Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Le gouvernement s’attaque au droit de grève pour mieux s’attaquer à tous les droits de la population ! Edito du 23-07-2007

25 Juillet 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #EDITOS

Le gouvernement s’attaque au droit de grève pour mieux s’attaquer à tous les droits de la population !

LCR100pour100aGauche.jpgLa semaine dernière, alors qu’entrait en discussion au Sénat le projet de loi sur le service minimum, Fillon annonçait qu’il voulait étendre celui-ci à l’Education nationale. Le gouvernement s’appuie sur chaque point marqué contre les travailleurs pour lancer, contre eux, de nouvelles attaques. Devant l’indignation provoquée par ces déclarations, le ministre de l’Education, Darcos, s’est voulu faussement rassurant en indiquant que les discussions concernaient « pour l’heure  » seulement les transports. Et un peu plus tard, Fillon revenait à la charge en déclarant qu’il ne regrettait rien de ce qu’il avait dit, parce qu’il faut, a-t-il précisé, que « les enfants soient accueillis les jours de grève ». Pour faire accepter ce mauvais coup, le gouvernement a le culot de mettre en avant l’intérêt des « services publics » ; il montre du doigt leurs salariés, qu’il accuse de leur mauvais fonctionnement les jours de grève, alors que c’est lui qui est responsable, avec ses prédécesseurs, de la dégradation des transports en commun, de l’éducation, de la santé dont il ne cesse de rogner les budgets et de réduire les effectifs. N’annonce-t-il pas, en même temps, que se discute son projet de loi, 35000 suppressions de postes dans la Fonction publique dont 10 000 à 17 000 dans la seule Education nationale ? Quant à la direction de la SNCF, elle prévoit une réduction massive de ses effectifs à la faveur d’une restructuration du secteur du fret.

Une attaque contre tous les travailleurs

Avec cette loi sur le service minimum, qui veut imposer, entre autres, l’allongement du préavis de grève et que tout salarié se déclare gréviste 48 heures à l’avance sous peine de sanction, c’est bien le droit de grève de tous les travailleurs que le gouvernement veut attaquer, en commençant par les salariés des services publics, des transports d’abord, et maintenant de l’Education. Il mène une offensive politique qui vise à faire passer ces derniers pour des égoïstes qui défendraient des intérêts corporatistes, des privilégiés crispés sur leurs avantages supposés. Il tente ainsi de désarmer les salariés des secteurs qui ont mené plusieurs grands mouvements ces quinze dernières années et dans lesquels se sont reconnus tous ceux qui, parce que soumis à des conditions plus précaires, ont moins de possibilité de résister et de lutter. Il s’agit pour lui de préparer le terrain à de nouvelles attaques, contre les retraites, en commençant par les régimes spéciaux des cheminots ou des travailleurs de l’EDF, et contre les services publics eux-mêmes qu’il veut privatiser. Plus généralement contre tous les travailleurs, leurs salaires, leurs conditions de travail, leurs droits démocratiques.

Un droit democratique

Face à cette offensive, les syndicats des transports ont appelé à une journée d’action - sans appeler à la grève - pour le 31 juillet et les syndicats enseignants prévoient d’appeler, à la rentrée, à des grèves et des manifestations. C’est évidemment le minimum. Mais les directions syndicales restent sur la défensive, hésitant à défendre le droit de grève en lui-même, protestant de leur volonté de mener le « dialogue social », engluées qu’elles sont dans ces pseudo négociations qui visent à les associer à des réformes dont il ne peut sortir que des reculs. C’est par la grève que les salariés qui font marcher les transports, les établissements scolaires, les hôpitaux, peuvent intervenir, faire pression contre la minorité de parasites qui détruisent les services publics et dégradent les conditions de vie de toute la population. Le droit de grève, c’est un droit démocratique, c’est le droit de défendre les intérêts de la collectivité contre ceux d’une minorité qui détient les rênes de l’économie et la fait tourner à son seul profit. Salariés du secteur public comme du secteur privé, usagers, nous sommes tous concernés.

Le 23/07/07

Lire la suite

Rouge est en danger ! Abonnez-vous!

24 Juillet 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #QUI SOMMES NOUS QUE VOULONS-NOUS

Rouge est en danger !


Lire la suite

Alors que les conditions pour diffuser Rouge n’ont jamais été aussi favorables, alors que la LCR a largement gagné en audience, la diffusion de Rouge reste à un niveau très bas, si bas que son existence s’en trouve menacée.
En effet, le déficit du journal n’a cessé de se creuser depuis trois ans. L’explication est simple : les coûts n’ont cessé d’augmenter, beaucoup plus vite que les recettes. Le déficit actuel est inassumable à très court terme. L’existence même de Rouge dépend de notre (...)

Pour vous abonner, choisissez un formulaire ci-dessous, imprimez-le et renvoyez-le : La Brche (diffusion), 2, rue Richard-Lenoir 93100 Montreuil-sous-Bois


Abonnement promotionnel

Abonnement par prélèvement

Abonnement par chèques 

Visitez le site de "Rouge"

Samedi 15 décembre 2007. 2186 articles consultés aujourd'hui.

 

beta

Hebdomadaire de la Ligue communiste révolutionnaire

 
  

   Par sujets   Par numéros   Rouge de A à Z

Qui sommes-nous ?

LCR
Photothèque Rouge

Ce site ne vit que grâce à sa version papier. Pour continuer, Rouge a besoin de votre soutien.Alors, abonnez vous !

Prélèvement automatique Chèque Découverte Soutien

 

Lire la suite

Projet de loi sur le service minimum: grave remise en cause du droit de grève.

22 Juillet 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

Projet de loi sur le service minimum: grave remise en cause du droit de grève pour tous.
COMMUNIQUE de la FSU

Paris le 20 juillet 2007
 
Le gouvernement a donc choisi la fin juillet pour présenter au Parlement un projet de loi, qui sous couvert d’instaurer un « service minimum dans les transports terrestres » entend en fait, mettre en place un dispositif visant à empêcher les salariés d’user librement du droit de grève.

Plusieurs dispositions, et notamment celle qui obligerait les salariés à se déclarer gréviste 48 heures avant le déclenchement d’un conflit, constituent une grave remise en cause de la liberté de chacun d’user du droit de grève. Constitutionnellement, ce droit est individuel, et offre à chaque citoyen, le droit de se déterminer, y compris jusqu’au dernier moment, en fonction des négociations engagées ou des réponses apportées par les employeurs.
François Fillon a explicitement confirmé une possible extension à l'ensemble du service public et notamment à l'Education Nationale, donnant ainsi une légitimité aux inquiétudes exprimées par l’ensemble des organisations syndicales et par de nombreuses associations agissant sur le terrain des libertés publiques, face à une telle volonté de restreindre par la loi, l'exercice d'un droit constitutionnel.
Même si depuis, plusieurs voix officielles ont tenu à expliquer que cette question « n’était pas d’actualité », elle reste néanmoins posée.
Le gouvernement entend-t-il, sous couvert de débattre d’un « service minimum », viser les secteurs des services publics qui ont été aux avants-postes des mouvements sociaux de 1995 et 2003 ou plus récemment de l’an dernier contre le CPE ?…
La FSU apporte son soutien aux rassemblements du 31 juillet qui se tiendront un peu partout en France, et notamment à Paris devant l’Assemblée Nationale, premières étapes d’une mobilisation que la FSU souhaite la plus unitaire et la plus massive possible.
Lire la suite

Faire le procès du Taser - Communiqué LCR du 13-07-2007

15 Juillet 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

Faire le procès du Taser.

Communiqué de la Ligue communiste révolutionnaire.

logo-lcr1.jpgLa société SMP Technologies, qui commercialise le Taser, vient d’assigner Olivier Besancenot en justice pour diffamation à son encontre. Cette société reproche au candidat de la LCR à l’élection présidentielle des propos qui indiquaient que, selon des sources indépendantes, cette arme aurait déjà été la cause indirecte de nombreux morts. Utilisé aux USA, le Taser équipe, maintenant, 3000 policiers en France. Nous ferons à cette occasion le procès du Taser. Il y a suffisamment de doutes, aujourd’hui, quant aux conséquences de son utilisation, pour qu’un moratoire s’impose en ce qui concerne l’équipement des policiers. Un débat public doit s’engager à ce sujet, et il est de la responsabilité des organisations syndicales, associatives et politiques de prendre position quant à l’attribution du Taser aux forces de police.

Le 15 juillet 2007.

Lire la suite

Quand Sarkozy invite au restaurant un responsable syndical

15 Juillet 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #Comité NPA d'EVREUX

Alors qu'une avalanche de mesures antisociales était annoncée, Jean Claude Mailly, secrétaire général de FO s'empressait d'accepter l'invitation de Nicolas Sarkozy à déjeuner dans un grand restaurant parisien...


AFP

Jean-Claude Mailly, réélu samedi secrétaire général de Force Ouvrière, (Le rapport d'activité de la direction sortante de FO a été approuvé par 97,7% des délégués du troisième syndicat français) déjeune lundi avec le président de la République Nicolas Sarkozy, à son invitation, a-t-il indiqué sur iTélé.  "Il m'a proposé effectivement un déjeuner, j'ai accepté", a déclaré M. Mailly. "On va évoquer ces dossiers-là", retraites, service minimum, question de la fusion GDF-Suez, "et je compte aussi évoquer avec lui un dossier comme Airbus", a-t-il ajouté. "On ne négocie pas avec le président de la République. On donne son avis sur une série de choses, on confronte ses idées", a poursuivi M. Mailly. "On négocie avec le patronat. Avec les pouvoirs publics, y compris le président de la République, on confronte les points de vue".

"Je ne refuse jamais le dialogue", a affirmé le numéro un de FO. "Ca fait partie de ces discussions que je souhaite franches et directes, après chacun prendra ses responsabilités", selon lui. 

Associated Press

"C'est la première fois qu'un président de la République prend une telle initiative", précisait-on lundi en fin de matinée dans l'entourage de M. Mailly. On indiquait par ailleurs que le déjeuner n'aurait pas lieu à l'Elysée mais "dans un restaurant". 

Dans l'Express: 

Jean-Claude Mailly: "Sarkozy est ouvert et pragmatique"

Alors que le ministre du Travail, Xavier Bertrand, entamait mardi une série de rencontres avec les organisations syndicales et patronales, le sécrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, répondait aux questions des membres du Cercle des Européens, présidé par Noëlle Lenoir, et de L'Express - sur Nicolas Sarkozy, la politique de concertation du nouveau président de la République, l'Europe.

Jean Claude Mailly salue  le "discours sur le volontarisme politique" de Nicolas Sarkozy.

Lors du congrès fin juin, le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly a appelé, ses troupes à rejeter le « dogmatisme ». Il a salué le « discours sur le volontarisme politique » de Nicolas Sarkozy, tout en précisant qu'il « faudra mesurer si c'est une réalité ou un effet de communication ».

 

Lire la suite

Débâcle idéologique. Communiqué LCR du 12-07-2007

13 Juillet 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

Débâcle idéologique.

Communiqué de la Ligue communiste révolutionnaire.

logo-lcr1-2.jpgCe n’est pas fait mais c’est sur les rails. D.Strauss-Kahn sera le candidat de l’Union européenne au poste de directeur du FMI. Après P.Lamy à la tête de l’OMC, D.Strauss-Kahn, s’il était choisi, serait le 2e dirigeant socialiste à se retrouver diriger une pièce maîtresse de la mondialisation libérale. Les recettes du FMI, on les connaît : à coups de réajustement structurels, obliger les pays les moins développés économiquement à tailler dans le vif des dépenses publiques entraînant une dégradation du niveau de vie des plus pauvres, jouer de l’arme de la dette pour ramener sous la coupe du FMI ceux qui voudraient s’en affranchir. Décidément, le navire PS prend l’eau de toute part. Entre ceux qui sont devenus ministres, secrétaires d’état, chargés de mission ou d’autres propulsés à la tête d’organismes internationaux, on assiste à une véritable débâcle idéologique au PS, à un sauve qui peut qui ressemble comme deux gouttes d’eau à une chasse au trésor individuelle. Alors que la droite décomplexée fait voter des lois favorables à la France des riches, qui vont réduire à une peau de chagrin l’ISF, creuser davantage les énormes inégalités existantes, les dirigeants socialistes deviennent des proies consentantes pour l’entreprise de N.Sarkozy. Il est grand temps de rassembler les forces pour mener des luttes de résistance contre la politique de destruction sociale du gouvernement, de créer les conditions pour construire un nouveau parti anticapitaliste défendant bec et ongle le monde du travail.

Le 12 juillet 2007.

Lire la suite

Université : attention dangereuse arnaque- Communiqué LCR du 11-07-2007

12 Juillet 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

Université : attention dangereuse arnaque.

Communiqué de la Ligue communiste révolutionnaire

logo-lcr1-2.jpgPlace à Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur, qui présente ce jour son projet de loi sur l’autonomie des universités. Les reculs provisoires et tactiques de N.Sarkozy sur la sélection à l’entrée du master ne suffisent pas pour rendre acceptable cette loi. Remise à plus tard, la sélection reviendra sur le tapis par le biais d’autres textes législatifs à venir. Alors, plutôt que dialoguer avec N.Sarkozy, autour d’une table au restaurant, c’est plutôt une rentrée de lutte à l’université que les syndicats étudiants devraient préparer. Pour la LCR, ce texte de loi est inacceptable dans son intégralité. Les pouvoirs accrus et exorbitants du président d’université qui permettent l’embauche, sans limite, de contractuels, la nomination d’étudiants sur des postes occupés par des personnels, sont à rejeter. Quant à l’autonomie, elle sera l’antichambre de la concurrence entre les universités et tout le monde ne sera pas logé à la même enseigne. La lettre de mission de N.Sarkozy à V.Pécresse est très claire : que les moyens soient attribués en fonction des résultats qu’il s’agisse de l’accès au diplôme ou de l’insertion sur le marché du travail. Le texte de loi de V. Pécresse doit être combattu, dans sa totalité, par l’ensemble de la communauté universitaire, dès la rentrée.

Le 11 juillet 2007.

Lire la suite

Paquet fiscal, cadeau pour les riches - Communiqué LCR du 9-07-2007

11 Juillet 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

Paquet fiscal, cadeau pour les riches

Communiqué de la LCR

logo-lcr1-2.jpgAvec son projet faussement intitulé « projet loi en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat », Ch.Lagarde la très libérale ministre de l’économie, de l’emploi et des finances présente le 10 juillet devant l’Assemblée nationale une panoplie de cadeaux fiscaux pour les riches. Même de minimes amendements envisagés visant à amoindrir les effets du bouclier fiscal ne seront pas acceptés, et, J.F.Coppée, en garde-chiourme de l’UMP, annonce déjà la couleur. Pas question de retirer la CSG et la CRDS du bouclier fiscal à 50%. Avec beaucoup de cynisme et de provocation, Ch.Lagarde énonce son ambition : « réhabiliter l’argent ». On croirait entendre du Guizot : « Enrichissez-vous ! » disait-il au 19e siècle. De fait, même la très officielle commission des finances de l’Assemblée nationale est obligée de reconnaître que le bouclier fiscal va profiter aux très riches et que 13 000 contribuables vont pouvoir se faire restituer 45 000 euros chacun. Par contre, à l’autre bout de l’échelle, c’est la mise en musique du slogan « travaillez plus pour gagner plus », moyen insidieux d’augmenter la durée du travail, et de nouvelles exonérations de cotisations sociales pour les patrons sur les heures supplémentaires, s’ajoutant aux 19 milliards d’euros actuels. Cette politique accroît le « trou » de la sécu et le déficit budgétaire de l’Etat. De l’argent, il y en a pour les cadeaux fiscaux aux riches mais pas pour augmenter le SMIC et les minimas sociaux. Avec N.Sarkozy et F.Fillon, c’est l’assurance d’une vraie politique de classe au service des plus riches et du MEDEF. Le SMIC à1500 euros net et 300 euros net pour tous, c’est par des luttes d’ensemble qu’il faudra les arracher. 

Le 9 juillet 2007.

Lire la suite

L’élection de Nicolas Sarkozy : « la France d’après » ? Article de François SABADO

8 Juillet 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #Comité NPA d'EVREUX

L’élection de Nicolas Sarkozy : « la France d’après » ?
SABADO François - 30 mai 2007
 
loolcr.jpgL’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République constitue un tournant majeur de la situation politique. Le 6 mai 2007 marque une rupture dans l’histoire électorale française. La victoire de Sarkozy clôt le cycle ouvert avec la conquête de l’Elysée par François Mitterrand le 10 mai 1981. Pour la première fois depuis une trentaine d’années, le camp sortant est renforcée à l’issue d’une élection qui remet en jeu le pouvoir central (scrutin présidentiel ou législatif, à l’exception de ceux qui ont suivi la compétition élyséenne). La France a changé de couleur politique en 1981, 1986, 1988, 1993, 1997 et 2002. Un coup à gauche, un coup à droite et ainsi de suite. La seule exception étant l’élection présidentielle de 1995 où Chirac avait succédé à Balladur, mais rappelons-nous que la posture sociale de Chirac lui avait servi pour apparaître comme une relève à la « pensée unique ».
 
Une nouvelle droite
Il y a donc de la continuité mais, surtout, une rupture. La droite se maintient au pouvoir, mais elle a gagné sur une orientation plus à droite que jamais. C’est, d’un certain point de vue, une rupture dans l’histoire des droites françaises, avec le gaullisme, la démocratie chrétienne, le giscardisme, la droite radicale : bref, avec toutes les droites qui ont assuré, la domination de la bourgeoisie française mais qui n’osaient pas remettre en cause un certain « équilibre » entre les classes et certaines traditions social-étatistes issues de l’après-guerre et de compromis avec le mouvement ouvrier.
L’objectif de Sarkozy, c’est visiblement d’en finir avec ces « singularités françaises ». Son programme ultra-libéral et autoritaire a été décliné en long et en large. Les thématiques autour de la valeur travail, de la liberté d’entreprise et les juxtapositions de l’immigration et de l’identité nationale ont vertébré un programme de contre-réforme libérale globale. La droite se dit maintenant décomplexée. « Il faut en finir avec l’idéologie de Mai 68 », nous assène Sarkozy. Plus subtil mais plus inquiétant, Jean d’Ormesson nous explique tranquillement qu’une période historique se termine, celle de « l’après Vichy », de « l’après Pétain ». La droite s’était tellement vautrée dans la collaboration nazie de 1940 à 1944, qu’elle n’avait plus osé défendre ses vraies valeurs confondues dans le « travail, famille, patrie » du Maréchal. Elle aurait hésité à se revendiquer de son programme, de ses références. Bref, la droite se serait presque excusée d’être de droite.
Avec Sarkozy, tout cela est maintenant terminé. La droite doit être « de droite » : les inégalités légitimées, le profit glorifié, l’autorité patronale consolidée, la pression sur les salariés et les chômeurs renforcée. Il faut exploser le code du travail, désarticuler les rapports sociaux, remettre en cause les conquêtes sociales du mouvement ouvrier. Sarkozy a pu jouer à brouiller les cartes en faisant référence à Jaurès et Blum mais, pour la première fois depuis l’après guerre, nous avons un candidat de droite qui gagne une élection majeure sur la base d’un programme de combat au service du capitalisme, aussi net et clair. Le glissement politique et idéologique de la campagne est confirmé par les résultats électoraux. Et ce d’autant que Sarkozy aura fait jouer un rôle à la fois classique et nouveau à l’extrême droite : non pas une solution dictatoriale aux problèmes de la bourgeoisie, mais en siphonnant une bonne partie de l’électorat de Le Pen ; la lente constitution d’un bloc suffisamment fort pour tenir le choc dans les confrontations sociales et politiques à venir. Il y a un réservoir de forces à l’extrême droite que Sarkozy a récupérées pour sa politique. Là aussi, la situation ouverte par les élections municipales de 1983 qui avaient vu une première poussée du Front National semble se clore avec l’effondrement du vote pour ce parti. Il n’y aura pas eu d’alliances avec le Front National, mais Sarkozy aura réussi la mise en œuvre d’un programme commun implicite avec le parti de Le Pen. Et pourquoi pas, demain, à créer les conditions d’une véritable alliance avec un Front national « délepénisé », intégrable dans la vie politique française et dirigé... par Marine Le Pen, un parti, comme l’Alliance Nationale de Fini, en Italie !
Appuyé sur les institutions de la Véme République et le rôle clé de la présidentielle, Sarkozy a su conquérir l’appareil de l’UMP. Il se servira de ces institutions pour concentrer le maximum de pouvoirs et appliquer ses contre réformes. Renouant avec certaines postures bonapartistes, il se réfère en même temps à « la France des petits propriétaires et à celle des usines », aux thèses de la droite néo-conservatrice américaine et à l’image de Jaurès et Blum. Mais n’est pas Bonaparte qui veut. Il s’agit plus d’un « look » que d’une réalité. Il n’a ni l’étoffe ni le rapport de forces. Mais cela n’exclut pas, toujours sur la base de son « programme de choc » de multiplier les opérations politiques pour associer les uns et les autres, pour camoufler ses attaques anti-ouvrières ou anti-démocratiques en négociant avec les directions syndicales ou en utilisant au ministère de la justice une femme d’origine maghrébine, Rachida Dati.… C’est le sens de l’ « ouverture au centre et à gauche » du gouvernement. Il va apparaître, en « se hissant au-dessus des camps », cherchant à provoquer, diviser, isoler certains secteurs du mouvement social mais aussi à collaborer en particulier, avec certaines directions syndicales. C’est le sens des quatre conférences de la rentrée sur les dossiers sociaux. Cette collaboration avec les directions syndicales risque même d’affecter le rôle même des syndicats en remettant en cause leur indépendance, car dans tous les cas, ce sera pour appliquer sa politique. Sarkozy, c’est l’affrontement qui se prépare, de nouvelles tensions et contradictions, pas une stabilisation de la vie politique nationale.
 
Pourquoi cette victoire de Sarkozy ?
La victoire de Sarkozy ne peut s’expliquer sans la mettre en relation avec les grandes tendances de l’économie et de la politique mondiale. Ce n’est pas la traduction mécanique immédiate de processus socio-économiques, il y a des dynamiques propres liées à l’histoire des luttes de classes en France mais le choix de « l’option Sarkozy » par une partie importante des classes dominantes du pays est liée à des nécessités structurelles.
a) Nous sommes dans une nouvelle phase de la mondialisation capitaliste, marquée par une concurrence acharnée entre l’Amérique, l’Asie et l’Europe. Cette concurrence se fait dans une nouvelle configuration de l’économie mondiale marquée par une tendance à l’unification d’un marché et d’une force de travail à l’échelle mondiale. Bien sûr, les salaires des ouvriers de l’Europe de l’Ouest ne seront pas ceux de la Chine ou de l’Inde, mais l’aiguisement de la concurrence inter-capitaliste exerce une formidable pression sur les conditions de vie et de travail de millions de salariés des pays d’Europe, conditions tirées vers le bas. Et, c’est là le fond de toutes les politiques d’abaissement du coût du travail, de déréglementation des rapports sociaux ou de dislocation des systèmes de protection sociale. Il faut casser les « modèles sociaux européens », remettre en cause des acquis chèrement arrachés au capitalisme dans les années 50 et 60. Nous l’avons dit, il n’y a pas de traduction mécanique entre la nécessité de ces choix socio-économiques et l’accession au pouvoir de Sarkozy.
Dans d’autres pays d’Europe, ce sont les partis sociaux-démocrates ou des coalitions de centre gauche ou de centre droit qui font le sale boulot… avec, en général, un zest d’accompagnement social. En Italie, sous la direction de Romano Prodi, c’est une coalition de centre gauche soutenue par des secteurs de la démocratie chrétienne, du mouvement socialiste et de Refondation communiste d’Italie qui est aux commandes. En Allemagne, c’est une grande coalition CDU - SPD (démocratie chrétienne et social-démocratie) qui gère les affaires. Mais, en France, dans les conditions politiques de 2007, à cause même de l’acuité des luttes de classes, il faut une « droite dure » pour appliquer la potion libérale... car des luttes et des résistances il y en a eu ces dernières années et la victoire de Sarkozy ne pourra les annuler si facilement. Il existe dans ce pays une accumulation d’expérience de luttes, de formes d’action et même d’expérience politiques qui continue à peser sur la scène politique.
b) Se pose alors une autre question : pourquoi malgré les luttes du CPE, le NON au référendum de juin 2005, les grèves contre les réformes Fillon sur les retraites, et même les victoires de la gauche aux élections régionales et européennes de 2004, la droite sarkozienne remporte l’élection présidentielle et la gauche n’arrive pas à profiter de toutes ces poussées sociales et électorales ? Il y a, nous l’avons vu, l’environnement international. Mais, il y a aussi une responsabilité de la gauche traditionnelle... Prétendant répondre à la hauteur de la situation, elle a tenté de recycler le discours néo-libéral de l’offensive capitaliste internationale en un discours « de gauche » et « moderniste » visant à permettre l’application « en douceur » des politiques libérales. L’évolution de ses programmes depuis 1983 a accouché d’un programme franchement social-libéral illustré par le Oui à la constitution et le projet socialiste de 2006. La plupart de ses « élites » politiques, syndicales, intellectuelles ont intégré le discours sur la mondialisation libérale comme horizon indépassable et abandonné les « vieilles lunes » social-démocrates du compromis possible entre le capital et le travail. De plus, moulée dans les institutions de la contre-réforme libérale, notamment dans le cadre des institutions européennes, elle a accentué sa fusion avec les sommets de l’Etat et des secteurs du capital industriel et financier, ce qui a changé sa composition sociale, modifié profondément ses contours et affecte actuellement sa nature à un point qui demandera une analyse approfondie. Des liens politiques et historiques subsistent encore avec le mouvement socialiste. Des rapports spécifiques à la fois historiques et idéologiques (y compris mystificateurs) avec les classes populaires et le peuple de gauche continuent à les différencier des partis bourgeois classiques, mais leur politique de plus en plus subordonnée au capitalisme libéral d’aujourd’hui brouille de plus en plus les frontières entre la gauche et la droite aux yeux même du « peuple de gauche » qu’il est censé représenter.
Après avoir usé et abusé de ses satellites communistes et verts pour donner le change ou une teinte « sociétale-sociale » à ses politiques de gestion de l’ordre libéral, elle les a éreintés. Ainsi les formules de « gauche plurielle » ou « d’union de la gauche » ne sont plus d’actualité… faute de combattants. Du coup les politiques d’alliances avec le centre et la droite retrouvent une certaine fonctionnalité d’autant qu’il ne reste sur le plan de l’arithmétique électorale que le parti du centre. Ce qui compte c’est le Centre... les autres formations de gauche n’étant plus considérées, aujourd’hui, que comme forces d’appoint dans le projet de cette nouvelle coalition du centre. Cette mutation social-libérale de la social-démocratie peut aller plus loin. Elle avait déjà été évoquée autour de la recherche d’une « troisième voie » inspirée des réflexions d’Antony Giddens dans les colloques de la fin des années 90 réunissant Clinton, Blair, D’Alema, et Jospin. Ces débats ouvraient la voie à tous les projets politiques inspirés de la transformation des PS en « parti démocrate » ou grand parti progressiste qui romprait ce qui reste d’attaches avec le mouvement ouvrier pour s’ouvrir à tous les courants et sensibilités de la gauche et du centre qui acceptaient l’horizon du capitalisme libéral.
De ce point de vue, on peut parler de « processus d’italianisation » de la vie politique française avec deux pôles : l’un à droite, avec Sarkozy, rassemblant dans une alliance implicite la droite et l’extrême droite… en attendant un processus d’auto-transformation du FN français en parti du type Alliance Nationale italienne sous la direction de Fini. L’autre pôle à gauche serait, dans un nouveau dialogue entre la gauche et le centre, la gauche libérale de Ségolène Royal et Strauss Kahn. Même s’ils se disputent le leadership du PS, ces deux-là sont en fait sur une même ligne de rénovation de la social-démocratie vers le centre - et le centre de Bayrou, un peu comme la coalition de « l’Olivier » en Italie, coalition qui réunit le nouveau parti démocrate de Prodi, les progressistes et Refondation communiste d’Italie. Ce n’est aujourd’hui qu’une tendance en cours et pas un processus achevé ; beaucoup d’inconnues doivent nous conduire à des pronostics réservés : Y aura t-il des tensions « à gauche » dans le PS, écho des résistances sociales persistantes ? Quel sera l’avenir du centre de Bayrou ? Dans l’immédiat, il faut ajouter à la crise politique une crise morale provoquée par le passage d’une série de hiérarques socialistes dans le camp de Sarkozy. Sans doute, les mutations social-libérales avaient , dans une certaine mesure, préparé, déjà le terrain.
c) Troisième raison qui explique cette situation, c’est qu’au delà des contradictions, des polarisations politiques et sociales, il faut enregistrer une certaine dégradation des rapports de forces politiques et sociaux. D’abord sur le plan politique électoral, le rapport de forces droite / gauche 53/47 % traduit incontestablement un glissement, à droite, du champ politique, surtout affirmé au 1er tour de l’élection présidentielle : poussée du pôle droite / extrême droite Sarkozy / Le Pen, émergence du centre de Bayrou, affaiblissement de la gauche qui, toutes composantes confondues, ne dépasse pas les 36%... C’est un des niveaux les plus bas pour la gauche depuis 1969.
Cette tendance doit être néanmoins nuancée sur la base des résultats du 2e tour de l’élection présidentielle qui confirme la défaite de la gauche mais n’indique pas une percée de la droite sur de nouveaux territoires. La gauche résiste permettant à Ségolène Royal de réunir près de 17 millions d’électeurs et le différentiel du rapport droite / gauche ne dépasse pas les deux millions de votes. Notons aussi que Sarkozy n’aura recueilli que 42% des suffrages des électeurs inscrits. Les élections sont souvent le reflet déformé des rapports de forces sociaux réels. C’est encore le cas.
Les niveaux de combativité, de luttes et d’explosivité sociale sont souvent considérés comme une des « exceptions françaises » et il est incontestable que le niveau d’activité du mouvement de masse reste impressionnant dans ce pays. Il faut, en particulier, souligner l’extraordinaire réactivité de la jeunesse. Même, dans cette défaite politique, de nouveaux « bourgeons » de la mobilisation sociale sont apparus, en particulier la jeunesse des banlieues. Les classes dominantes n’ont pu et ne pourront en finir avec un mouvement social aux « traditions de foucades et de révolution »… Mais la force propulsive des luttes qui depuis la révolte anti-libérale de 1995 scandent la vie du pays n’a pas été suffisamment forte pour bloquer puis inverser les tendances lourdes de la situation. Les mutations du capitalisme, les processus de fragmentation, d’individualisation et de précarisation de la force de travail sont, à cette étape, plus forts, que les luttes qui, vague après vague, se cassent sur les digues du front de mer. Ces luttes ne croisent pas des crises politiques, institutionnelles, étatiques suffisamment aigues pour donner une nouvelle vigueur à un projet de transformation sociale.
Les défaites du siècle passé et les effets désagrégateurs du stalinisme et de la social-démocratie pèsent encore sur la conscience de millions de salariés et de jeunes et s’ajoutent aux effets de dislocations de la conscience de classe, des solidarités et des identités que les mutations économiques ont produites dans le salariat. Les décalages et désynchronisations entre les luttes, la combativité, les mouvements anti-systémiques et les processus de formation d’une conscience anti-capitaliste et, encore plus, d’une conscience socialiste révolutionnaire jouent sur les rapports de forces globaux. Il n’y a pas eu, encore à cette étape, de courants, mouvements ou partis « luttes de classes » correspondant au niveau de luttes existant dans le pays. Malgré des contradictions internes fortes, le coût social de la politique libérale, le capitalisme garde des marges de manœuvres pour restructurer le monde à sa façon. Et si le mouvement ouvrier, les travailleurs et leurs organisations, continuent à subir les dégâts de la politique des directions de la gauche libérale et du mouvement syndical ayant accepté la logique libérale, la bourgeoisie applique ses solutions, y compris les plus dures lorsqu’il faut mater un mouvement social récalcitrant.
 
Quelles perspectives ?
La nouvelle situation politique met à l’ordre du jour deux exigences, celle de l’unité pour résister aux plans du sarkozysme et la construction d’un nouveau parti des travailleurs.
a) L’unité d’abord. Elle est capitale. Nombre d’observateurs ont souvent comparé Sarkozy à Thatcher. Il y a des différences liées à l’histoire spécifique des droites de chaque pays, mais on peut penser qu’il y a une similitude stratégique entre la dynamique du « thatcherisme » et du « sarkozysme ». Les deux ont accédé au pouvoir à la suite d’une nette victoire électorale. Mais leur victoire électorale, par elle-même, ne peut résoudre les problèmes posés par la contre-réforme libérale dans chacun des pays. Pour appliquer le programme ultra-libéral, il faut transformer la victoire électorale en victoire sur le terrain de la lutte de classes. Il faut rechercher la confrontation sociale sur une ou deux questions clé et chercher à infliger une défaite majeure au monde du travail et au mouvement syndical.
Comme l’a indiqué André Slama, un de ses thuriféraires, dans le Figaro du 7 mai, le lendemain de la victoire électorale, « il va falloir injecter de la conflictualité sociale ». Le choix de Sarkozy par la bourgeoisie, c’est le choix de l’affrontement, c’est le choix de l’aiguisement de la lutte de classes. Encore une fois, l’application de son programme n’exclut pas, les manœuvres, les négociations, et plus précisément une nouvelle phase dans l’intégration des syndicats, mais l’objectif , c’est d’infliger une défaite sociale. Il faut maintenant relever le défi, préparer et se préparer aux combats annoncés. Dans cette perspective, la phase préparatoire est décisive, le choix des terrains d’affrontement, le rassemblement, l’accumulation de nouvelles énergies à travers de luttes de masses partielles ; bref il faut prendre la mesure des enjeux à venir. Ce sera difficile ; Sarkozy a les cartes en main, mais il peut aussi présumer de ses forces. Les victoires électorales ne sont pas automatiquement des victoires sociales...
Les résistances au libéralisme qui existent dans ce pays sont toujours aussi vives et le nouveau pouvoir peut aussi se casser les dents face à la ténacité sociale qui est une des marques de fabrique du pays. Il faut pour cela la mobilisation, la massivité et l’unité de l’ensemble des forces de la gauche sociale et politique du pays. Ce qui ne sera possible qu’en s’appuyant sur les forces de résistances de la gauche sociale pour la faire peser sur la gauche politique et syndicale traditionnelle.
b) La seconde exigence, c’est la construction d’un nouveau parti, un parti anti-capitaliste.
La direction du Parti socialiste ne fait plus mystère, Royal et Strauss Kahn en tête de vouloir « rénover la social-démocratie » dans une adaptation plus systématique au libéralisme et dans la recherche d’une alliance avec le centre. Il y a encore beaucoup d’inconnues dans la construction d’un nouveau projet de transformation du PS. « Nouveau parti social-démocrate », « Parti Démocrate » à l’américaine. Toute une série de formules vont maintenant foisonner dans la discussion. Déjà des voix s’élèvent dans cette direction. Hollande lance un appel pour un nouveau parti progressiste. J . Dray déclare que « le PS du congrès d’Epinay est obsolète ». D’autres appellent directement à la construction d’un nouveau « parti démocrate » Nous évoquions la situation italienne, c’est le choix qu’on fait les réformistes, socialistes, et centristes italiens. La situation française permettra t-elle d’aller jusqu’au bout de ce projet, la question est maintenant posée. Mais ce qui est sûr, c’est que la direction de tout ce mouvement est arrêtée, c’est : « à droite toute », et ce, bien sûr sous couvert de modernité !!
Dans une telle situation, peuvent apparaître des formules intermédiaires qui traduisent une certaine résistance à ce mouvement vers la droite… Mais l’expérience nous montre que ces « réformistes de gauche » ne peuvent aller jusqu’au bout dans la rupture avec le social libéralisme. Ils restent prisonniers de l’horizon social libéral et institutionnel dominant. Ainsi les dirigeant du Links Partei en Allemagne ont jugé que Schroeder allait trop loin dans l’intégration social libérale et ont constitué un nouveau parti avec Oscar Lafontaine et Gregor Gysy du PDS est-allemand, mais c’est pour continuer à gouverner avec la SPD dans les Land comme à Berlin !
Dans la gauche radicale, la discussion s’est aussi développée : un projet conséquent de construction/ reconstruction du mouvement ouvrier, d’une gauche anti-libérale ou anti-capitaliste est-il ou non compatible avec des alliances, un soutien parlementaire ou une participation gouvernementale à des coalition avec le social-libéralisme et le centre gauche. Ce débat a déjà divisé la gauche en Italie ou au Brésil. Cette question était à la base de divisions de la gauche anti-libérale à l’élection présidentielle.
La dynamique de la campagne et de l’après campagne ont confirmé ces divergences stratégiques. Le PCF a ouvert des négociations avec la direction du PS pour ces législatives. L’inconsistance de Bové s’est révélée dans ses appels à un gouvernement avec Hulot, et plus sérieusement dans son ralliement à la politique de Royal, acceptant même une mission sur la souveraineté alimentaire !!!
Ces évolutions globales, social-libéralisation de la social-démocratie, incapacité du PCF, Verts, alternatifs à se vivre comme une force vraiment indépendante du parti socialiste débouchent aujourd’hui sur une situation où les formules d’unité de la gauche anti-libérale incluant la direction du PCF et le courant Bové sont « caduques », dépassées par la situation de ces dernières semaines. A noter aussi une « accélération « du déclin du PCF. Avec moins de 2 % à la présidentielle, le PCF va maintenant connaître des tendances à l’éclatement, d’une part sous la pression de courants sensibles aux appels de Hollande pour un nouveau parti — c’est la signification des interventions répétées de Gayssot — et de l’autre des courants qui voudront réaffirmer l’identité « PCF », une identité qui n’a plus grand sens historique.
Toutes ces évolutions mettent à l’ordre du jour la construction d’une nouvelle force qui renoue avec les meilleures traditions du mouvement socialiste et communiste, qui défende un programme anti-capitaliste, et affirme son indépendance stratégique vis-à-vis du réformisme ancien ou moderne : un nouveau « parti ouvrier » qui tire les enseignements des principales expériences de ces dernières années. En effet, dans les conditions politiques de la France de 2007, sur la base de l’évolution social-libérale du PS et de l’effondrement du parti post-stalinien, il ne peut s’agir de construire un parti mi-chèvre - mi-choux, qui essaie de mêler « radicalité » et subordination à la social-démocratie ou au centre gauche, un parti qui essaie de rendre compatible la lutte et le cadre fixé par la gauche social-libérale dominante. Notre objectif n’est pas non plus de constituer une force de pression sur le PS, pour le pousser à « aller plus à gauche ». Il est de gagner des militants socialistes ou communistes à une perspective indépendante.
De ce point de vue, le succès de la campagne d’OB est un point d’appui décisif pour créer les conditions d’avancée vers ce nouveau parti. Les axes de campagne d’OB constituent d’ores et déjà la charpente du programme de cette nouvelle force : au centre la question sociale — dans ses multiples dimensions : féministe, écologiste, droits de la jeunesse, remise en cause de la logique capitaliste — et la démocratie — défense de tous les droits démocratiques, rupture avec la Ve République, élection d’une constituante, contrôle de la population, pouvoir à des assemblées élues dans les communes et les entreprises. Sa méthode : la lutte contre le système capitaliste, la logique du profit, sa substitution par la satisfaction des besoins sociaux, des incursions dans le droit de propriété pour généraliser l’appropriation publique et sociale des principaux secteurs de l’économie. Sa perspective : la répartition des richesses, l’égalité sociale, le socialisme. Sa stratégie : l’unité, l’indépendance de classe, la démocratie socialiste et le pouvoir des travailleurs.
Un tel parti s’adresse à tous ceux qui veulent construire ou reconstruire une nouvelle force politique vraiment à gauche. Ce parti ne tranchera pas toutes les questions tactiques et stratégiques. Une série de débats resteront ouverts, mais cette nouvelle force politique sera fortement arrimée à la lutte de classes ; elle aura clarifié sur la base de l’expérience politique certaines des questions stratégiques clé, notamment le rôle central de l’auto-émancipation et de l’autogestion de la population dans la transformation sociale, le rapport aux institutions subordonné à l’activité du mouvement social, l’indépendance vis-à-vis de l’Etat et de ses institutions centrales en exprimant clairement le refus de tout « ministérialisme » au travers le soutien ou la participation à des gouvernements de gestion de l’Etat et de l’économie capitaliste.
A tous ces projets de gestion du système, nous opposons la rupture avec le capitalisme et la constitution d’un gouvernement des travailleurs. Enfin, ce parti doit fonctionner sur les principes d’une démocratie centralisée qui combine efficacité dans l’action et droit d’expression des divers points de vue, avec droit de tendance, un parti qui veille au contrôle des directions élues par les militants, à la rotation des dirigeants à tous les niveaux, un parti qui donne à chacune et chacun toute sa place dans le combat commun.
Les bases constitutives de ce parti découlent de tout notre combat politique : la défense d’un programme anti-capitaliste, la stricte indépendance vis-à-vis du PS, et la démocratie ; un cadre politique organisé national et démocratique, tissant des liens internationaux avec la gauche anticapitaliste internationale.
Toute la question qui nous est maintenant posée est de discuter comment construire ce nouveau parti. Un parti ouvert, rassemblant tous les militants, courants, expériences qui se reconnaissent dans une telle démarche. C’est dans cet état d’esprit que nous devons engager dans les semaines et les mois qui viennent le dialogue avec les forces qui sont prêtes à agir avec la LCR dans cette direction, en commençant par les secteurs de la jeunesse et du monde du travail les plus avancés dans le combat anticapitaliste. Nous proposerons aussi cette discussion aux courants issus de la crise du PS et du PCF, aux militants anti-libéraux, à tous les révolutionnaires. Cette force ne sera pas le produit de construction aléatoire, combinant appareils — petits ou grands — personnalités autoproclamées ou regroupements aux contours et règles de fonctionnement floues. Elle est le produit des meilleures expériences de la lutte de classes de ces dernières années : elle s’adresse à tous ceux et à toutes celles qui veulent construire, avec nous, ce nouveau parti anticapitaliste.
La LCR est le principal instrument dans la construction de ce nouveau parti. Des centaines de jeunes et de travailleurs viennent de faire le pas pour la rejoindre, celle-ci doit aussi se transformer pour répondre à la nouvelle situation. Mais nous pensons que dans cette nouvelle situation politique où la gauche française va connaître des bouleversements politiques majeurs, nous pouvons et devons faire mieux, tenter d’organiser des milliers de nouveaux militants, aller au-delà de la LCR, avancer vers une force plus implantée, plus large, plus ouverte qui rassemble et permette une nouvelle avancée dans la construction d’une force au service des exploités et des opprimés.
SABADO François
* Paru dans Critique communiste n° de juin 2007.
Lire la suite

Rachida Dati, le tout pénitentiaire : communiqué de presse de la LCR du 4-07-2007

4 Juillet 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

Rachida Dati, le tout pénitentiaire
Communiqué de presse

 
logo-lcr1-1.jpgLa loi sur la récidive et les peines planchers, présenté au Sénat le 5 juillet, ouvre le bal des lois réactionnaires de la présidence Sarkozy. Retoquées en 2005 lors du vote de la précédente loi sur la récidive, les peines planchers et la limitation drastique de l’excuse de minorité forment le noyau dur du nouveau projet de loi. Importé des Etats-Unis, le concept des peines planchers consacre la prison comme unique horizon, au détriment du développement des peines alternatives à l’incarcération. Pointe le danger d’une justice aveugle et mécanique qui pourra envoyer en prison pour une durée de 6 mois un jeune de moins de 16 ans ayant dérobé un portable, s’il s’agit de sa deuxième infraction et qu’il la commet en réunion. Pas encore votée mais déjà fortement contestée par les professionnels de la justice, cette loi aura pour conséquence une aggravation considérable de la surpopulation carcérale qui peut atteindre 130 à 150% dans certaines prisons, surpopulation dénoncée pendant la campagne présidentielle lors des Etats généraux de la condition pénitentiaire. Elle signifie la mise à mort de la philosophie éducative de l’ordonnance de 1945 qui a institué la justice des mineurs. La LCR réaffirme son opposition radicale à la politique du tout carcéral, mise en œuvre par la Garde des sceaux et son attachement à la primauté de réponses éducatives pour les mineurs délinquants contenue dans l’ordonnance de 1945.

Le 4 juillet 2007.

Lire la suite
1 2 > >>