignore-t-il que le pouvoir d’achat est aujourd’hui le premier problème dont souffrent les ménages français ?

Beaucoup de bruit pour rien

Ce qui est présenté comme un grand pas n’est en fait qu’une nouvelle manière qu’a trouvée le pouvoir (politique et économique) pour ne surtout rien faire. Les puissants n’ont que faire de la réalité de la menace écologique. Leur préoccupation première est de trouver une manière de continuer à faire fonctionner le système sans remettre en cause les fondements même de leur puissance actuelle.

Résistances et alternatives

Aucune politique écologique digne de ce nom ne pourra faire l’impasse d’une confrontation avec les tenants du capitalisme. Nous ne pouvons donc pas compter sur ce gouvernement pour mettre en œuvre une véritable politique écologique. Ce n’est que logique de la part d’un gouvernement qui prend directement ses ordres au MEDEF. Pourtant, une politique réellement écologique, ne craignant pas de rompre avec le fonctionnement du capitalisme, puisque c’est lui qui nous a menés dans cette impasse, est plus nécessaire que jamais. Mais pour cela, nous ne pouvons compter que sur la mobilisation des travailleurs, jeunes et précaires, puisqu’ils seront les premières victimes des catastrophes écologiques. Nous revendiquons comme mesures d’urgence : + un moratoire sur les cultures OGM en plein champ ; + un moratoire sur toutes les constructions d’autoroutes et d’aéroports afin de réorienter les financements publics vers une véritable politique alternative en termes de transports de marchandises et de développement des transports publics ; + un moratoire sur toute construction d’incinérateurs de déchets et des mesures pour la réduction des déchets à la source ; + un moratoire immédiat sur les projets de l’industrie nucléaire et la mise en œuvre d’un plan de sortie du nucléaire mettant la priorité sur les économies d’énergie et le développement des énergies renouvelables.

Le 29/10/07

Lire la suite

Vaste plan de suppressions d'emplois et de fermetures de sites chez GlaxoSmithKline

26 Octobre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #EMPLOIS - LICENCIEMENTS

Vaste plan de suppressions d'emplois et de fermetures de sites chez GlaxoSmithKline

Reuters

l y aura des suppressions d'emplois et sans doute des fermetures de sites", a déclaré, mercredi 24 octobre, à Londres, Jean-Pierre Garnier, PDG de GlaxoSmithKline (GSK), deuxième laboratoire mondial, lors de la présentation des résultats du 3e trimestre 2007.

 

 

Les bénéfices nets du groupe sont en baisse de 5,8 % par rapport au 3e trimestre 2006, à 1,31 milliard de livres (1,91 milliard d'euros). Le chiffre d'affaires trimestriel est aussi en repli, de 2,9 % à 5,5 milliards de livres. Des résultats qui ont été le signal d'un vaste "programme de réduction de coûts" comme l'industrie pharmaceutique en connaît beaucoup en ce moment.

 

Le groupe britannique entend dégager 350 millions de livres d'économies dès 2008, 550 millions en 2009 et 700 millions par an avant impôts à compter de 2010. Ces coupes dans les dépenses seront réalisées pour 40 % dans la production, pour 40 % dans les forces de vente et l'administration et pour 20 % dans les structures de recherche et développement.

 

Deux événements sont à l'origine de ces mauvais résultats trimestriels. D'une part, la chute de 38 % des ventes de l'Avandia, un antidiabétique. Une étude publiée en mai dans le New England Journal of Medicine reprochait à ce médicament d'accroître de 43 % le risque de crise cardiaque chez certains patients. D'autre part, les pertes régulières de brevets au profit des génériques, comme celles du Zofran (antinausée), dont les ventes ont chuté de 86 % à 32 millions de livres, ou de l'antidépresseur Wellbutrin.

Possible fermeture ou cession du site de GSK à Heppignies

 

25/10/2007 16:37  -Belga

 

Un conseil d'entreprise extraordinaire s'est tenu jeudi après-midi chez GlaxoSmithKline (GSK), le groupe pharmaceutique dont la direction a annoncé mercredi ses intentions de licencier du personnel au niveau mondial pour diminuer ses dépenses.

 

Un site belge sera touché: il s'agit de l'implantation d'Heppignies, en Hainaut, où 290 personnes produisent des antibiotiques. L'intention de la direction est de fermer le site progressivement ou de céder l'activité à un tiers pour la fin de l'année 2009,  pour "éviter les licenciements secs".

Lire la suite

Communiqué du RESF ELbeuf (76)

26 Octobre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #SANS-PAPIERS

 Communiqué à 12 h du RESF ELbeuf (76) 

Vendredi 26 octobre, la préfecture de Seine Maritime a tenté d'expulser vers
Brazaville sur un vol AF au départ de Roissy à 11h M. MATSIMA N'ZOUMBA Idriss,
jeune papa congolais d'Elbeuf (76) alors que sa rétention administrative se
terminait ce jour à 18h.
   logoresf.gifExtrait tôt ce matin du CRA de Oissel, M. MATSIMA était acheminé sur Roissy avec
une escorte de cinq policiers qui attendaient dans les locaux de la PAF
de le monter dans l'avion.
En raison de la grève des personnels d'AIR FRANCE, l'avion a été annulé.
Il vient d'être relaché sans assistance à Roissy même à l'instant.
Papa d'un enfant français, scolarisé à Elbeuf, vivant en France depuis 8 ans
Idriss est également de son coté maternel, issu d'une famille étendue dont
plus de 10 membres sont français et résidents en France métropolitaine
depuis de très longues années .Son oncle est professeur à l'Université d'Amiens.
Nous dénoncons de telles méthodes indignes d'une démocratie et d'un pays qui
se réclame des Droits de l'Homme et qui bafouent la Convention Européenne
des Droits de l'Homme et la Convention internationale des droits de l'enfant.

Nous demandons en urgence au Préfet de Seine Maritime la régularisation de M. MATSIMA
 MOBILISONS NOUS pour Idriss MATSIMA N'ZOUMBA AVEC LE RESF D ELBEUF (76), 
sa compagne , sa famille, et tous ses soutiens.
Réseau Education Sans Frontière d'Elbeuf.
  Avec le soutien de : L.D.H / Collectif Antiracisme de la Région d'Elbeuf
/ ATTAC - Agglo d'Elbeuf / Association France-Palestine Solidarité / SUD Éducation
/ SNUIPP-FSU / SNES-FSU / PC / LCR / FCPE / PS
 Caudebec-lès-Elbeuf / Mme Guillotin / Cimade Rouen

Signez la pétition en ligne pour M. MATSIMA

http://www.educationsansfrontieres.org/?article9195
Lire la suite

Succès de la grève reconductible des hôtesses de l'air

26 Octobre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #Comité NPA d'EVREUX


Hôtesses et les stewarts d'Air France en grève reconductible du 24 au 29 octobre.

Leur grève est un succès: la direction s'attendait à 10% de grévistes mais c'est 80 % des salariés qui sont en grève!

 

"Tous les syndicats y participent, ce qui est une première pour Air France", a déclaré une responsable syndicale. Les syndicats cherchent à faire pression sur la direction pour qu'elle renégocie un accord sur les salaires et les conditions de travail qui arrive à échéance à la fin de l'année. 
 
"Les gens sont vraiment motivés parce que cela fait dix ans qu'on a eu des gels de salaires, et des conditions de travail affectées par l'effort pour aider la compagnie à se redresser", explique l'intersyndicale. "La compagnie va extrêmement bien maintenant et il n'y a pas de retour pour le personnel", précise-t-elle.


Une grève des hôtesses et stewards d'Air France pour les salaires, bien suivie dès le premier jour jeudi, a obligé la compagnie à revoir en nette baisse ses plans de vol jusqu'à lundi.

Jeudi à 13H00, la direction d'Air France dénombrait 40% de ses personnels navigants commerciaux (PNC) en grève, à la suite de l'appel lancé par sept des huit syndicats de PNC pour les salaires et les conditions de travail, pendant le premier week-end des vacances scolaires de la Toussaint.

Les syndicats évoquent une grève "historique". Selon eux, 60% des PNC étaient en grève jeudi après-midi à Roissy et 80% à Orly, les deux seules bases de rattachement des hotesses et stewards d'Air France.

"C'est une mobilisation historique pour les PNC, c'est le signe qu'il y a vraiment un ras-le-bol. L'entreprise, en manque de personnels non grévistes, a été obligé d'annuler des vols long-courriers, ce qui est très rare en cas de grève", a déclaré à l'AFP Eyal Jonas de la CGT.

De son côté, l'Unsa "dénonce", dans un communiqué, "le refus de la direction d'Air France de débloquer le budget nécessaire à l'amélioration des conditions de travail et de salaires", et estime que la direction de la compagnie "prend la responsabilité d'enclencher un conflit majoritaire qui va entraîner un cycle de perturbation sociale sur les mois à venir".

Selon les syndicats et plusieurs sources aéroportuaires, la grève pourrait s'amplifier dans les jours qui viennent. Car les navigants non grévistes qui ont embarqué jeudi devront respecter des plages de repos qui peuvent s'élever à trois jours s'ils ont pris place sur un long-courrier.

"La direction va être submergée. A ce rythme là plus aucun avion ne partira samedi", a estimé Thierry Haas, secrétaire de la CFTC.

Le préavis déposé par l'intersyndicale CFTC-FO-SNPNC-SUD-Unsa (60% des navigants), qui court jusqu'à lundi, va être renforcé par celui déposé pour vendredi et samedi par la CGT et la CFDT (21%).

Air France compte quelque 15.000 PNC, soit un quart de ses effectifs.

Le dernier grand mouvement de PNC, sur la réduction du temps de travail, remonte à 1998 et avait cloué au sol la moitié des vols pendant 48 heures.


(A partir de dépêche d'agence AFP)

Lire la suite

Soutien d'Olivier Besancenot aux travailleurs des Verreries de Graville en grève (Le Havre)

26 Octobre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #OLIVIER BESANCENOT

Depuis une semaine, les travailleurs de l'entreprise Tourres et Cie au Havre (verreries de Graville) sont en grève pour obtenir des hausses de salaire. 346 personnes sur 500 ont cessé le travail: distributions de tracts , piquets de grève, la mobilisation continue  à l'appel de la CGT et de la CFDT.  Depuis mercredi, la direction patronale menace de faire intervenir les forces de l'ordre pour faire évacuer les travailleurs à l'entrée de l'usine. La direction refuse toujours de négocier sur les salaires, le 13ème mois et les 35 heures qui sont remises en cause.

SOLIDARITE AVEC LES TRAVAILLEURS DES VERRERIES DE GRAVILLE EN GREVE!
 

Aux travailleurs des Verreries de Graville

 

Montreuil, le 25/10/07

Chers Camarades,

olivier_b-2007-3.jpgLa LCR tient à manifester son soutien à la lutte des travailleurs des Verreries de Graville dans leur mouvement de grève pour obtenir des hausses de salaire. A l’heure où les profits en France n’ont jamais été aussi importants avec 100 milliards d’euros pour les entreprises du CAC40 en 2006, l’augmentation du taux horaire de 1 € que vous exigez est tout à fait légitime.

Il faut que la solidarité s’élargisse et travailler à construire l’unité entre ces luttes qui démarrent.Les luttes des cheminots, des salariés d’EDF-GDF ou de la RATP pour leurs retraites, le combat des hospitaliers contre les suppressions de poste ou les luttes pour les salaires doivent converger dans unmouvement d’ensemble contre les attaques libérales du gouvernement et du Medef. C’est toutl’enjeu des prochaines semaines. C’est ce à quoi la LCR va consacrer son énergie.

Recevez, Chers Camarades, l’expression de nos encouragements militants.

 Olivier Besancenot

Lire la suite

Sur le Grenelle de l’environnement, les positions de la LCR

26 Octobre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Sur le Grenelle de l’environnement

 

nucl_airenon.jpgNicolas Sarkozy, seul grand candidat à la présidentielle clairement pro-OGM et pro-nucléaire, cherche à redorer son blason auprès des écologistes et de répondre aux inquiétudes et préoccupations grandissantes en matière de défense de l’environnement. Mais derrière les annonces tonitruantes et la série de mesures avancées, il faut évaluer la volonté écologiste du gouvernement au regard de sa politique actuelle.

 

La rupture annoncée en matière de transports n’en est pas une. Quand JL. Borloo dit ne pas vouloir augmenter de façon significative les capacités routières et aéroportuaires, on ne doit pas y voir une alternative au tout routier. Certes, quelques projets autoroutiers seront peut-être évités, mais les projets en cours se poursuivent et les routes à 4 ou 6 voies ne sont pas concernées pas un arrêt éventuel des constructions routières. De plus, alors qu’on vante la nécessité du fret ferroviaire, le gouvernement ferme 260 gares de fret et rien n’est envisagé pour freiner la croissance des flux de marchandises. De plus le gouvernement refuse de taxer la consommation énergétique des entreprises aériennes ou des transporteurs routiers alors que cette mesure existe dans d’autres pays européens.

 

Si des signes encourageants sont envoyés à propos des normes d’isolation des logements, un flou total règne quant à leur financement. Le plan de rénovation des bâtiments anciens et de promotion des énergies renouvelables a été chiffré par l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la maîtrise de l’Energie) à 600 milliards d’euros, à répartir sur les 40 prochaines années : soit un tout petit peu moins, tous les ans, que les 16 milliards de cadeaux accordés par Sarkozy aux plus riches. A aucun moment le gouvernement ne s’est prononcé en faveur de tels investissements.

 

Pour réduire drastiquement la consommation d’énergie et systématiser les énergies renouvelables, il ne suffira pas de supprimer les lampes à incandescence, c’est à un véritable plan de développement des énergies propres qu’il faut s’atteler. Un tel plan ne peut être lancé que dans le cadre d’un service public de l’énergie, débarrassé du nucléaire. Or l’action principale de Nicolas Sarkozy en matière d’énergie est de développer et de vendre l’énergie nucléaire, notamment avec le nouveau réacteur EPR, pour le plus grand bonheur de la multinationale AREVA.

 

L’agriculture fait partie des secteurs où les pollutions sont très importantes, qu’il s’agisse des émissions de gaz à effet de serre, de pesticides, des OGM ou des pollutions des eaux. Or sur chacun de ces domaines, le gouvernement n’annonce aucune mesure d’ampleur. La culture des OGM est gelée... pendant l’hiver... mais la future loi risque de légitimer la coexistence entre les filières OGM et non OGM. Et ce n’est pas les quelques pourcents d’augmentation des cultures biologiques qui permettront d’inverser la tendance. La FNSEA a obtenu qu’une éventuelle réduction massive de pesticides soit conditionnée par l’existence de solutions alternatives, sous prétexte de ne pas diminuer la compétitivité agricole de la France ; bref, si tout le monde dit être d’accord pour diminuer les pesticides, on ne sait pas quand ni dans quelle proportion. La préservation des intérêts économiques prime une nouvelle fois sur l’urgence environnementale.

 

Ne prenons pas la série de mesures gouvernementales, à la portée incertaine, pour une rupture écologique qui favoriserait un autre mode de développement que celui imposé par le capitalisme. L’écologie ne peut être un marchandage sur le mode « je t’échange un peu de nucléaire contre un peu d’énergies renouvelables ou un peu de bio contre un peu d’OGM ». Il est impossible de satisfaire le MEDEF et la FNSEA et de mener une politique globale et cohérente pour répondre à la crise écologique et combattre les inégalités sociales.

Lire la suite

Rien n'arrête Sarkozy: un bébé "sans-papiers"en rétention!

26 Octobre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #Comité NPA d'EVREUX

Rien n'arrête  Sarkozy:

Sans-papiers - “Traitement inhumain et dégradant

Un bébé est réesté en garde à vue pendant 9 heures.

Alexandra Gonzalez, le vendredi 26 octobre 2007 à 06:00  (dépêches d'agenc

La cour d’appel de Rennes a ordonné la remise en liberté d’un couple moldave sans-papiers et de leur nourrisson âgé de trois semaines, en raison du « traitement inhumain et dégradant » qui leur a été infligé.

Neuf heures de garde à vue et séjour en centre de rétention près de Rennes. C’est le sort qui a été réservé à un bébé de 3 semaines, dont les parents sans-papiers ont été interpellés par les gendarmes le 17 octobre.

France Info, qui révèle cette affaire, indique que dès le lendemain, le juge des libertés et de la détention a ordonné leur mise en liberté, pour traitement contraire à l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme.

Mais le préfet du Loiret, à l’origine de cette interpellation, fait appel. La famille a donc dû attendre ce mardi pour être libérée, sur décision de la cour d’appel de Rennes.

Me Gilles Piquois, avocat de la famille, est indigné par le préfet : « Ce qui tombe, me semble-t-il, sous le sens commun, n’est apparemment pas évident pour un préfet qui a des statistiques à rendre Place Beauvau. »

Laissés à 400 km de chez eux

La famille, arrivée de Moldavie en 2006, s’est installée à Gien, dans le Loiret, et a immédiatement demandé le statut de réfugié politique. Une demande qui leur a été jusqu’à présent refusée et qui doit donner lieu à une nouvelle audience en novembre.

Histoire dans l’histoire : Ian, Irina et leur bébé Kyrill ont été libérés mardi soir à 19 heures en pleine rue par les gendarmes… à 400 km de leur domicile, sans aucun moyen pour rentrer. Leur avocat, Me Piquois, annonce qu’une plainte a été déposée pour « délaissement de personnes hors d’état de se protéger », et qu’une demande d’entretien avec le président de la République à l’Elysée a été effectuée.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 > >>