Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Carrefour licencie un salarié SDF

28 Décembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #REPRESSION

Carrefour licencie un salarié SDF : joyeux Noël !

 

Le 15 décembre, Carrefour a licencié un salarié pour retards et absences repetés. Comment être à l’heure et toujours présent quand on est sans domicile fixe ? et comment recevoir et répondre aux courriers de son employeur ? Avec des salaires inférieurs à 1000 € par mois, il est presque impossible de se loger aujourd’hui en région parisienne. Le salarié venait d’obtenir un logement par le 1% patronal, il n’y aura plus droit puisqu’il vient d’être licencié... Pendant ce temps, Carrefour continue de faire des milliards d’euros de bénéfices... Vendredi matin, plus de 90% des salariés étaient en grève pour soutenir leur collègue.

Lire la suite

Contre la répression du mouvement anti-CPE dans l'Eure

23 Décembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #REPRESSION

SOLIDARITE CONTRE LA REPRESSION!

ARRET DE TOUTES LES PROCEDURES EN COURS CONTRE LES LYCEENS!

Plusieurs dizaines de jeunes ont été ou risquent d’être convoqué-e-s à la gendarmerie de Bernay et interrogé-e-s pour avoir participé à la lutte contre le CPE au printemps dernier et pour avoir, dans ce cadre-là, occupé le lycée Fresnel les 6 et 7 avril dernier.

Cette occupation, après de longues semaines de mobilisation, répondait à la surdité du gouvernement qui a misé sur le pourrissement du mouvement et les tensions que cette situation ne pouvait manquer de créer. 

En retirant le CPE, le gouvernement a donné raison à la jeunesse mobilisée.

Il est ainsi d'autant plus inacceptable de vouloir - plus de neuf mois après les faits ! - criminaliser l'action lycéenne et s'acharner contre ceux qui ont gagné le retrait du CPE. 

Il ne s'agit, à l'évidence, que d'une vengeance pour les dissuader de s'organiser à l'occasion d'éventuelles luttes à venir.

Nous tenons collectivement à exprimer notre soutien actif à toutes celles et tous ceux qui sont aujourd'hui victimes de tracasseries policières et judiciaires pour le combat qu'ils ont mené contre le CPE au printemps dernier.

Nous réclamons l'arrêt de toutes les procédures en cours.

Premiers signataires :

Attac Risle Charentonne, Ecole émancipée, LCR de Bernay, Sud Education, Sud-PTT, Les Verts Risle Charentonne...

Le 22 décembre 2006.

Lire la suite

Grève des facteurs de l'agglomération d'Evreux les 21 et 22 -12-2006

23 Décembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #RESISTANCE

Grève reconductible des facteurs d'Evreux

 contre la précarité et les restructurations au dépend du service publique

Les facteurs d'Evreux, Gravigny et Saint-Sébastien-de-Morsent ont reconduit vendredi, le mouvement de grève débuté jeudi. Les grévistes (70 %, chiffre confirmé par la direction régionale de la poste à Rouen) défilaient hier matin dans les rues pour faire le piquet de grève devant la direction départementale de la Poste à Evreux.
Les syndicats SUD-Ptt, CFDT, FO, Sud, CGT dénoncent la précarité d'une dizaine d'emplois et la pénibilité accrue du travail de certains agents dans le cadre de la restructuration du centre de tri de l'Eure. En février prochain, les locaux du boulevard Pasteur disparaîtront au profit du centre de la rue Lavoisier à La Madeleine. Les facteurs des trois sites (devenant des bureaux de distribution centralisée urbaine) seront regroupés rue Lavoisier dans des conditions qui les inquiètent, pour eux-mêmes et pour les usagers.

« Notre sentiment est qu'aucun responsable n'a la maîtrise de ce qui est délivré au niveau national. Aucune avancée n'est constatée. C'est pourquoi nous faisons grève aujourd'hui. Il nous faut des réponses », expliquait hier Marc Vanthuyne, responsable Poste CGT. Les délégués syndicaux étaient reçus hier après-midi à la direction du groupement de l'Eure à Evreux.

D'après Paris Normandie


 

Dernière minute: GREVE A CARREFOUR-EVREUX

Les empoyé de Carrefour-Evreux étaient en grève le samedi 23 décembre contre les harcèlements quotidiens de l'encadrement et contre leurs mauvaises conditions de travail. Les employé(e)s de caisse étaient à 100% en grève le matin d'après le syndicat FO qui mène l'action. Il faut savoir qu'un employé(e) de carrefour est constamment fliqué, surveillé par les caméras vidéos. La paie est de environ 900 euros pour 31 heures hebdo, même après 15 ans d'ancienneté( les primes d'ancienneté ont été supprimées).  SOLIDARITE!

 

Lire la suite

Une section du PCF rejoint la LCR

20 Décembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #QUI SOMMES NOUS QUE VOULONS-NOUS

Une section du PCF rejoint la LCR

 

Vendredi 15 décembre, une trentaine de personnes assistaient à une réunion publique de la LCR avec Alain Krivine à Mont d’Origny dans l’Aisne. En effet, au mois d’octobre, la section locale du PCF se dissolvait et prenait contact avec la LCR. Nous avons rencontré Dimitri, 33 ans, ouvrier dans une usine de sous traitance automobile. Ancien secrétaire de la section du PCF, il a répondu à nos questions.

Peux tu nous présenter votre section ? A l’origine, nous avons crée une section du PC en 2001. Nous sommes 27 adhérents. Notre section compte des chômeurs, des ouvriers et des employés municipaux. En tant que militants nous avons pas mal aidé les gens du coin, contre les coupures de courants ou les expulsions de logement. En effet, dans notre communauté de commune, le taux de chômage dépasse les 20%.

Pourquoi avez vous décidé de rejoindre la LCR ? Nous pensons qu’il y à un double discours de la part de la direction du PCF vis à vis du PS. Il feint parfois d’avoir un discours radical vis à vis de Ségolène Royal mais sa volonté de "rassembler toute la gauche" cache un accord en vu avec le PS. Concrètement, au dernier conseil départemental nous avons appris que le PCF de notre circonscription avait décidé de ne pas présenter de candidat aux législatives, mais plutôt de passer des accords avec le PS afin de privilégier des places d’adjoints aux prochaines élections municipales. Nous avons expliqué notre désaccord avec cette "lutte des places" mais n’avons pas été entendus. Nous avons envoyé un mail à la LCR de l’Aisne pour prendre contact. Une dizaine d’entre nous va la rejoindre.

Dans l’Aisne, Gremetz à fait son meilleur score des votes internes du PCF. Pourquoi n’avez vous pas pris contact avec cette "tendance" ? Le problème de Gremetz c’est qu’il développe une ligne sectaire, par exemple hostile dés le début à l’idée d’une candidature unitaire. Ce n’est pas notre démarche, nous étions d’accord avec ce que défend la LCR : oui à l’unité, mais dans la clarté, à savoir pas d’accord avec le PS. Au dernier congrès nous avions voté le texte de Gremetz parce que nous nous reconnaissions dans la partie sur "des nouveaux droits pour les travailleurs". Mais le problème de Gremetz c’est qu’il est avant tout contre Buffet : cela ne fait pas une ligne politique.

Comment envisagez vous votre activité au sein de la LCR ? Nous allons intégrer la section de l’Aisne avec les camarades de Saint Quentin, Tergnier, Laon et Soissons. Nous sommes demandeurs de débats politiques, de formation. Nous allons populariser le programme de la LCR, notamment sur les revendications pour l’augmentation des salaires et des minima sociaux, l’interdiction des licenciements et l’égalité des droits entre français et immigrés. Nous interviendrons sur les entreprises du coin, comme la sucrerie d’Origny (une des plus importante d’Europe) qui emploie 300 personnes en permanence et de nombreux intérimaires pendant la campagne de bettrave. Et bien sûr nous allons faire la campagne d’Olivier pour les présidentielles ! Propos recueillis par Ali Jonas

La LCR dans l’Aisne : http://lcr02.free.fr/accueil.htm


 

Lire la suite

APPLIQUEZ LA LOI DE REQUISITION! Communiqué de la LCR du 20-12-2006

20 Décembre 2006 , Rédigé par LCR Publié dans #COMMUNIQUES

Appliquer la loi de réquisition

 A l’initiative des « Enfants de don Quichotte » et de Médecins du Monde, des tentes ont surgi pour offrir aux SDF un abri contre le froid. Des personnalités ont publiquement soutenu cette initiative, en passant la nuit dehors, suscitant la mauvaise humeur de Catherine Vautrin, ministre de la Cohésion sociale qui met en avant les places vacantes en hébergement d’urgence. Du coup, les SDF s’invitent dans la campagne électorale. N.Sarkozy, jamais avare d’une promesse démagogique et d’un trémolo dans la voix, s’est engagé, s’il était élu, à ce qu’il n’y ait plus un SDF à la rue en l’espace de deux ans, désavouant ainsi son activité passée et présente comme ministre. En attendant, le ministre candidat UMP envoie sa police dégager les tentes des SDF installées aux abords de la Gare d’Austerlitz, à Paris. La LCR condamne ces interventions policières. Spéculer sur la misère et la souffrance de personnes exclues de la société pour faire des voix : voilà le triste spectacle d’un Sarkozy, politicien professionnel qui devrait commencer par faire construire dans sa ville de Neuilly-sur-Seine les 18% de logements sociaux minimum qui manquent pour être en conformité avec la loi. Au lieu de faire de la politique spectacle, il faut donner, aujourd’hui, tous les moyens aux associations, aux assistants sociaux qui portent aide et assistance, qui travaillent à la réinsertion sociale et professionnelle des sans logis. La question du logement est une question cruciale. Aussi, la LCR exige l’application de loi de 1945 sur la réquisition des logements vides, ce qu’aucun gouvernement n’a eu le courage de faire jusqu’à maintenant.

Le 20 décembre 2006
Lire la suite

SALAIRES, EMPLOIS, IMPÔTS : De VILLEPIN SE MOQUE DU MONDE! - Edito du 18-12-2006

18 Décembre 2006 , Rédigé par LCR Publié dans #EDITOS


SALAIRES, EMPLOIS, IMPÔTS :
 

VILLEPIN SE MOQUE DU MONDE !

 

Au moment où Villepin convoquait en grande pompe sa Conférence pour les revenus et lemploi le 14 décembre, soit-disant pour aider les Français « modestes », on apprenait que Johnny Haliday, soutien célèbre du clan UMP, se réfugiait en Suisse pour échapper à limpôt ! Et que le chanteur Doc Gynéco, supporter de Sarkozy, était condamné à un redressement de 700 000 euros pour fraude fiscale.

 

Cette droite est décidément incapable de cacher son vrai visage : des mensonges pour le « peuple », du fric et des cadeaux pour les possédants, protégés par la fraude légale ou illégale.

50 milliards de cadeaux fiscaux aux riches

Après le « flop » de la Conférence de Villepin, lannonce, à grands fracas, dune réforme de limpôt sur le revenu en 2008 nest quune tromperie supplémentaire : il ny aura pas dannée « blanche », tous les assujettis paieront leur impôt. Ils le paieront mensuellement, au moment où les salaires seront perçus. Cela évitera certes un décalage injuste entre impôts et revenus, dont les chômeurs faisaient les frais. Mais ce sont les patrons qui feront les percepteurs, avec tout ce que cela veut dire comme perte dindépendance du contrôle fiscal public.

Les seuls impôts « blanchis » sont les cadeaux que ce gouvernement (et Jospin auparavant) a déjà octroyé aux foyers fiscaux les plus riches : baisse des tranches dimposition et des barèmes de prélèvement. Au total, selon les syndicats des impôts, 50 milliards deuros de recettes fiscales ont ainsi été perdus en 6 ans, autant demplois ou de moyens en moins pour les missions et services publics.

Rien pour les plus modestes

La hotte de Villepin était donc totalement vide lors de sa Conférence pour les revenus et lemploi, pourtant annoncée depuis trois mois. Villepin veut protéger le paiement des loyers pour les propriétaires de logements occupés par des ménages à faibles revenus. Il encourage les emplois familiaux, sans aucun avenir assuré, qui sont en réalité des heures de travail très peu payées effectuées, jusquici, chez les familles aisées par des chômeurs ou chômeuses. Quant au SMIC, il ne sera pas augmenté, mais son montant, connu en début dannée, sera calculéà partir d'un rapport « dexperts ». Cest se moquer du monde.

Oui, il y a urgence sociale contre les injustices !

Villepin avait confié à Delors un rapport de préparation de la Conférence des revenus. Mais il sassoit dessus ! Delors a en effet remis une description accablante des inégalités sociales aggravées ces dernières années. 40% des salariés voient leurs revenus salariaux baisser dune année sur lautre, à cause de la précarité et de linstabilité des durées demplois, à temps partiels, à durée déterminée, en intérim, etc. Les écarts de revenus salariaux sont de 1 à 18 entre les 10% les plus bas et les 10% les plus élevés, à cause de cette insécurité permanente de lemploi. La moitié des salariés touche moins de 1400 euros.

 

Face à cette fracture sociale, une vraie rupture est nécessaire. La part des salaires dans la richesse produite chaque année à baissé de 10% en 25 ans : soit 165 milliards deuros qui tombent dans la poche des patrons, sans résoudre le chômage. Pour les récupérer, il faudrait au moins obtenir un SMIC à 1500 euros net, tout de suite, pas de revenu (chômage, retraites, RMI, ) inférieur à ce SMIC et un redémarrage général des augmentations de salaires de 300 euros. Il faut, en outre, exiger la protection absolue des emplois, linterdiction des licenciements, la garantie des salaires et des contrats de travail à durée indéterminée, dans les branches et les entreprises soumises aux ravages de la mondialisation capitaliste ou aux appétits insatiables des financiers.

 

Oui, il faut imposer un autre partage des richesses !

 
Le 18/12/06

Lire la suite

Travailler au supermarché, çà use

18 Décembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #DES CHIFFRES

85% des salariés
Travailler au supermarché, çà use

Alors qu’un grand nombre de chroniqueurs reprennent à leur compte les discours patronaux sur les bienfaits de l’ouverture des supermarchés le dimanche, bien peu de journalistes se font l’écho du travail mené par Dorothée Ramault, médecin du travail qui a mené une enquête sur les conditions de travail dans la grande distribution avec la collaboration de plus de 350 de ces collègues. Résultat : 85% des salariés jugent leur travail physiquement fatiguant, 40% déclarent dépasser les horaires normaux. Concernant les horaires de travail, ils ne sont si différents des nôtres puisque 80% des salariés travaillent avant 7 heures du matin et 38 % la nuit. Tout çà pour satisfaire le besoin des consommateurs qui ont du mal à boucler leur fin de mois, mon œil ? On vit vraiment dans un système pourri.

Lire la suite

Grève unitaire contre de Robien : communiqué de la LCR du 18-12-2006

18 Décembre 2006 , Rédigé par LCR Publié dans #COMMUNIQUES

Grève unitaire dans les lycées et collèges contre de Robien

En voulant s’attaquer au décret de 1950, de Robien mène une attaque en règle contre leurs conditions de travail et veut justifier les suppressions d’emplois inscrites dans le budget 2007. A la clef, la suppression de 2800 postes d’enseignants dans les collèges et lycées. L’objectif des audits menés dans les établissements scolaires c’est la diminution du nombre d’heures de cours, la disparition de plusieurs milliers d’emplois d’enseignants. Mise en danger du sport scolaire, dégradation des conditions de travail par l’imposition d’une deuxième voire d’une troisième matière à enseigner : voilà quelques-unes des méfaits de la politique ministérielle. Rentabilité et précarité sont les maîtres mots du gouvernement Villepin en matière de politique éducative. Aujourd’hui, des milliers d’enseignants sont dans la rue à l’appel d’une intersyndicale qui regroupe tous les syndicats. La LCR est totalement solidaire du combat des enseignants et de leurs organisations et exige le retrait du projet ministériel de « réécriture » du décret de 1950. Ce n’est pas en alourdissant le temps de travail des enseignants que seront résolues les difficultés scolaires d’un certain nombre de jeunes. Si M.de Robien s’obstine à passer en force, il faudra reconduire la mobilisation dès la rentrée du mois de janvier 2007.

Le 18 décembre 2006.

Le Snes-FSU, principal syndicat du secondaire, a recensé 53% de grévistes en lycées et 55% en collèges, à partir de chiffres recueillis auprès de 500 établissements à 10 heures.

Quinze organisations syndicales ont appelé à cette mobilisation, une unité jamais vue depuis la fronde contre Claude Allègre en 1998. Ils protestent contre la rénovation d’un décret de 1950 par le ministre de l’Education. Gilles de Robien souhaite économiser 2800 postes équivalent temps plein en supprimant les décharges horaires de certains professeurs liées à un surplus de travail. «Nous n’améliorons pas l’Education en chargeant la barque des enseignants, nous refusons la modification du décret de 1950 qui n’a fait en aucune façon l’objet de négociations», a déclaré à l’AFP Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, principale fédération de l’Education, dans la manifestation parisienne qui a réuni plusieurs milliers d’enseignants.
Ce lundi, le conseil technique paritaire ministériel (CTPM, qui s’exprime à titre consultatif sur les questions statutaires) s’est réuni pour examiner ce projet de décret. Les membres de l’Intersyndicale élus ont annoncé dans un communiqué avoir quitté la salle pour protester contre le refus de retirer le texte et contre «le refus du ministre» de les recevoir ce jour.   (D'après AFP)

Lire la suite

Bulletin d'entreprise M-REAL -décembre 2006

18 Décembre 2006 , Rédigé par Section de Louviers Publié dans #Comité NPA d'EVREUX

Bulletin d'entreprise M-REAL
                        
-décembre 2006-
CA SE PASSE COMME CA CHEZ M-REAL

Une note de service pour remercier le directeur des ressources humaines ( !) et directeur financier de sa collaboration et de son dévouement durant ses 6 longues années passées dans la boite, mais que dalle pour les camarades licenciés avec plus de 30 années d’ancienneté ! Pourtant lui, on ne le regrettera pas, lui qui a mis toute son énergie dans ce plan de suppressions d’emplois, dit officiellement « plan social », et qui n’a été qu’un plan de démantèlement des compétences grassement rétribué par les capitalistes finlandais. Il a déjà retrouvé un boulot. Pour lui c’est tout bénéf : il redémarre un travail bien rémunéré et reste dans les effectifs encore quelques mois. Il s’engraisse sur le PSE : prime de départ + cumul de salaire,  la vie est belle !

 
LE PERE NOEL SERAIT-IL UNE ORDURE ?

Il s’est opposé aux travailleurs qui se sont battus pour leur décompte de congés. Il s’est avili au point de traîner devant les tribunaux un délégué syndical. Il « oubliait » de se décompter ses congés. Sa hiérarchie, parfaitement au courant, préférait fermer les yeux. Pourtant « Vite un chèque » n’aurait pas hésité à planter un ouvrier qui aurait agit de la sorte. Mais ça roule quand même pour lui. Mais tout bien pesé, si le Père Noël n’a rien à faire dans cette histoire, ceux qui laissent faire des choses pareilles ne sont pas des anges…

 
CA CRAINT A L’ENERGIE

On apprend par des bruits de couloir que les chefs de service sont très inquiets des conséquences pratiques qu’entraîne la nouvelle organisation. A ceux qui leurs reprochent d’avoir laissé faire, ils répondent en disant qu’ils n’avaient pas d’autres choix que d’obéir.

Une chose est certaine : les bureaucrates qui ont fait le PSE se foutent éperdument de notre sécurité et de nos conditions de travail. Pour eux, on peut crever à la tâche ils s’en balancent. Alors, n’oublions pas que nous avons la possibilité d’utiliser notre droit de retrait. N’hésitons pas à en faire usage, et même pourquoi pas à débrayer collectivement.

 

ET ILS NOUS PARLENT D’ECONOMIES !

A la chaudière biomasse BW, c’est Germinal : la mauvaise qualité des écorces produit une accumulation de poussières qui obligent au port de masques et sont à l’origine de 3 accidents en 3 mois… Il faut savoir que l’eucalyptus n’a pas d’écorce, et qu’il faut en acheter à part. Comme elles brûlent très mal, il n’y a pas d’autre moyen que de compenser avec du gaz, que ça plaise à l’Ecureuil ou pas. Quant au dissolveur, ce serait peut-être bien à cause de l’eucalyptus si il s’encrasse de plus en plus, ce qui nécessite des arrêts de plus en plus fréquents. Et comme on n’a plus de maintenance interne, ce sont des boîtes extérieures qui interviennent comme elles peuvent pour un coût au moins double. C’est sans doute ça qu’on appelle faire des économies…


REPARATION POUR MICHEL ROULLEAUX

On se souvient de son très grave accident du travail en août 2001. Grâce à la volonté et au combat de la CGT, il a gagné tous ses procès, y compris en appel. La faute inexcusable de l’employeur est établie et M-real a dû casquer de grosses sommes. Mais la direction est assurée pour cela, et en fait ce sont les AGF qui vont payer. La vraie justice aurait été de faire payer et de foutre en taule la direction de l’époque :à force d’imposer la précarité, l’accident grave est arrivé. Mais eux, ils s’en tirent bien : pour être virés aujourd’hui, ils ont touchés plus que M. Roulleaux ne va toucher en réparation, et lui il reste handicapé à vie, meurtri dans sa chaire, avec un lourd préjudice moral. C’est la justice de classe.

 
CA BOUGE CHEZ UPS

Nos camarades qui bossent au magasin et aux expéditions sont à la merci d’un requin qui n’applique pas la convention collective, truande sur les congés (on connaît aussi) et sur gruge sur les salaires. Des actions sont entamées sur ces points, à l’initiative de la CGT de UPS qui a demandé de l’aide à la CGT M-real. Une excellente nouvelle, car les seuls qui profitent de l’indifférence, ce sont nos patrons !


Bulletin M-real  16-12-2006

Pense aux autres équipes !


Lire la suite

Tract CGT d'appel à la manifestation contre les licenciements dans l'Eure du 16-12-2006

17 Décembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #Luttes Ouvrières

ARRETONS LE MASSACRE

TOUS ENSEMBLE MOBILISONS-NOUS

 

Après la casse 2005, quelques exemples dans notre département pour l’année 2006 :

 

 

 

 

Région de Louviers :

TNT (fermé) 140 licenciements

CINRAM 120 licenciements

 

 

 

Région de Vernon :

SMURFIT SOCAR Papeterie 44 licenciements

PEGUFORM 77 licenciements

ROWENTA 74 licenciements

SCHNEIDER Pacy 320 licenciements

CADENCE INNOVATION Fermeture (+ de 300 salariés)

 

 

Région de Pont de l’Arche

M.REAL 200 licenciements

METZELER 360 licenciements

 

 

Région de la Vallée de l’Eure

CHESAPEAKE COFFRET 72 licenciements

STRATEC  54 licenciements

 

 

 

Région Rugles/Verneuil/Breteuil

SAFET 200 licenciements

 

 

Région d’Evreux

 

 

FAURECIA 95 licenciements

 

Contre les licenciements 

Contre la casse du potentiel industriel dans notre département et le démantèlement des Services Publics

Pour l’augmentation des salaires et des pensions

Pour de vrais emplois pour tous

Pour le respect des droits et des libertés

Dans le département, les localités et partout en France, la casse des entreprises ne cesse de se poursuivre. Il n’y a pas une journée où l’on n’annonce une délocalisation, un plan social, une fermeture !

 

Rien n’est épargné, industrie comme services publics ! des familles entières se trouvent jetées dans de grandes difficultés pour répondre à l’appétit du profit toujours grandissant du patronat et des actionnaires.

Concernant le chômage, le gouvernement se fait plus discret. En dépit des artifices statistiques, le nombre de demandeurs d’emploi dits de catégorie 1, c’est à dire ceux qui cherchent effectivement un emploi à temps plein en CDI, progresse. La dégradation s’observe sur l’ensemble du trimestre. Le nombre des chômeurs de catégorie 1, enregistré à l’ANPE au cours des trois derniers mois, augmente de 5,8% par rapport au précédent trimestre.

Les entrées ANPE faisant suite à un licenciement économique sont en hausse (+12,4%) , tout comme celles faisant suite à un licenciement pour motif autre qu’économique (+10,3%), celles consécutives à une fin de mission d’intérim (+5,8%) et une fin de contrat à durée déterminée (+4,5%). Le nombre de premières entrées augmente aussi (+3,7%). Quant aux sorties ANPE, elles sont quasiment stables au cours du dernier trimestre, en dépit des entrées en stage qui augmente de 6,7%. En revanche les reprises d’emploi diminuent de 0,5%.

La réalité du chômage est plus grave. Les chiffres annoncés et commentés ne concernent qu’une partie des privés d’emploi.

Il existe d’autres catégories (les dispensés de recherche d’emploi, les Rmistes non inscrits à l’ANPE) qui ne sont pas incluses dans les statistiques du chômage. En tenant compte de l’ensemble de ces catégories, le chômage est donc 2 fois plus élevé que le chiffre annoncé.

La CGT continue d’affirmer que pour réduire le chômage, il faut améliorer les conditions de la croissance de moins en moins favorables au niveau mondial.

La faiblesse des salaires et du pouvoir d’achat, la précarité de l’emploi, la faiblesse de l’investissement des entreprises et l’austérité budgétaire de l’Etat empêchent une croissance solide et pérenne.

 

 

l'appel de la CGT – CGC – FO soutenue  par la FSU

Manifestation départementale   

SAMEDI 16 DECEMBRE 2006

Bourse du Travail - Evreux

 

Lire la suite
1 2 3 4 > >>