Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Procès des jeunes de la Madeleine-Evreux : prison ferme jusqu'à 5 ans , c'est l'école du crime comme seule perspective

30 Novembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #REPRESSION

Procès de douze jeunes de la Madeleine:  

l'école du crime comme seule perspective ?

Huit des douze jeunes ont été condamnés à des peines très lourdes de dix-huit mois à cinq ans de prison ferme. Un jugement qui cadre bien avec la politique répressive de Sarkozy.

Un jugement accueilli par les pleurs des familles. La défense, unanime, a réclamé la relaxe mettant sérieusement en doute l'unique témoignage à charge de la policière blessée. 

 

Ces peines de  prison lourdes n'empêcheront pas de nouvelles révoltes. A la Madeleine la situation empire pour la population et les jeunes: toujours plus d'exclusion, de relégation, de misère, voila le véritable terreau de la délinquance. Toujours moins de reconnaissance et de perspectives pour sortir de la galère. La solution ne réside pas  dans la répression et la prison, qui comme chacun sait n'est que l'école du crime. Elle est dans la prévention par un vaste plan d'urgence pour l'égalité dans les cités: emploi, formation, scolarisation, prévention et lutte contre l'échec scolaire, renforcement des services publics et amélioration des conditions de logement.

Lire les commentaires du journaliste de "Paris Normandie":

"Significatif d'un procès où les charges reposaient essen­tiellement sur des témoigna­ges dont on connaît la fragi­lité (à fortiori lors d'une scène d'émeute !), les avocats de la défense se sont rejoints pour réclamer la relaxe de leur client.

Tous les jeunes ont nié leur participa­tion et même pour plusieurs d'entre-eux ont nié avoir été présents sur les lieux le soir des émeutes.

 

Les avocats se sont aussi rejoints pour mettre sérieuse­ment en doute le témoignage de la policière municipale blessée.

 Contrairement à sa collègue et aux policiers qui se sont déclarés incapables d'i­dentifier qui que ce soit parmi la centaine d'émeutiers, la poli­cière a conforté l'accusation en reconnaissant douze émeu­tiers. Son témoignage s'est révélé d'autant plus essentiel pour l'accusation qu'il confortait les témoignages recueillis sous X. Des témoignages qui n'ont précisément aucune valeur s'ils ne sont pas confirmés par d'autres sources..."

La suite du procès: huit mineurs qui risquent des peines de prison ferme.  Le procès est reporté au 24 janvier.

En janvier va s'ouvrir la seconde partie du procès des "émeutiers "d'Evreux avec cette fois la comparution de huit mineurs devant le tribunal pour enfants. Agés de 16 et 17 ans, les mineurs. dont une jeune fille - encourent des pei­nes de prison moitié moindres que les prévenus adultes si l'ex­cuse de minorité est retenue en leur faveur. Sinon ce sera 5 ans!

Lire la suite

Sarkozy candidat, quelle surprise ! Déclaration d'Olivier Besancenot du 30-11-2006

30 Novembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #OLIVIER BESANCENOT

Sarkozy candidat, quelle surprise !


Déclaration d’Olivier Besancenot

 Sarkozy serait donc le candidat de la "rupture tranquille". Au-delà de la mise en scène ampoulée de l’annonce médiatique, ce slogan électoral ne saurait faire oublier que le candidat a déjà des états de service de ministre qui permettent de dégonfler la baudruche des mots. Tout le monde se rappelle qu’il s’est particulièrement distingué dans l’agression à l’égard des jeunes, la vision sécuritaire de la société qui imprègne tout son projet de loi sur "la prévention de la délinquance", et dans la chasse aux sans-papiers à Cachan et dans les écoles. Chacun se rappelle également le silence de N.Sarkozy à propos de la guerre en Irak, sa récente rencontre avec G.Bush, président désavoué par les électeurs opposés à la poursuite de la guerre en Irak. Sous le clinquant des mots « choix »et « liberté », son programme économique et social c’est celui du MEDEF. Travailler plus pour gagner plus : rengaine vieille de deux siècles, chère à la droite qui défend les actionnaires, les multinationales et détruit le Code du Travail. L’UMP au pouvoir depuis 2002 c’est les contre-réformes des retraites, de la sécu, la privatisation d’EDF-GDF notamment. Je partage l’aspiration légitime à chasser la droite du pouvoir. Mais battre la droite c’est battre la politique de la droite si nous voulons que nos vies passent avant leurs profits.

Le 30 novembre 2006.

Lire la suite

Chez MSL (Nétreville-Evreux): violation des droits syndicaux avant un plan social

29 Novembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #Comité NPA d'EVREUX

Chez MSL (Nétreville- EVREUX) :  violation des droits syndicaux avant un plan social 

«En ce moment, le climat est très tendu dans l'entreprise. On sait qu'il y a un plan social en attente mais la société ne veut pas l'appliquer convenablement pour les salariés. Alors on fait pression sur eux.» Les représentants (CGT et CFDT) du personnel de l'entreprise MSL (Mecanic Services Logistiques), qui emploie 250 personnes dans la zone industrielle de Nétreville, accusent leur direction «d'entrave à la liberté syndicale».
Pour étayer leurs propos ils dénoncent «une accusation de vol sans preuve» à l'encontre d'un des employés de l'entreprise. «Il s'agit là d'un coup monté destiné à isoler la personne et à la déstabiliser. Et quand nous avons voulu l'assister, la direction nous en a empêché.» Pour les représentants syndicaux «ce genre de manœuvre est liée à la situation de l'entreprise qui doit licencier 72 personnes. Alors qu'il y a du travail mais on préfère faire travailler des précaires.»

D'après "Paris Normandie"

Lire la suite

La LCR répond à José BOVE

29 Novembre 2006 , Rédigé par LCR Publié dans #QUI SOMMES NOUS QUE VOULONS-NOUS

Réponse à José Bové

José Bové a envoyé une lettre à toutes les composantes du mouvement pour des candidatures unitaires, dont la LCR. Voici notre réponse...

 

 

José Bové

Cher camarade,

Comme toutes les autres composantes, nous avons bien reçu ta lettre annonçant le retrait provisoire de ta candidature au rassemblement des antilibéraux.

Si nous comprenons bien un certain nombre de tes arguments concernant les méthodes du PCF pour imposer sa candidate, en revanche, nous tenons évidemment à répondre précisément aux critiques que tu exprimes à notre égard.

Nous n’avons pas « multiplié les arguments pour justifier un prétendu désaccord ». Nous avons, dès le mois de mai 2006, précisé qu’une candidature unitaire, donc commune avec le PCF, supposait de clarifier les rapports vis-à-vis du PS et de s’engager clairement à ne pas participer à un gouvernement ou à une majorité parlementaire avec le PS. Le 10 septembre, la réunion nationale des collectifs n’a pas voulu introduire cette clarification dans le texte « ambition et stratégie ». Nous avons décidé de ne pas le ratifier. Ce texte laisse ouvert la possibilité pour le PCF, principal partenaire organisé au sein des collectifs, de s’intégrer dans une majorité parlementaire dominée par le PS. Nous n’avons pas changé d’avis. Bien au contraire, la désignation de Ségolène Royal, souligne à quel point il ne saurait être question de collaboration gouvernementale et parlementaire avec le PS. Aucune des ruptures avec le libéralisme qui sont nécessaires pour répondre aux attentes populaires ne pourront se faire dans un tel cadre d’alliance. Et c’est logique d’ailleurs, sinon comment expliquer que les dirigeants socialistes aient appelé à voter « oui » au référendum du 29 mai pendant que nous menions ensemble une bataille exemplaire et victorieuse pour le « non. Les déclarations de Marie George Buffet en faveur du rassemblement de toute la gauche sur une orientation antilibérale se multiplient. La direction du PCF a fort logiquement expliqué à plusieurs reprises qu’il y avait une divergence stratégique majeure avec la direction de la LCR. Il n’y a donc pas de « prétendu » désaccord avec la direction du PCF mais un désaccord, hélas, nié ou minimisé par la plupart des membres du collectif national. Le problème pour nous n’est donc pas de « nous mesurer électoralement avec le PCF », compétition bien dérisoire au regard des enjeux. Il est bien d’œuvrer au rassemblement. Mais au rassemblement dans la clarté. Tout le monde sait que nous avons indiqué depuis le début que nous étions prêts à retirer la candidature d’Olivier Besancenot si un accord était trouvé. Contrairement au PCF, nous n’avons pas proposé une seule fois que notre porte parole soit le candidat qui permette le rassemblement de toutes et de tous et comme toi, nous n’aimons pas beaucoup les méthodes de passages en force que tu reproches à la direction du PCF de pratiquer. Est-il besoin de rappeler que pour nous la question n’est pas une question de casting. Nous ne sommes pas d’accord avec l’orientation stratégique que défend Marie George Buffet et nous regrettons que tu n’en dises rien dans ta lettre. Dans tes déclarations, notamment au meeting du Mans, tu avais pourtant, concernant le PS, utilisé des formulations plus proches de notre position que de celle du PCF. , ce que notre dernière Direction Nationale n’avait pas manqué de noter.

Ce que nous regrettons, c’est que nous ayons été bien isolés pour mener cette discussion de fond avec le PCF, le 10 septembre et après. Car c’est bien cette discussion sur le fond qui aurait permis de rendre lisible les débats sur le nom du candidat. Sinon on donne à une échelle de masse à voir un spectacle peu réjouissant : celui des querelles de personnes.

Nous sommes disponibles pour poursuivre la discussion. Avant, comme pendant et après les présidentielles, parce que nous voulons que se rassemblent les forces anticapitalistes qui, côte à côte, organisent au quotidien la résistance aux politiques libérales et veulent changer la société. Le rassemblement des forces anticapitalistes, féministes, écologistes, internationalistes est bel et bien une nécessité. Mais pour qu’il soit effectif et durable, il se doit d’être clair, radical et sourd aux sirènes de l’enlisement institutionnel, d’un soit disant réalisme qui prépare toujours les plus cruelles désillusions.

Fraternellement,

La direction de la LCR.                   Paris, le 24 novembre 2006

Lire la suite

Chômage, bas salaires, pauvreté : ras le bol ! : EDITO du 27-11-2006

29 Novembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #EDITOS

Chômage, bas salaires, pauvreté : ras le bol !

Malgré la propagande gouvernementale, le chômage reste incrusté comme un cancer dans la société, depuis 30 ans. La peur d’être licencié, de ne pas être embauché s’accompagne des bas salaires, de la pauvreté et de mauvaises conditions de travail. Des quartiers entiers, des régions, des savoir-faire sont abandonnés. Les jeunes, les salariés âgés, les personnes sans diplôme, les fils et filles d’immigrés dont le « look » ne plaît pas, sont laissés sur le bord de la route. Une nouvelle vague de licenciements (chez DIM, Aubade...) révèle des entreprises soumises à des fonds d’investissements internationaux recherchant la rentabilité à très court terme, qui ferment les usines ou délocalisent. Les PME sous-traitantes de l’automobile ou de l’aéronautique sont à la merci de grands groupes (Renault, PSA, Ford, Airbus...) qui les mettent en crise dès que les profits ne grimpent plus.

Une baisse en trompe l’œil

Chaque mois, Villepin et Borloo se vantent de faire baisser le chômage. A 8,8%, nous en sommes, en réalité, revenu au taux de chômage qui sévissait quand ce gouvernement a débuté en 2002. Mais le taux de chômage officiel cache une grande partie du chômage réel. Il n’enregistre que les chômeurs disponibles à plein temps. Il laisse de côté les jeunes qui n’ont encore jamais décroché de contrat, ou les contrats Borloo sans avenir (plus de 400 000), les salariés âgés dispensés de recherche d’emploi, les formations plus ou moins bidons, les stagiaires diplômés (presque 100 000 emplois temps plein), les intérimaires (600 000), « remerciés » du jour au lendemain, les CDD (1,7 millions). Cela fait des centaines de milliers de travailleurs précaires entre deux passages à l’ANPE, oubliés par l’indice officiel. L’indice mensuel de l’INSEE enregistre donc moins de 50% du chômage réel, qui avoisine sans doute les 15% (ou 5 millions de personnes). C’est ce que chacun voit autour de lui, dans sa famille, ses amis, son voisinage, mais que l’on veut masquer. De plus, 48% seulement des chômeurs sont indemnisés par l’Assedic avec une indemnisation moyenne de 800 euros.

La pauvreté augmente, la richesse aussi...

L’INSEE le reconnaît : la pauvreté, qui avait légèrement reculé en moyenne, redémarre depuis 2003. Un rapport préparé pour Villepin par Jacques Delors, l’affirme : l’instabilité d’emploi diminue les ressources, car les durées de travail sont trop faibles. Non pas à cause des 35 heures, mais parce que les contrats sont précaires. Les salaires réels baissent pour 4 salariés sur 10. Pendant ce temps, on apprend que des PDG se payent des salaires équivalents à des dizaines d’années de travail de smicards, touchent des primes ou des retraites dorées, volées sur le travail d’autrui, ou spéculent en Bourse sur les actions de leur propre entreprise comme l’ex-patron d’Airbus qui a vendu ses actions juste avant la crise de l’A380 ! Officiellement (INSEE), 10% de la population française, très fortunée, possède 46% du patrimoine. Les 3% les plus riches ramassent 27% du patrimoine total !

C’est révoltant !

Ce n’est pas étonnant que la jeunesse se désespère et se révolte dans certains quartiers à l’abandon. Certains sondages montrent, aussi, la tentation de reporter sur le vote Le Pen toute la rancœur accumulée. Ce serait un danger mortel pour la démocratie, auquel nous habitue, déjà, la société policière prônée et appliquée par Sarkozy. Il faut au contraire se mobiliser, dans la rue, dans les luttes, dans les élections, pour une société qui interdise les licenciements, garantisse une vraie sécurité du travail et des salaires, éradique le chômage par la réduction du temps de travail et des créations d’emplois massives . Samedi 2 décembre, les organisations de chômeurs et de précaires appellent à manifester. Il faut les soutenir !

Le 27/11/06

Lire la suite

Film : Le vrai Sarkozy

28 Novembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #Vidéos

Film: LE VRAI SARKOZY:
 démago-populiste-ultralibéral,
attention DANGER!
 
  •  
     
  •  
  •  
Lire la suite

VIDEO: NON AU TASER

27 Novembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #Vidéos

Lire la suite

Vidéo-surveillance à Louviers : déclaration de Gérard Prévost « A Gauche Vraiment »

26 Novembre 2006 , Rédigé par Gérard Prévost - AGV-Louviers Publié dans #NOTRE ELU NPA A LOUVIERS

CONSEIL MUNICIPAL DE LOUVIERS DU 20 NOVEMBRE 2006.

A PROPOS DE LA MISE EN PLACE DE LA VIDEO SURVEILLANCE A LOUVIERS. 

 Déclaration de Gérard Prévost « A Gauche Vraiment »

Ainsi donc la municipalité de Louviers veut doter la ville d’un système de vidéo surveillance. Après un nombre important de cités, souvent dirigées par des Maires de droite, Amiens, Vernon ou Evreux par exemple ou bien encore Montpellier( dont on se demande de quel côté est le Maire) on va utiliser un leurre pour tranquilliser le chaland, puisque pour vous c’est d’abord ça qui prime. A notre connaissance, ces machines n’ont toujours pas éliminé la délinquance.

Pour nous cette décision est condamnable. D’abord parce qu’elle va contribuer à banaliser le fait d’être surveillé en permanence. Les libertés individuelles sont amoindries un peut plus chaque jour. Les gens qui vivent dans les quartiers « Maison rouge » ou « Acacias » qui ne font rien de répréhensible sont logés à la même enseigne que ceux contre qui ce système est sensé être utilisé. Non seulement on touche là aux libertés individuelles, mais en plus on l’installe dans des quartiers ou logent les gens les plus démunis. La plupart du temps ils sont là parce qu’ils n’ont pas les moyens financier d’être ailleurs, quelquefois aussi parce que leur couleur de peau, ou simplement même leur nom suffisent à déclencher un refus de la part des logeurs potentiels. Avec ce projet, cette municipalité met le doigt dans un engrenage qui amènera à  soupçonner a priori de délinquance l'ouvrier, l'employé, le demandeur d’emploi ou l'immigré.

Cette société libérale non seulement jette les gens dans la misère, mais en plus elle les criminalise.

Qu’est-ce que vous espérez de ces machines ? Qu’elles améliorent le fonctionnement de cette société ? Il suffirait donc pour cela de quelques caméras par ci par là ? On croit rêver !  Et c’est nous qui sommes traités d’utopistes à tous bout de champs.

N'êtes-vous donc pas capable de vous rendre compte que votre truc va amener un ressenti d’humiliation supplémentaire pour les jeunes qui habitent ces quartiers ?    

Je tiens le pari que dans moins de 2 ans cet appareillage sera obsolète, soit parce qu’il sera cassé ou que des petits malins auront compris comment fonctionne la machine et l’auront anéantie, ou alors les élections étant passées, la maintenance ne sera plus faite. Mais les contribuables de Louviers continueront de payer pour cette lubie technocratique.

Il se trouve que samedi avait lieu une manifestation à Paris contre le nouveau projet de Sarkozy dit «  de prévention de la délinquance » qui donne plus de pouvoir aux Maires stigmatise les jeunes, met l’accent policier et judiciaire sur le répressif au détriment du préventif sans parler des graves atteintes aux libertés individuelles. Au niveau national les députés de vos partis  vont voter contre.  Dans un communiqué du 15 novembre, sur son site internet, le PRG se déclare  opposé à "la mise sous surveillance de caméras, signe précurseur d'un horizon assombri pour nos libertés". Et plus loin: "Il doit être compris par tous que le Parti Radical de Gauche est le parti des libertés, et qu'il entend faire valoir sans aucune concession cet engagement fondamental".  Vérité à Paris, mensonge à Louviers ? Et vous conseillers municipaux qui vous prétendez de gauche vous allez laissez passer en local un projet sarkosiste sans réagir ? Utilisez votre pouvoir de dire non au tout répressif !

Ce qu’il faut pour les gens qui habitent là c’est pas des machines mais ce sont des êtres humains. Il faut des personnes supplémentaires pour éduquer, pour intégrer ceux qui sont dans le besoin. Des animateurs formés et correctement payés dans les quartiers c’est ce qu'il faudrait, car nous avons tous droit aux loisirs, mais que veut dire pour un gamin de 12 ans le fait de pratiquer la yole une fois par an alors qu’il ne mange pas tous les jour à sa faim car ces parents sont au chômage ou dans des petits boulots précaire et qu’ils agissent dans la démerde pour survivre Vous savez tous comme moi que de plus en plus de gens qui ont un emploi  atteignent le seuil de pauvreté.

Au lieu de mettre des barrières pour protéger ceux qui sont déjà favorisés, attribuez aux plus pauvres des moyens pour qu’ils regagnent leur dignité. Donner leur les moyens de comprendre le fonctionnement de cette société pour qu’ils puissent la combattre. Si vous, et ceux qui sont aux manettes, ne donnez pas ces moyens là, ne vous étonnez pas encore une fois que l’extrême droite arrive au second tour des élections présidentielles. Car si vous n’êtes pas crédible ils n’iront pas voter ou alors ils iront en rallant contre vous.

Je sais que l’adjoint aux finances dans sa gestion très libérale déplore le coût « exorbitant » de la main d’œuvre, il finira sans doute par parler comme les patrons du « trop de charges patronales » ou « du code du travail trop contraignant », mais au lieu de dépenser de l’argent en machines à surveiller les citoyens, investissez dans l’humain pour éduquer, former et donner des moyens pour qu ‘on se sorte ,ensemble de ce bourbier.

 

Lire la suite

Contre les violences faites aux femmes, une loi-cadre : communiqué LCR du 24-11-2006

24 Novembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

Contre les violences faites aux femmes, une loi-cadre


La LCR sera présente avec Olivier Besancenot, son porte-parole, à la manifestation unitaire appelée, samedi 25 novembre, par le Collectif national pour les droits des femmes : 14h30, Place de la République Les statistiques des violences faites aux femmes sont impitoyables : 48 OO0 femmes violées par an, 1 femme sur 10 victimes de violences conjugales et tous les quatre jours une femme meurt des coups reçus. Ces chiffres accablants soulignent la nécessité pour la société, le gouvernement de prendre leurs responsabilités. C’est pourquoi, la LCR revendique l’adoption d’une loi-cadre contre les violences, comme l’Etat espagnol l’a fait en 2004, loi qui doit prévoir prévention, sanction, protection, accueil, accompagnement des victimes, garantie de leur revenu, de leur droit au séjour, au logement. Un travail d’éducation et de sensibilisation est à faire dans toutes les couches de la société. Le combat féministe continue pour l’égalité des droits, pour l’égalité des sexes, la fin des violences dont les femmes sont victimes. Cette loi-cadre contre les violences fait partie des mesures d’urgence défendues par la LCR pour transformer la société et la vie des femmes.

Le 24 novembre 2006.

Lire la suite

Union sacrée autour de G.Frèche : Communiqué LCR du 23-11-2006

23 Novembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

Union sacrée autour de G.Frèche


 Passée la première émotion suite aux déclarations racistes de G.Frèche, la menace des sanctions semble s’éloigner et l’union se reconstituer autour du président PS de la région Languedoc-Roussillon. La commission des conflits du PS doit se réunir plus tard et surtout vérifier d’abord la véracité des propos. J.C.Gayssot, vice-président PC de la région, vient de rentrer au bercail avec à la clef un poste de responsable d’une délégation des droits de l’homme. Belle hypocrisie que cette menace de démission vite annulée ! Il n’y a plus que les Verts qui se posent la question de leur participation à l’exécutif. Le bal des hypocrites a des raisons bien précises : la puissance de la fédération de l’Hérault qui soutient S.Royal, les dossiers compromettants éventuels pour le PS qui pourraient sortir, l’omnipotence du pouvoir de G.Frèche, soutenu par quasiment toute la classe politique locale, un grand nombre de maires y compris UMP. La LCR, qui a condamné les propos racistes de Frèche, est révoltée par cette manœuvre visant à enterrer ce nouveau dérapage. Le PS ne peut prétendre combattre le racisme et conserver dans ses rangs un tel individu.

Le 23 novembre 2006

Lire la suite
1 2 3 4 > >>