Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Tract Lcr-Eure: Battons Sarkozy et toutes les politiques anti-ouvrières, imposons l'urgence sociale!

29 Avril 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #EDITOS

Battons Sarkozy et toutes les

politiques anti-ouvrières !

Par nos luttes, imposons

l'urgence sociale !

Un million cinq cent mille électeurs et électrices ont porté leurs suffrages sur le nom d'Olivier Besancenot, 300 000 de plus qu'en 2002, et ce malgré la pression du « vote utile » pour contrer Sarkozy. C'est un encouragement précieux pour les luttes de demain et nous remercions tous ceux qui ont voté pour nous.

Nous avons réussi ensemble dans cette campagne à porter les attentes de millions de salariés : pour le droit à l'emploi, l'augmentation du pouvoir d'achat ou encore le droit au logement ; le SMIC à 1 500 euros nets, l'augmentation de tous les revenus de 300 euros nets, la réquisition des logements vides, l'interdiction des licenciements et la lutte contre les discriminations... Autant de revendications désormais installées dans la société et dans le monde du travail ; autant de mobilisations à venir pour faire entendre notre voix et notre force.

Battons-nous contre toutes les politiques antisociales

A l'issue du premier tour, Nicolas Sarkozy est donc en tête et qualifié face à Ségolène Royal. L'UMP qui, depuis cinq ans, a mené une politique de démolition systématique de nos conquêtes sociales, vient de montrer sa force en obtenant plus de 30 % des voix. Et si Le Pen est exclu de la compétition, et c'est une excellente nouvelle, c'est bien parce que Sarkozy a recyclé dans son discours une partie du programme et des idées du Front National... qu'il compte appliquer au pouvoir comme il a déjà commencé à le faire en tant que ministre de l'Intérieur ! Beaucoup de salariés sont inquiets, et à juste titre, à l'idée de voir Sarkozy gouverner encore 5 ans car ce qu'il promet aux travailleurs, c'est le traitement de choc du MEDEF. C'est à dire plus d'inégalités, plus d'injustices et moins de libertés avec un patronat plus arrogant et brutal que jamais puisqu'il se sentira les coudées franches. C'est pourquoi de nombreux salariés voteront pour la candidate du PS pour empêcher Sarkozy de gagner même s'ils ne se font aucune illusion sur sa politique.

Car le projet du PS se situe sur le même terrain que la droite en acceptant le libéralisme et en saluant les profits des grandes entreprises. Le PS a couru derrière la droite jusque sur le terrain du patriotisme et du nationalisme. Et désormais, la direction du PS et sa candidate lorgnent vers l'UDF pour l'emporter dans quinze jours. Bien sûr, nous souhaitons la défaite de Sarkozy qui a cogné sur les salariés et les jeunes pendant 5 ans mais c'est à Ségolène Royal de convaincre les électeurs des classes populaires à voter pour elle en s'engageant à répondre aux revendications sociales des travailleurs, des chômeurs et des retraités pour lesquels elle n'a pas eu un mot pendant cette campagne.

Par nos luttes décrétons l'urgence sociale

Quelle que soit l'issue du second tour, il faudra une opposition pour battre les politiques anti-ouvrières qu'elles viennent de droite ou de gauche, pour imposer un SMIC à 1 500 euros nets tout de suite, l'interdiction des licenciements, le partage du travail pour en finir avec le chômage et la défense des services publics.

Nous avons besoin d'un nouveau parti des travailleurs, une nouvelle force anticapitaliste, pour les luttes et les résistances. La LCR vous propose de construire ensemble cette force capable de combattre le capitalisme et d'offrir l'espoir qu'une autre société est possible. C'est ce message que la Ligue Communiste Révolutionnaire portera non seulement aux législatives en étant présente dans toutes les circonscriptions du département mais aussi et surtout dans la rue dès le 1er mai.


Rejoignez le cortège de la

LCR le 1er mai à Évreux

10h30, Bourse du travail


Une campagne réussie et un écho sans précédent

16 775 voix dans l'Eure, soit 4 141 de plus qu'en 2002. Notre pourcentage passe de 4,66 % à 4,98 %, près d'1% de plus que la moyenne nationale. C'est dans les villes les plus ouvrières et les quartiers populaires que nous réalisons les scores les plus élevés : 8,7 % à Val-de- Reuil, 7,2 % à Serquigny, 6,9 % à Louviers, 6,7 % à Brionne, 6,4 % à Pont-de-l'Arche...

L'accueil sans précédent que les militants de la LCR ont rencontré sur les marchés, à la porte des entreprises tout au long de cette campagne, les nombreuses demandes d'adhésion ou prises de contact, tout cela est un encouragement à poursuivre nos efforts pour construire une nouvelle force politique anticapitaliste aussi fidèle aux intérêts des classes populaires que la droite l?est aux intérêts du patronat.

Royal ou Sarkozy : la « rupture » annoncée n'ébranlera pas les marchés...

 

Il y a beau temps que la Bourse ne frémit plus et que les marchés ne sont plus ébranlés par les résultats aux présidentielles : les investisseurs savent pertinemment que, quel que soit le (ou la) candidat(e) élu, PS ou UMP, il sera toujours en phase avec leurs intérêts. La preuve en est qu'à la veille des élections, la Bourse de Paris atteignait son meilleur niveau depuis 6 ans.

Et puisque tout est prétexte à faire du profit, certains, à la manière de la Société Générale ont même créé pendant la campagne des « paniers » d'actions Sarkozy et Royal dont les performances boursières devraient progresser avec la mise en place des programmes de l'un ou de l'autre. Alors les voilà tous en train de scruter les entrailles des programmes des candidats et d'en tirer des présages : quelles valeurs profiteront donc d'une victoire PS ou UMP ?

En cas de victoire du PS, s'il renoue avec sa tonalité écolo, les analystes prévoient déjà tout l'intérêt à miser sur les valeurs de l'environnement ; en cas de victoire de Sarkozy ce sont celles du BTP qui auraient un sursaut puisque, comme le dit la Société Générale : « La réforme des 35 heures aura probablement des impacts positifs sur les secteurs ayant des coûts de main-d'oeuvre importants ». Pour eux, c'est clair, PS ou droite, les profits iront bon train et aucun changement notable ne viendra traumatiser les marchés !

Lire la suite

Sarkozy-Le Pen : la copie et l’original...

29 Avril 2007 , Rédigé par LCR Publié dans #QUI SOMMES NOUS QUE VOULONS-NOUS

Sarkozy-Le Pen : la copie et l’original...

 

Article paru dans Rouge, l’hebdomadaire de la LCR, concernant le bilan du premier tour... Pour s’abonner, cliquer ici.

La forte mobilisation électorale a largement profité à Sarkozy, qui recueille 31,18 % des suffrages, soit plus de 11 millions de voix. Le Pen, lui, chute : 10,44 % des voix. Sarkozy a réussi son pari : la rupture avec la période Chirac pour affaiblir le FN à son profit. Une page est tournée.

« Les Français ont préféré l’apparence du changement au changement réel », a déclaré avec dépit Le Pen, le soir du premier tour, devant la faiblesse de ses scores. L’extrême droite perd, en additionnant les scores de Le Pen et de Mégret en 2002, près d’1,5 million de voix par rapport à l’élection présidentielle précédente. Cette chute de Le Pen, qui prépare probablement, à plus ou moins long terme, le déclin du FN, est pour une large part due au fait que Sarkozy a repris à son compte les thèmes privilégiés de l’extrême droite. Flattés dans le sens de leurs préjugés, bon nombre d’électeurs d’extrême droite ont voulu assurer la présence de Sarkozy au second tour dans le meilleur rapport de force possible.

Ce dernier a réussi son pari d’absorber une partie de l’électorat FN afin de s’imposer comme le candidat de la rupture avec l’époque Chirac, celle de la cohabitation, dont Le Pen a été l’enfant. À l’issue des années 1990, alors que Chirac avait été Premier ministre de Mitterrand, puis Jospin celui de Chirac, Le Pen avait su détourner à son profit le mécontentement suscité par les reniements et le libéralisme de la gauche, mécontentement que la droite, partageant le pouvoir avec elle, ne pouvait capitaliser. En rompant avec cette période, Sarkozy a reconquis une partie de cet électorat en s’affirmant comme une vraie droite, décomplexée, dure, se nourrissant des mêmes préjugés que l’extrême droite.

Cette première étape achevée, il lui faut, parallèlement, gagner la bataille au centre. Ainsi reprend-il, pour le second tour, la chanson de Bayrou : « Je ne souhaite qu’une chose : rassembler le peuple français autour d’un nouveau rêve français. » Nicolas Sarkozy arrondit les angles, déclare son « respect » pour Ségolène Royal et termine sa déclaration d’après premier tour en déclarant : « Cette France fraternelle, c’est elle qui m’a tout donné. Je lui dois tout. Il est venu le temps de tout lui rendre à mon tour. J’invite tous les Français de bonne volonté, quels que soient leurs origines, leurs croyances, leurs partis, à s’unir à moi pour qu’ensemble nous puissions bâtir. » Et ses officiers de multiplier les appels du pied en direction de Bayrou et de ses électeurs.

Face à cela, Royal semble vouloir mener sa campagne sur le terrain des personnalités, des caractères des deux candidats espérant ainsi attirer des électeurs de Bayrou qui pourraient être repoussés par l’arrogance de Sarkozy... Elle prend l’initiative de proposer au leader centriste « un dialogue ouvert et public », se mettant encore une fois en position de concurrence avec Sarkozy sur le même terrain que lui. La logique présidentielle conduit les deux adver-saires à chasser sur les mêmes terres du centre, en soulignant les convergences de fond qui existent entre eux, par-delà les personnalités. Il n’est pas dit que Sarkozy ne soit pas le perdant de ce petit jeu. Son ambition de capter des voix à la gauche, au centre et à l’extrême droite, pourrait se révéler un piège et se retourner contre lui. Sauf que son score se nourrit de la pression à droite qu’exercent l’ensemble des forces politiques, y compris le PS, leur capitulation devant les exigences des grands actionnaires et du Medef.

C’est ce dont se flattait Le Pen : « Nous avons gagné la bataille des idées. La nation et le patriotisme, l’immigration et la sécurité ont été mis au centre de la campagne de nos adversaires. » Que Le Pen puisse ainsi se flatter d’avoir réussi à enfermer le débat politique dans le cadre de préoccupations réactionnaires travaille pour Sarkozy. Le recul électoral du FN ne pourra se transformer en un réel retour du balancier politique à gauche en réponse au 5 mai 2002 que si émerge une nouvelle force capable d’imposer dans le débat, la démocratie, le progrès, l’urgence sociale et démocratique, la nécessaire alternative anticapitaliste dont la société a besoin. C’est pourquoi, agir pour battre Sarkozy, c’est au second tour, dans la continuité du premier, exercer la pression la plus forte possible, la plus à gauche possible.

Yvan Lemaitre

Lire la suite

Résultats LCR : quelques chiffres....

29 Avril 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #DES CHIFFRES

Résultats LCR : quelques chiffres....

 Plus de 5% dans 22 départements

Article paru dans Rouge, l’hebdomadaire de la LCR, concernant le bilan du premier tour... Pour s’abonner, cliquer ici.

Dans 22 départements, la barre des 5 % est dépassée. Dans dix-huit autres, les résultats sont compris entre 4,4 % et 5 % (cf. la carte ci-contre).

On citera en particulier, le Pas-de-Calais (6,21 %), la Somme (5,88 %), la Seine-Maritime (5,78 %), la Sarthe (5,72 %) ou encore la Haute-Vienne (5,49 %). A contrario, les scores les plus faibles en France métropolitaine sont obtenus à Paris (2,10 %), dans les Alpes-Maritimes (2,40 %), dans les Hauts-de-Seine (2,52 %) et dans les Yvelines (2,77 %). Nul besoin d’une connaissance très fine de la réalité sociale française pour connaître les différences entre ces deux groupes de départements. Il apparaît assez incontestable, notamment dans les départements du nord et de l’est de la France qu’Olivier Besancenot a bénéficié d’un électorat populaire votant traditionnellement pour le PCF ou Lutte ouvrière. Au final, dans l’ensemble des 95 départements métropolitains, Olivier Besancenot devance Marie-George Buffet. Il en va de même en Outre-mer, à l’exception de l’île de la Réunion. Dans certaines villes, les résultats sont prometteurs. Ainsi, au Havre (76) avec 6,28 %, à Tergnier (02) avec 8,48 %, à Morlaix (29) avec 6,32 %, à Saint-Pierre des Corps (37) avec 7,28 %, à Grande-Synthe (59) avec 7,42 %, à Calais (62) avec 7,15 %, à Hérouville-Saint-Clair (14) avec 6,69 %, etc. Cette liste, ne demande qu’à être enrichie, n’hésitez donc pas à nous communiquer les plus intéressants, cela fait toujours plaisir.

Enfin, notons, même si les scores demeurent modestes, une progression spectaculaire de nos résultats en Corse et dans les DOM-TOM. Ainsi, Olivier Besancenot passe de 500 voix à 4 276 en Guadeloupe, de 421 à 4 045 en Martinique, de 4 500 à 9 416 à la Réunion et de 2 983 à 5 941 en Corse. Tous ces résultats doivent beaucoup à l’investissement de nos camarades du Groupe révolution socialiste (GRS) aux Antilles, à ceux de Maron à la Réunion et à ceux d’A Manca naziunale en Corse.

Résultats d'Olivier Besancenot en 2002 et 2007 dans l'Eure

 

O.B. 2002

Voix Eure

O.B. 2002

% Eure

O.B. 2007

Voix Eure

O.B. 2007

% Eure

O.B.

2002/2007

Voix Eure

O.B.

2002/2007

% Eure

12 634

4,66

16 775

4,98

+ 4 142

+ 0,32

DIMANCHE 22 AVRIL 2007 EURE (27) (résultats complets)

Lire la suite

Débat Bayrou -Royal

29 Avril 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

Débat Bayrou-Royal : Krivine a vu des programmes "solubles l’un dans l’autre"

Dépêche AP | 28.04.2007 | 14:43.

Alain Krivine, porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), a estimé samedi à l’issue du débat entre Ségolène Royal et François Bayrou qu’il avait vu "un grand compromis entre une partie de la droite et une partie de la gauche, avec un porte-parole du centre-droit et une porte-parole du centre-gauche, pour développer des programmes qui sont tout à fait solubles l’un dans l’autre et réciproquement".

"Je crois que la grande absente de ce débat a été la question sociale", a-t-il dit sur France-Info "et la grande absente sur le plan politique a été la vraie gauche". M. Krivine a précisé que la LCR maintenait toujours son appel à voter contre Nicolas Sarkozy au second tour de la présidentielle. APDebat Bayrou-Royal

Lire la suite

LE GRAND COMPROMIS EN MARCHE -Communiqué de la LCR du 28-04-2007

28 Avril 2007 , Rédigé par LCR Publié dans #COMMUNIQUES


Le grand compromis en marche

Communiqué de la LCR.

Le débat entre S.Royal et F.Bayrou a réuni deux responsables politiques se situant dans le cadre du libéralisme et qui se sont évertués à souligner que leurs programmes respectifs étaient compatibles. Ce débat a donc versé dans un plaidoyer commun pour bâtir un grand compromis politique susceptible de « faire un bout de chemin ensemble » selon les termes de la candidate du parti socialiste. Institutions, construction européenne, questions de société, la liste est longue des convergences actées par deux responsables de partis qui jouent au centre le sort de l?élection présidentielle. Les questions sociales ont été les grandes absentes de ce débat. Rien sur l?inégalité croissante dans la répartition des richesses, rien sur les parachutes dorés, rien sur les 300 euros net d?augmentation des salaires, ni sur le SMIC à 1500 euros net, rien sur la nécessité de réduire davantage le temps de travail pour créer tous les emplois nécessaires à la résorption du chômage. Alors que les jalons d?une alliance politique de centre gauche ont été posés, la LCR, en toute indépendance vis-à-vis du PS, continuera à ?uvrer pour la construction d?une vraie gauche anticapitaliste.

 Le 28 avril 2007

Lire la suite

Edito de la semaine : Déclaration d'Olivier Besancenot du 22 avril 2007

22 Avril 2007 , Rédigé par LCR Publié dans #EDITOS

Déclaration d’Olivier Besancenot

4,13% d’électeurs et d’électrices se sont rassemblés autour de ma candidature. Malgré la pression du « vote utile » plus de un million cinq cent mille électeurs et électrices ont porté leurs suffrages sur mon nom. C’est un encouragement précieux pour les luttes de demain. Je remercie ceux et celles qui viennent de voter pour moi. Nous avons réussi ensemble dans cette campagne à répondre aux attentes sociales : pour le droit à l’emploi, l’augmentation du pouvoir d’achat ou encore le droit au logement ; le SMIC à 1500 euros net, l’augmentation de tous les revenus de 300 euros nets, la réquisition des logements vides, l’interdiction des licenciements et la lutte contre les discriminations... Autant de questions désormais installées dans la société et dans le monde du travail ; autant de mobilisations à venir pour faire entendre notre voix et notre force.

Battons Sarkozy

Avec plus de trente pour cent des voix, le candidat UMP vient de montrer sa force. Si on ajoute à ses voix réactionnaires, l’électorat de droite traditionnel de l’UDF, les voix de Le Pen, de Villiers, cela représente un total droite-extrême droite proche de 60% des votes. Pourtant la droite vient depuis cinq ans de mener une politique de démolition systématique de nos conquêtes sociales, et Sarkozy veut appliquer désormais à la société française le traitement de choc du MEDEF. C’est à dire plus d’inégalités, plus d’injustices et moins de libertés. Pour la première fois depuis 1981, un vote sanction de l’équipe en place ne s’exprime pas ; au contraire Sarkozy est parvenu à allier continuité et rupture avec l’héritage chiraquien. Il a pour l’heure réussi son pari de faire baisser le Front national de manière significative pour la première fois depuis le milieu des années 80. Le Pen est exclu de la compétition et c’est une excellente nouvelle. Mais Sarkozy recycle dans son discours une partie du programme et des idées du FN...qu’il compte appliquer au pouvoir ! De même a-t-il su récupérer le non nationaliste, cocardier, qui s’était exprimé le 29 mai 2005 autour des campagnes du FN et de Villiers. Chassant sur les terres du FN, cet homme et son programme sont un danger majeur immédiat.

Personne n’est propriétaire de ses voix et chacun, chacune est évidemment libre de son vote le 6 mai. Mais depuis cinq ans la LCR combat la politique de Chirac et de ses premiers ministres dans la rue comme dans les urnes. Et évidement la politique sécuritaire de Sarkozy. C’est en ce sens que je vous appelle le 1er mai à manifester dans toutes les villes de France pour les mesures d’urgence sociale que j’ai défendues dans cette campagne et contre le projet antisocial de Sarkozy. Le deuxième tour prend nécessairement l’allure d’un référendum anti-Sarkozy pour tous ceux et celles qui entendent résister à sa politique. Le 6 mai nous serons du côté de ceux et celles qui veulent empêcher Nicolas Sarkozy d’accéder à la présidence de la république. Il ne s’agit pas de soutenir Ségolène Royal mais de voter contre Nicolas Sarkozy.

Par nos luttes décrétons l’urgence sociale

Face à cette droite dure, le parti socialiste et sa candidate ne sont pas en effet à la hauteur. Ce coup-ci le PS bénéficiait de trois facteurs favorables par rapport à 2002. La gauche a été dans l’opposition, n’avait pas de bilan immédiat à porter et pouvait surfer sur le rejet de la politique brutale de la droite. Les dirigeants socialistes ont pu également tirer la corde du vote utile pour éviter un nouveau 21 avril 2002. Et enfin, en obtenant le ralliement de Taubira pour le PRG et de Chevénement pour le MRC, Ségolène Royal s’est évité une compétition qui avait tant coûté à Jospin. J’ai proposé tout au long de cette campagne une redistribution des richesses. Je constate que ce n’est pas le projet du PS qui se situe sur le même terrain que la droite en acceptant le libéralisme et en saluant les profits des grandes entreprises. C’est pourquoi la LCR ne se situe pas en soutien à Ségolène Royal. Désormais, il semble bien que la direction du PS et sa candidate lorgnent vers l’UDF pour l’emporter dans quinze jours. Un nouveau déplacement vers la droite.

J’appelle celles et ceux qui se sont reconnus dans nos propositions à se regrouper pour qu’ensemble nous puissions créer une force susceptible de les défendre dans les mobilisations sociales. Quelle que soit la présidence qui sortira des urnes le 6 mai, il faudra continuer à s’opposer aux politiques libérales et la LCR continuera à oeuvrer pour l’unité la plus large possible dans les luttes à venir. Et ce, si Sarkozy devait malheureusement l’emporter le 6 mai, mais également si Ségolène Royal était élue afin qu’elle connaisse une opposition à sa gauche et pas seulement à sa droite.

Nous avons besoin d’une nouvelle force anticapitaliste. Pour être utile dans les luttes et les résistances en s’appuyant sur la nouvelle génération politique qui émerge après les mobilisations contre le CPE, dans les banlieues et dans les entreprises,. La LCR vous propose de construire ensemble cette force capable de combattre le capitalisme et d’offrir l’espoir qu’un autre monde est possible.

22 avril 2007

Lire la suite

2700 A TOULOUSE!

20 Avril 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #OLIVIER BESANCENOT

2 700 à Toulouse avec Olivier!


A 20h40, la salle Mermoz est archi pleine et déjà plus de 400 personnes s’installent à l’extérieur devant l’écran… Et ça arrive encore, histoire de faire honneur au fameux quart d’heure toulousain (quand c’est pas demi heure). Et puis il fait chaud ce soir à Toulouse… Après des représentants des collectifs anti OGM, des Don quichotte, d’un syndicaliste de l’ANPE, de RESF, c’est au tour de Jean-Michel Audoin, salarié d’Airbus d’expliquer la situation qui est faite aux milliers de salariés de cette entreprise.. A 21h20, les chiffres sont confirmés. Plus de 2700 personnes au dernier meeting de campagne de la LCR. Du jamais vu de mémoire de vieux militant présent. Un public, jeune, populaire et… très enthousiaste. Ca fait vraiment chaud au cœur et sanctionne une grosse campagne des sections de la LCR et des JCR qui se renforcent. L’intervention d’Olivier est saluée par un tonnerre d’applaudissements.

Ci dessous la dépêche AP :

Olivier Besancenot est "satisfait" de la campagne "quel que soit le résultat"

Le candidat de la Ligue communiste révolutionnaire à l’élection présidentielle, Olivier Besancenot, qui était en meeting vendredi à Toulouse, s’est déclaré "satisfait" de la campagne électorale "quel que soit le résultat du 22 avril".

"La campagne a été enthousiasmante", a indiqué le porte-parole et candidat de la LCR devant près de 2.600 sympathisants toulousains. "Nous avons rencontré de l’adhésion et quel que soit le résultat du premier tour, nous sommes satisfaits", a-t-il précisé.

Devant une salle comble de 2.100 personnes et près de 500 autres qui ont assisté au meeting par écran interposé à l’extérieur de la salle, Olivier Besancenot, crédité de 5% des intentions de vote dans les sondages, s’est félicité "d’aller à contre-courant de la campagne au comble de l’hypocrisie" et de "résister" à la "politique de ségrégation", tout en réaffirmant son indépendance à l’égard du Parti socialiste.

"Si Ségolène Royal est au pouvoir, il faudra qu’elle compte avec une opposition pas seulement à droite mais à gauche aussi." "Si Sarkozy est élu, il y aura du bordel dans le pays", a-t-il prévenu.

Le candidat s’est déclaré pour "le monopole public" dans l’aéronautique en fustigeant Louis Gallois de "s’immiscer dans l’économie privée". Olivier Besancenot a aussi souhaité rendre "hommage" au président d’Airbus et co-président d’EADS en proposant "un droit d’ingérence dans l’économie privée", avant de préciser vouloir "obtenir la capacité à s’attaquer à l’opacité des comptes des entreprises", en mentionnant les indemnités perçues par Noël Forgeard, lors de son départ de la direction d’EADS en juillet.

AP

Lire la suite

2100 A GRENOBLE !

20 Avril 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #OLIVIER BESANCENOT

Et toujours dans une chaude ambiance !

Voici la dépêche AFP...

Besancenot tire à boulets rouge sur Sarkozy et fait huer Chirac

GRENOBLE, 19 avr 2007 (AFP) - Le candidat de la Ligue communiste révolutionnaire à l’élection présidentielle, Olivier Besancenot, en meeting à Grenoble jeudi soir, a vivement critiqué Nicolas Sarkozy, le candidat de l’UMP et fait huer le nom de Jacques Chirac dans une salle comble. "Nicolas Sarkozy a transformé le ministère de l’Intérieur en commissariat central et notre proposition est que Jacques Chirac y rentre car il y a des juges qui l’attendent", a t-il déclaré, provoquant les cris dans la salle de "Chirac en prison". Passant en revue les échecs, selon lui, du gouvernement actuel (l’immigration, le logement, l’écologie...), il a rappelé que Neuilly-sur-Seine, "la ville la plus riche de France" ne compte que "1,34% de logements sociaux". Il s’est moqué des élus qui parlent du respect de la loi mais qui n’en tiennent pas compte, et a appelé à "rendre inéligibles les élus de la République qui ne veulent pas respecter la loi" qui impose aux municipalités la construction de 20% de logements sociaux. Olivier Besancenot a aussi reproché à la gauche sa timidité sur l’immigration, "devenu un sujet sensible, presque tabou". Pour le candidat de l’extrême gauche, qui souhaite régulariser tous les sans-papiers, "l’immigration n’est pas tabou, car ce n’est pas un problème". Peu avant, lors d’un point presse, Olivier Besancenot avait estimé que cette campagne lui avait permis de faire passer un message : "la France ne s’appauvrit pas. Notre pays n’a jamais été aussi riche, le problème, c’est la redistribution des richesses". Cette campagne "réussie" lui a permis de nouer des contacts avec de nouvelles personnes. "En 2002, a t-il rappelé, la campagne nous avait permis de doubler nos militants, qui sont passés de 1.500 à 3.000". "Partout on a loué des salles trop petites", a t-il ajouté. Ce jeudi, à Grenoble, la salle de 1.000 personnes était pleine, près du double a suivi le meeting sur des écrans placés à l’extérieur.

Lire la suite

La Résistance des Travailleurs aux délocalisations

20 Avril 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #RESISTANCE

Manifestation de 800 personnes à Brionne (Eure) en soutien aux travailleurs de Georgia Pacific mencés de licenciements.

20 000 manifestants à Bruxelles contre la fermeture de l'usine Volkswagen près de la capitale Belge. Bilan: 4 000 licenciements et 6 000 supressions d'emplois chez les fournisseurs et sous-traitants.

Manifestation et grève des travailleurs d'Alcatel-Lucent contre le plan de licenciements le 15-02-2007

12 000 manifestants à Toulouse avec les travailleurs d'Airbus contre le plan de licenciements.

Plus de 800 manifestants avec les Metzeler le 13 janvier 2007

Montreuil-l’Argillé (Eure): grève historique et victorieuse à Zalkin

Serquigny (Eure): Arkema en grève contre 37 supressions de postes

Manifestation de 10 000 salariés d'Airbus en Allemagne le 5-02-2007 contre les menaces de licenciements.

INTERDICTION DES LICENCIEMENTS!
Lire la suite

LES ACTIONNAIRES EN PROFITENT

20 Avril 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #DES CHIFFRES

LES ACTIONNAIRES EN PROFITENT


Pendant ce temps les profits du CAC 40 grimpent:
51,6 milliards d'Euros en 6 mois en 2006!

Des riches de plus en plus riches

La fraude fiscale et sociale du patronat équivaut au déficit budgétaire 2006!

Total: 13 milliards d'Euros de bénéfices en 2006

En 2006, les groupes du CAC 40 ont reversé 40 milliards d'euros à leurs actionnaires. (Soit 25% de plus qu'en 2005)

Près de 100 Milliards d'euros de bénéfices en 2006 pour les patrons du CAC 40!

Bénéfices records pour GDF : 2,3 milliards d'Euros et 29% de hausse!

65 Milliards d'Euros: c'est le montant des subventions publiques aux entreprises en 2006, soit plus que le budget de l'Education nationale ou la totalité des dépenses hospitalières!

7,6 millions d'euros: c'est le montant des subventions publiques du département de Seine Maritime au patronat local.

140 000 Euros, c'est le montant des subventions de la Communauté d'agglo de Seine-Eure aux patrons de "Cosmétic Valley"

Lire la suite
1 2 3 4 > >>