Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

La grève du 28 septembre dans l'Education nationale: une grève justifiée

29 Septembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #RESISTANCE

 La grève du 28 septembre dans l'Education :

une grève justifiée dans un contexte d'attaques redoublées contre l'école publique

 

La journée de grève et de manifestations dans l'Education contre les milliers de suppressions de postes annoncées dans le projet de budget 2007 a peu mobilisé jeudi, un résultat lié selon les organisations à la proximité de la présidentielle qui encourage l'attentisme. 
   
  Les syndicats évoquent une moyenne de 30% de grévistes et reconnaissent une mobilisation "médiocre" pour le Sgen-CFDT, "globalement modeste" pour l'Unsa-Education. Tous les syndicats enseignants avaient appelé, mis à part ceux dépendant de FO qui s'étaient abstenus d'agir.
  Pourtant le projet de loi de Finances pour 2007 prévoit 8.700 suppressions de postes de la maternelle au bac. Sans parler du démantèlement des ZEP, des classes surchargées et du non remplacement des enseignants absents...

 La mobilisation est néanmoins "significative dans un contexte social global où il ne se passe pas grand chose", a estimé Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, principale fédération du monde éducatif, en référence à l'attentisme observé à sept mois de l'échéance présidentielle.  
  Globalement les professeurs des écoles se moins mobilisés que leurs collègues des collèges et lycées. Ils "bénéficient" en effet de 500 postes supplémentaires en raison de la hausse des effectifs d'élèves.

Les manifestations ont été nombreuses:

A Paris, ils étaient 8.000 selon les organisateurs. Ils étaient 1.000 à Toulouse, 2.500 à Marseille, 1.000 à Clermont-Ferrand, entre 600 et 1.000 à Bordeaux, 500 à Rouen, 230 à Orléans, 300 à Dijon. 
  A Nantes, des personnels de l'enseignement privé avaient pris place parmi les 600 manifestants "pour défendre collectivement l'Education". 
  
    En attendant, professeurs, parents et lycéens déplorent des "classes surchargées", des "suppressions d'options", ou encore la difficulté à remplacer les enseignants.
  "Nous sommes contre la politique actuelle qui consiste à faire passer pour modernes des mesures réacs", résumait dans la manifestation rennaise Anne Le Bras, professeur en CP et syndiqué à la FSU.

D'après AFP


Lire la suite

Rassemblements du 27 septembre avec RESF

29 Septembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #RESISTANCE

Le mercredi 27 mars par milliers avec RESF devant les préfectures

pour la régularisation des parents d’enfants scolarisés

 

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté le mercredi 27 septembre à travers toute la France à  l'appel du Réseau Education sans frontière (RESF), pour dénoncer les conditions d'application de la circulaire de Nicolas Sarkozy sur la régularisation des parents sans papiers d'enfants scolarisés.


A Paris, plus de 1.500 personnes se sont rassemblées devant l'Hôtel de Ville pour aller déposer à la Préfecture de police des centaines de "recours gracieux" aux refus de régularisation prononcés dans le cadre de la circulaire du 13 juin. Les manifestants, regroupés dans le cortège qui s’était formé devant l’Hôtel de Ville, ont scandé : "Pas d’expulsions !", "Régularisation pour tous les élèves sans papiers et leurs familles !".

RESF accuse les préfectures d'avoir "ignoré les dossiers et appliqué les quotas définis à l'avance par le ministre de l'Intérieur".

L'association fait remarquer que nombre de demandeurs n'ont pas encore reçu de réponse alors même que le ministre de l'Intérieur a annoncé le nombre définitif de régularisations.
 Sarkozy a en effet annoncé, le 18 septembre,
la régularisation de 6.924 parents en situation irrégulière d'enfants scolarisés sur les quelque 30.000 dossiers déposés dans le cadre de la circulaire du 13 juin (6 critères fixés par Sarkozy dont la résidence des parents en France depuis au moins deux ans, la scolarisation effective d'un de leurs enfants en France au moins depuis septembre 2005 et une « réelle volonté d'intégration »).

A l’appel de RESF d'autres rassemblements devant les préfectures ont été organisés dans tout le pays.

A Bobigny, un millier de personnes ont défilé pour réclamer une "régularisation généreuse" des sans-papiers de Seine-Saint-Denis. Bloqués par un cordon de CRS alors qu'ils tentaient de rejoindre la préfecture, les manifestants ont dénoncé une "provocation" et une "atteinte à la liberté de manifester".
"Pas de chaises vides, à l'école, pas d'expulsions", ont scandé les manifestants.
  
A Versailles, 150 personnes se sont retrouvées devant la préfecture pour demander le réexamen des dossiers de régularisation rejetés. D’autres rassemblements ont eu lieu notamment à Nanterre, Créteil, Lille, Le Havre, Rouen et  plusieurs villes de l'ouest, notamment à  Brest, Caen, Lorient et Tours
.

Lire la suite

Parrainage d'Olivier: le maire d'Aubevoye signe

28 Septembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #OLIVIER BESANCENOT

 

Parrainages d'Olivier Besancenot dans l'Eure:

Jean Luc RECHER, maire socialiste d'Aubevoye (près de Gaillon) signe au nom de la démocratie et du pluralisme

Lire la suite

Privatisation de GDF, pour le "TOUS ENSEMBLE"

28 Septembre 2006 , Rédigé par LCR Publié dans #RESISTANCE

PRIVATISATION DE GDF
Pour le « tous ensemble »

Le débat parlementaire sur Gaz de France a tourné à la pantalonnade. Plus que jamais, la confrontation nécessite une convergence entre syndicats, citoyens et partis politiques.

La gauche parlementaire avait annoncé une bataille de procédure sans précédent (137 500 amendements). Mais, en passant un accord avec Jean-Louis Debré, les groupes PS et PCF ont fait un beau cadeau au gouvernement. Ils se sont entendus pour clore les débats le 28 septembre, suivi d’un vote solennel le 3 octobre. Pour Villepin, c’est la perspective inespérée d’une sortie en douceur avec, en prime, la possibilité de sauver les apparences démocratiques. Dans un climat de crise profonde à droite, le recours au 49-3 reste, en effet, une arme politiquement dangereuse. Le dernier recours au 49-3 imposait le CPE !

Certains parlementaires, et surtout la base militante PS et PCF, ont bien du mal à avaler la couleuvre. En fait, quand on veut utiliser le Parlement comme tribune politique, il faut une stratégie globale : préparer aussi des manifestations unitaires, mobiliser les citoyens, se coordonner avec les syndicats. Mais rien de tout cela n’était préparé à l’avance. Pas même la présence assidue à l’Assemblée ! La surenchère d’obstruction cache mal, dans ces conditions, que beaucoup de ces mêmes députés ont déjà voté, sous Jospin, la « transposition de gauche » des directives européennes qui annonçaient le désastre des privatisations totales. Et quand Fabius était ministre, il a préparé un dossier en vue de l’ouverture du capital d’EDF. En 2004, ni le PS ni le PCF n’ont conséquemment alerté l’opinion sur le changement de statut d’EDF-GDF, conjointement avec les coupures d’électricité et les opérations Robin des bois, alors que c’était le moment décisif pour enrayer la machine libérale pilotée par Sarkozy. Ce dernier, à l’époque, a illusionné tout le monde avec sa promesse des 70 % de capitaux publics.

« Il fallait éviter le 49-3 et obliger les sarkozistes à voter vraiment un texte qu’ils ne veulent pas », disent les artisans du deal avec Debré. Comme si la priorité était de peser sur les contradictions de la droite, plutôt que de mobiliser. La Convergence pour la défense des services publics avait pourtant pris l’initiative d’une soirée-débat, le 26 septembre à Paris, « Quatre heures pour le service public de l’énergie », avec les syndicats, les associations, les partis. Parce que jusqu’au bout, tout doit être tenté pour construire le rapport de force.

Les fédérations de l’énergie de la CGT, de FO, de la CFTC et de la CGC ont lancé un nouvel appel à « une journée nationale d’action avec manifestations, arrêts de travail et un rassemblement national à Paris », le 3 octobre, jour du vote de la loi. Même scénario que le 12 septembre dernier, au risque de la répétition. Pourtant, pour gagner, l’objectif ne peut être que d’appeler à la grève coordonnée et de rassembler des centaines de milliers de manifestants dans la rue. Les directions syndicales confédérales repoussent toujours l’idée d’une manifestation nationale à Paris.

À EDF-GDF, les salariés n’ont pas désarmé. Beaucoup sont prêts à agir, y compris en procédant à de nouvelles coupures, à condition d’avoir des garanties de ne pas rester isolés. Les directions d’EDF et GDF ne se trompent pas sur ce potentiel de combativité. Au lendemain de la grève du 12 septembre, elles convoquaient plusieurs syndicalistes pour les menacer de sanctions. Le 22 septembre, les syndicats rendaient publique une expertise chiffrant à 20 000 le nombre de suppressions d’emploi engendrées par la fusion-privatisation GDF-Suez. C’est un autre aspect grave de cette loi qui constitue une véritable provocation. Pour la droite, à quelques mois d’échéances majeures, c’est l’occasion de gagner une revanche, après les échecs sur le traité constitutionnel européen et sur le CPE. Ce n’est pas le moment de renvoyer l’issue de cet affrontement à une hypothétique alternance en 2007. La bataille se livre maintenant, et elle n’est pas perdue d’avance.

Jean-Pierre Dino, Dominique Mezzi

article paru dans "Rouge", hebdomadaire de la LCR

Lire la suite

Communiqué LCR du 27-09-06 : GREVE DANS L'EDUCATION NATIONALE CONTRE LES SUPPRESSIONS DE POSTES

27 Septembre 2006 , Rédigé par LCR Publié dans #COMMUNIQUES

Grève contre les suppressions de postes dans l’éducation nationale

 L’ensemble des organisations syndicales enseignantes appelle à la grève le jeudi 28 septembre et à des manifestations (à Paris, rendez-vous Place Saint-Michel à 14h30). Budget après budget, l’éducation nationale devient une des cibles prioritaires du gouvernement dans le cadre de l’opération suppression de postes de fonctionnaires. 8500 postes en moins sont prévus au budget 2007, venant après la disparition de 25 000 postes d’enseignants et de 100 000 postes de personnel éducatif sur les dernières années écoulées. La précarité loin de disparaître se diversifie et chaque année de nouveaux types d’emplois de plus en plus précaires font leur apparition. La LCR soutient la grève du 28 septembre dans l’éducation nationale. Le droit à l’éducation, à la formation pour tous ça n’a rien à voir avec la loi Fillon qui prévoit le service minimum pour la grande majorité des jeunes, ni avec l’apprentissage à partir de 14 ans, ni avec les suppressions de postes ou les emplois précaires qui dégradent le service public, ni non plus avec l’allongement du temps de présence des enseignants dans les établissements scolaires préconisé par certains responsables politiques. Abrogation de la loi Fillon, gratuité des études, des créations de postes à hauteur des besoins définis par les personnels, titularisation sans condition de tous les précaires : ce sont quelques-unes des exigences de la LCR.

Le 27 septembre 2006

Lire la suite

EDITO du 25-09-06

26 Septembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #EDITOS

N. Sarkozy : un homme dangereux,brutal,expulseur d’enfants, récidiviste

 

 

Sarkozy serrant la main à G. Bush, Sarkozy au Sénégal pour faciliter les voyages en France « d’homme d’affaires » (ce qu’il appelle « l’immigration choisie » ), Sarkozy attaquant la justice quand elle n’est pas aux bottes de la police… Sarko par-ci, Sarko par-là, on en a plein les oreilles et les yeux ! Le monde médiatique est fasciné par ce politicien à l’ambition démesurée, qui ne manie que l’insulte, la brutalité, la démagogie. Il est temps de dire : ça suffit Sarko !

Pourchasseur d’enfants, ça suffit Sarko !

 

Sarkozy espère capter les voix de Le Pen en faisant la politique de …Le Pen : chasse aux  immigrés, désignation permanente des jeunes comme fauteurs de troubles (« racailles »), vote d’une loi appelée « prévention de la délinquance » qui menace les parents de reprise en mains des allocations familiales au cas où leurs enfants ne se conduiraient pas « bien », ordre donné aux éducateurs sociaux de collaborer avec la police, violences contre les familles sans-logis de Cachan ( Marne) expulsées de leur habitat de fortune.

Le premier flic de France voulait pourchasser les enfants de parents sans-papiers jusque dans les écoles. Mais, pendant tout l’été, il a été mis en échec par la chaîne humaine de solidarité (familles, syndicats, voisins) du Réseau éducation sans frontière (RESF) qui a protégé des milliers d’enfants. Il a dû admettre un chiffre de 6924 régularisations sur 30 000 demandes (alors qu’il espérait moins de 1000). Mais ce chiffre est totalement arbitraire. Les dossiers ne sont pas tous examinés, mais Sarko décide seul la conclusion! C’est encore une façon pour lui de se faire de la publicité. C’est pourquoi le 30 septembre, partout en France, des manifestations unitaires vont exiger la régularisation de tous les sans-papiers.

 

Société policière et injustice sociale : ça suffit Sarko !

 

Cet homme est arrivé au Ministère en 2002 avec un seule idée en tête : l’Elysée. Sa stratégie est basée sur l’exploitation sans vergogne du sentiment d’insécurité qui  règne dans les quartiers populaires, dans les entreprises menacées de délocalisations, dans une population désemparée par le constat d’une injustice générale, d’un mépris pour les travailleurs.

Sa méthode, c’est la désignation insultante de fractions entières de la population pour les monter les unes contre les autres : les jeunes au bas des immeubles, les immigrés, les pauvres qui profiteraient des allocations pour refuser de travailler, les parents laxistes, les fonctionnaires trop nombreux.

Sarkozy veut présider une société où seraient détruits les acquis populaires autour de l’égalité sociale, la solidarité, la liberté, et où domineraient la concurrence sauvage, l’élitisme, le soupçon, la menace répressive.

 

Un homme dangereux pour la démocratie et la paix !

 

Ce n’est pas un hasard si Sarkozy est allé serrer la main à Bush. Il admire l’ultra-conservatisme du président des Etats-Unis, pourtant grand fauteur de troubles mondiaux, responsable des guerres meurtrières en Irak, au Moyen-Orient, en Afghanistan, qui n’ont fait qu’amplifier la menace terroriste. Chez Bush, Sarkozy cherche le soutien d’un cynique défenseur de l’ordre et de la morale des plus forts.

 Mais Sarkozy est en échec total. En 2005, la révolte des banlieues lui a explosé à la figure. Il a semé la haine et récolté la colère. L’injustice sociale, les inégalités provocatrices, s’accroissent. Et avec elles, malheureusement, les actes de délinquance n’ont pas disparu. Parce qu’ils trouvent leur origine dans le désespoir. Parce que cette société du capitalisme triomphant n’offre d’avenir qu’aux riches. C’est cela qu’il faut changer radicalement.

Pour la régularisation de tous les sans-papiers , manifestons le 30 septembre !

Lire la suite

Communiqué LCR du 26-09-2006: Chasse à l'enfant à Aubervilliers

26 Septembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

Chasse à l’enfant à Aubervilliers


La police de N.Sarkozy a tenté aujourd’hui d’arrêter deux enfants d’origine chinoise scolarisés en maternelle et au collège et dont les parents sont en centre de rétention. Pris de peur, l’un d’entre eux s’est réfugié sur un toit, est tombé et transporté à l’hôpital. Immédiatement, le personnel de la cité scolaire, les élu-e-s d’Aubervilliers, le comité de vigilance, RESF, se sont mobilisés et ont organisé une manifestation dans la ville. Voilà le résultat de la politique discriminatoire de Sarkozy . Avec moins de 7000 régularisations pour 30 000 dossiers déposés dans les préfectures , la chasse à l’enfant continue. Les familles déboutées, même si leurs dossiers correspondaient aux critères de la circulaire du 13 juin, vivent dorénavant dans la crainte d’être expulsées. La LCR dénonce cette chasse à l’enfant, appelle à la mobilisation la plus large pour la régularisation de tous les sans-papiers et à participer massivement à la manifestation unitaire du samedi 30 septembre à 14h30 à Denfert-Rochereau. Des papiers, un logement, des écoles pour toutes et tous, assez des discriminations, arrêt de la répression policière.

Le 26 septembre 2006

Lire la suite

Bulletin de la section LCR de BERNAY, septembre 2006

25 Septembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #Comité NPA de BERNAY

Non à la privatisation de GDF !

Nos vies valent plus que leurs profits!

BULLETIN ÉDITÉ PAR LA SECTION LCR DE BERNAY – SEPTEMBRE 2006 – N°89

Le débat, à l’Assemblée nationale, sur la fusion de Gaz de France, entreprise encore majoritairement publique, avec Suez, entreprise privée devrait se terminer le 28 septembre pour un vote le 3 octobre. L’enjeu du débat est la privatisation totale de Gaz de France.

La gauche a déposé 137 000 amendements mais a, selon Debré, président de l’Assemblée, conclu un accord avec l’UMP pour accélérer le débat ! En contrepartie le gouvernement s’engagerait à ne pas utiliser le 49.3 qui permet d’adopter un texte sans vote... Les salariés de GDF et les usagers n’ont pas grand chose à attendre de ce côté-là... Se battre contre la privatisation de Gaz de France, c’est se battre contre la politique libérale soumise aux intérêts du patronat et des gros actionnaires. C’est cette politique que tous les gouvernements de droite et de gauche ont mise en oeuvre depuis 25 ans, qu’il faut mettre en échec.

La politique du passage en force

Villepin refuse de prendre acte du vote organisé par la CGT auprès du personnel de Gaz de France qui est un désaveu massif de son projet. 94 % contre ! Et ils ne sont pas seuls puisque 81 % des français se déclarent contre la privatisation (sondage BVA du 12 septembre). Pour justifier leur projet, gouvernement et patronat nous expliquent que la concurrence, c’est tout gain pour le consommateur. La concurrence ferait baisser les prix. Faux, mensonge. Depuis que le processus de privatisation est engagé, les prix n’ont cessé d’augmenter.

 En 2005, plus de 20 % ! Les bénéfices ont augmenté de 6 % et les dividendes versés aux actionnaires de 60 % ! La hausse des prix va continuer pour permettre de convaincre les actionnaires que la fusion est une bonne opération financière. Les intérêts des usagers comme ceux des travailleurs sont sacrifiés à ceux des détenteurs de capitaux. Et quand on nous dit qu’il faudrait préserver l’indépendance énergétique du pays, on se paye notre tête. La meilleure façon de préserver cette indépendance n’était-elle pas de maintenir un groupe public, GDF-EDF, d’en faire un véritable pôle énergétique indépendant, justement, des intérêts privés ? La réponse s’impose !

Défendre nos droits

La privatisation de Gaz de France n’a qu’un but : offrir les profits que dégage le groupe (1,75 milliards d’euros) aux actionnaires au détriment des salariés et des usagers. Elle résume et symbolise le fond de la politique gouvernementale, politi-que mise en oeuvre avec la bénédiction de Bruxelles et des gouverne-ments de l’Europe capitaliste. C’est bien à cette Europe que le 29 mai dernier, une majorité de la population a dit non en rejetant la politique libérale menée par la droite ou celle, social-libérale, que défend le Parti socialiste. C’est ensemble que droite et gauche, Chirac et Jospin, avaient décidé avec les autres gouvernements européens, à Lisbonne, d’ouvrir au marché et à la concurrence le secteur de l’énergie pour 2007.

En cette rentrée, le gouvernement et le patronat veulent reprendre l’offensive. Face à cela, il y a urgence à leur faire comprendre que, tous ensemble, salariés de GDF, travailleurs, usagers, nous ne les laisserons pas faire.


 Pour prendre contact avec la Fédération de l’Eure de la LCR

NOM : ……………………………..…...........….  PRENOM : ………………..……………...……............. ADRESSE :  ……….………..……...……………..…...........……...…………………….…………............

 TELEPHONE : …………………………..….  EMAIL : …....…………..……………….…........…............

 

A retourner à : LCR, 43, rue St-Jean - 27400 Louviers

 E-mail : lcr27@wanadoo.fr 

 

Site web : http://bulletindestravailleurs.over-blog.com


Deux poids, deux mesures

250 000 travailleurs ont reçu début septembre une demande de remboursement d’un « trop-perçu » de prime sur l’emploi pour cause de changement de situation : comprendre le chômage pour la moitié d’entre eux. Une double peine en quelque sorte. Face au scandale provoqué, le gouvernement a en partie reculé. En revanche, il n’exige aucun remboursement des patrons qui licencient après avoir empoché des subventions publiques.


Rentrée scolaire : un maître mot, suppression

26 000, c’est le nombre de postes d’enseignants supprimés depuis 2003, auxquels il faut ajouter les 30 000 postes de personnels d’encadrement (surveillants et aides éducateurs) évacués sur 3 ans de l’Éducation Nationale. Et ce n’est pas tout, la saignée continue, et de Robien « conscient des besoins des professeurs » annonce, pour le budget 2007, la suppression de 8 500 nouveaux postes d’enseignants !


Exonération sur le SMIC :  Villepin continue les cadeaux aux patrons

Plus de 24 milliards d’euros d’exonérations de cotisations patronales sont déjà prévues pour l’année 2006. Ce n’est pas encore assez pour Villepin qui annonce l’exonération complète de cotisations patronales sur le SMIC dans les entreprises de moins de 20 salariés. Non seulement ce nouveau cadeau fiscal aux patrons ne créera pas plus d’emploi que les autres (les exonérations ont été multipliées par 8 depuis 1993 et le chômage n’a cessé de monter), mais il incitera les patrons à bloquer le maximum de leurs salariés au niveau du SMIC !


Les vrais privilégiés

Au 1er semestre de l’année 2006, les bénéfices des entreprises du CAC 40 ont augmenté de 23 %, soit près de 50 milliards d’euros. C’est l’euphorie chez les actionnaires ! En 6 mois, les profits réalisés représentent l’équivalent de ceux de l’année 2004. En 2006, ils auront doublé par rapport à 2004 ! Ces superprofits ne tombent pas du ciel. Ils sont le résultat de l’exploitation des salariés, des bas salaires, des licenciements mais aussi de l’argent public qui est allé en exonérations de cotisations patronales pour un montant de 24 milliards d’euros. L’annonce de ces chiffres n’empêche pas la droite de partir en guerre contre les prétendus «  privilégiés » de la SNCF, de la RATP, d’EDF qui bénéficient de régimes spéciaux pour les retraites. Hypocrites !


Présidentielle : le PS veut empêcher Olivier Besancenot de se présenter !

Les militants de la LCR sillonnent actuellement le pays pour récolter les 500 parrainages d’élus nécessaires pour présenter Olivier Besancenot. 

Il y a trente ans, en 1976, la loi instituant l’obligation de 500 parrainages était adoptée. Elle avait clairement pour objectif d’éliminer de petites candidatures et donc de réduire le pluralisme politique. Cette loi avait été combattue à cette époque par le PS et le PC qui s’étaient engagés à l’abroger une fois parvenus au pouvoir. On connaît la suite...

Hollande vient d’adresser un courrier aux élus PS, les enjoignant de refuser leur signature aux autres candidats. C’est bien sûr l’extrême-gauche qui est visée. Réaction de panique et de mépris, en particulier pour les trois millions d’électeurs qui ont voté extrême-gauche en 2002. Il estime que l’extrême-gauche « n’a rien compris de ce qui s’est passée en 2002. » A l’inverse, c’est plutôt le PS qui ne veut toujours pas voir les causes de l’échec de Jospin. Car enfin, pourquoi a-t-il fait un si mauvais score ? La réponse, elle est dans la privatisation des Télécom, l’acceptation de la décision du Conseil européen de Barcelone en 2002 de repousser de 5 ans l’âge de la retraite, l’abandon des salariés de Renault-Vilvoorde… Il n’y a pas de pire aveugle...

Non à l’occupation impérialiste du Liban !

Plus de trente jours de bombardements ont ramené le Liban 20 ans en arrière. 1200 victimes, pour la plupart civiles, des milliers de blessés, des quartiers entiers rasés, les infrastructures du pays détruites... tout cela au prétexte de libérer deux soldats israéliens enlevés par le Hezbollah. En réalité, l’agression d’Israël contre le Liban n’est que le dernier chapitre d’une politique qui maintient tous les peuples de la région, israélien compris, dans un état de guerre permanent pour assurer la domination des grands trusts américains et européens sur le Moyen-Orient.

L’envoi de troupes de la « FINUL renforcée » ne sera pas une avancée vers la paix. Cette force est envoyée sur la base d’une résolution de l’ONU qui exige le désarmement de tous les mouvements de résistance libanais, sans condamner l’agression israélienne. Elle n’exige rien d’Israël, ni l’évacuation des fermes de Chebaa occupées par l’armée israélienne, ni la libération des milliers de prisonniers politiques palestiniens et libanais, et encore moins l’évacuation des territoires occupés en Palestine, évacuation demandée par l’ONU depuis... 1967 !

Les résolutions de l’ONU ont force de loi quand il s’agit de contraindre les peuples arabes, mais elles ne sont que des avertissements platoniques en direction de l’Etat sioniste ! La raison en est simple : l’ONU n’est pas neutre, elle est un outil aux mains des grandes puissances impérialistes qui ont toujours soutenu l’Etat colonialiste d’Israël.

Loin d’être une force de paix, elle participe d’une offensive qui ne pourra que générer de nouvelles guerres.

Pour nous contacter ou recevoir ce bulletin par mail : lcr27@wanadoo.fr

Lire la suite

USA: les riches toujours plus riches

25 Septembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #DES CHIFFRES

Les 400 plus riches aux Etats-Unis...

Ils sont tous milliardaires.

Il n'y a plus de millionnaires dans la liste des 400 Américains les plus riches publiée vendredi par le magazine Forbes, car ils sont tous milliardaires, Bill Gates, le co-fondateur de Microsoft, restant le plus riche d'entre eux.

Avec une fortune évaluée à 53 milliards de dollars, Bill Gates devance le financier Warren Buffett (46 milliards) et le magnat des casinos et des hôtels de Las Vegas Sheldon Adelson (20,5 milliards de dollars).

Le dernier, pour des raisons d'ordre alphabétique, est Sehat Sutardja, le PDG de la société Marvell (semiconducteurs) avec juste un milliard de dollars, ex-aequo à la 374e place avec 26 autres personnes.

"Une fortune à neuf chiffres n'attire plus l'attention par les temps qui courent", indiquent les auteurs du classement. "Pour la première fois, toutes les personnes figurant dans la liste des 400 Américains les plus riches possèdent au moins un milliard de dollars", soulignent-ils.

Le total de la fortune de ces 400 personnes atteint 1.250 milliards de dollars soit 120 milliards de dollars de plus que l'an dernier.

Forbes attribue le fait qu'il n'y ait plus de millionnaires à la hausse des prix de l'immobilier et du pétrole. La liste comprend 28 nouveaux entrants.

Un million de dollars gagné par heure!

La progression la plus forte est celle de Sheldon Adelson qui a gagné 9 milliards de dollars entre 2004 et 2005 et vu l'action de son groupe Las Vegas Sands Corporation progresser de 125% depuis son introduction en Bourse en décembre 2004. Forbes souligne qu'il a gagné un million de dollars par heure depuis la publication de liste 2004 sur laquelle il figurait à la 60e place.

Warren Buffett, surnommé "l'Oracle d'Omaha", la ville où il vit dans le Nebraska (centre), en raison de sa faculté à choisir des investissements particulièrement rentables, a gagné 6 milliards d'une année sur l'autre, tout en restant à la deuxième place.

.../...

Voici la liste des dix Américains les plus riches:

1. Bill Gates (Microsoft): 53 milliards de dollars
2. Warren Buffett (Berkshire Hathaway) 46 milliards
3. Sheldon Adeslon (Las Vegas Sands) 20,5 milliards
4. Lawrence Ellison (Oracle) 19,5 milliards
5. Paul Allen (Microsoft et investissements) 16 milliards
6. Jim Walton (Wal-Mart) 15,7 milliards
7. Christy Walton (Wal-Mart) 15,6 milliards
8. Robson Walton (Wal-Mart) 15,6 milliards
9. Michael Dell (ordinateurs) 15,5 milliards
10. Alica Walton (Wal-Mart) 15,5 milliards
 
D'après AFP
Lire la suite

Communiqué LCR du 24-09-06: Tous unis avec les expulsés de Cachan

25 Septembre 2006 , Rédigé par LCR Publié dans #COMMUNIQUES

Conférence de presse lundi 25 septembre à 11h en faveur des résidents expulsés de Cachan.

 Olivier Besancenot (LCR), Marie-George Buffet (PCF), Arlette Laguiller (Lutte ouvrière), Jack Lang (Parti socialiste), Noël Mamère (les Verts), des représentants d’autres familles politiques, un représentant des familles de Cachan et des grévistes de la faim ont tenu ensemble une conférence de presse lundi 25 septembre à 11h devant le gymnase Belle-Image à Cachan : pour dénoncer le blocage de toute solution collective par le gouvernement et la préfecture du Val-de-Marne.

Les provocations policières s’amplifient, les arrestations et les expulsions se multiplient. Les personnalités politiques présentes à cette conférence de presse exigent ensemble :

Une école, un logement, des papiers pour tous, et l’arrêt de la répression policière.

Le 24 septembre 2006

Lire la suite
1 2 3 4 > >>