Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Solidarité et action après la mise en examen du porte-parole du réseau "SORTIR DU NUCLEAIRE"

31 Mai 2006 , Rédigé par Réseau Sortir du nucléaire Publié dans #RESISTANCE

Document confidentiel défense sur l’EPR
---------------
Solidarité et action après la mise en examen par la DST
d’un porte parole du Réseau “Sortir du nucléaire”

Mercredi 7 juin une délégation 15 h. à la préfecture d'Evreux du Réseau sortir du nucléaire-Eure a remis une copie du "document confidentiel défense" signé par 90 militants syndicaux, associatifs et politiques, en solidaritén avec Stéphane LHOMME


Le 16 mai à 8 h, la Direction de la sureté du territoire (DST) a mené une perquisition dans l’appartement de Stéphane Lhomme, porte parole du Réseau “Sortir du nucléaire” et auteur du livre “L’insécurité nucléaire. Bientôt un Tchernobyl en France ?” (Editions Yves Michel).

Stéphane Lhomme a été en garde à vue au Commissariat central de police de Bordeaux pour la journée. Il est soupconné de détenir un document confidentiel défense qui démontre la vulnérabilité du réacteur nucléaire EPR en cas de crash suicide d’un avion de ligne. L’affaire est entre les mains de la section anti-terroriste du Parquet de Paris.

Avec le réseau "Sortir du nucléaire", nous  dénonçons cette arrestation

Le Réseau “Sortir du nucléaire” avait publié en septembre 2005 une lettre d’un responsable d’EDF (non couverte par le secret défense) faisant état de ce document confidentiel défense (voir :
http://www.sortirdunucleaire.fr ). Lors du débat public sur l’EPR qui s’est terminé début avril 2006, la CPDP (Commission nationale du débat public) avait censuré un passage de la contribution écrite du Réseau “Sortir du nucléaire” faisant état de ce document confidentiel défense.

Cette affaire démontre une fois de plus toute l’opacité et la censure concernant le nucléaire.

Les citoyens sont en droit de connaître la vérité sur le nucléaire et en particulier sur l'EPR. Le document Confidentiel défense sur l'EPR doit être déclassifiéafin que la vérité soit faite sur ce réacteur.

Nous assistons actuellement à un véritable passage en force du lobby nucléaire qui tente par tous les moyens d’imposer la relance du nucléaire en France avec la construction d’un nouveau réacteur nucléaire EPR. Après le succès du rassemblement de Cherbourg contre l’EPR le 15 avril 2006 qui a rassemblé 30 000 personnes, le gouvernement tente de rendre inéluctable la construction de l’EPR avant les prochaines élections présidentielles et législatives de 2007. Le gouvernement vient de fixer les dates de l'enquête publique sur la construction du réacteur EPR : du 15 juin au 31 juillet, c'est-à-dire… à cheval sur la Coupe du monde de foot et les vacances d'été ! Une nouvelle preuve du mépris de la Démocratie par les autorités pronucléaires.
 
Aussi, comme c'est le cas dans de nombreuses villes partout en France, une délégation du Réseau "Sortir du Nucléaire 27" remettra prochainement à la préfecture une copie du Document confidentiel défense qui reconnaît que le réacteur nucléaire EPR n'est pas conçu pour résister à un crash suicide.
 
Les autorités françaises et les entreprises EDF et Areva utilisent le secret défense pour abuser la population. Par exemple, Mme Lauvergeon (PDG d’Areva) a déclaré lors des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence consacrées au terrorisme : "Le réacteur EPR a été conçu pour résister à tout, y compris les chutes d’avion". (cf dépêche AFP, 9 juillet 2005)
 

Or, dans le Document confidentiel défense on peut lire entre autres :
 
- "Les hypothèses relatives à l'impact [d'un avion] doivent assurer une couverture « raisonnable » du risque et ne peuvent prétendre couvrir toutes les éventualités." Cette seule phrase, véritable aveu, suffit à clore le débat. Mais on peut néanmoins pointer d'autres éléments :
 
- "Compte-tenu qu'une centrale nucléaire ne forme pas un très grosse cible et qu'elle est nettement moins haute qu'un immeuble de grande hauteur, il est sans doute assez difficile pour un pilote non chevronné de viser très précisément une zone sensible". Ce raisonnement, fort peu scientifique, est d'autant moins convaincant que, le 11 septembre 2001, ces pilotes "non chevronnés" ont malheureusement prouvé qu'ils étaient capables de véritables prouesses…
 
- "Un impact en vol horizontal stabilisé supposerait un vol a très basse altitude à peu près impossible à envisager sauf peut-être pour certains sites en bord de mer". Or, l’EPR est justement prévu à Flamanville (Manche), en… bord de mer ! Est-il nécessaire d'en rajouter ?
 
De même que Stéphane Lhomme, porte-parole du Réseau "Sortir du nucléaire", mis en garde à vue le 16 mai par la DST, les membres de la délégation  et les signataires qui sy associent risquent une peine de 5 ans de prison et une amende de 75 000 euros. Mais, par cette action de "désobéissance civique", ils dénonceront le mensonge (commis, qui plus est, sous couvert du secret défense) et le danger nucléaire imposé aux citoyens.
 
La seule façon de résister à d'éventuelles attaques est de réduire notre vulnérabilité, et donc de ne pas avoir de centrales nucléaires. Pour le moins, il ne faut pas construire de nouveaux réacteurs.

Lire la suite

Le 29 mai, 500 ballons de solidarité pour Maria Simao

30 Mai 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #RESISTANCE

500 messages de solidarité dans le ciel d'Evreux au rassemblement pour la régularisation de Maria Simao

le 29 mai devant la préfecture

Le manifestation organisée par le Collectif de l’Eure de soutien à Wei-Ying et Ming, aux Mineurs et Jeunes majeurs Scolarisés sans papiers et le Collectif Etrangers - Français pour l’Egalité des Droits (CEFED) a rassemblé 250 personnes pour exiger haut et fort la régularisation immédiate de Maria Simao. Les jeunes collégiens d'Henri Dunant présents ont scandé des mots d'ordre de solidarité avec Maria et sa fille Carmen sur le rythme des djembes. Après une intervention très émouvante de Maria, les manifestants ont laché dans le ciel 500 ballons aux noms de Maria et de sa fille Carmen, 500 messages de solidarité aux quatre coins de l'hexagone. 

Le préfet refuse de recevoir la délégation

Le  Préfet a refusé de recevoir une délégation du Collectif des enseignants et élèves du collège Henri Dunant, prétextant "qu'aucun élément nouveau" ne justifiait cette audience. Pour Maria, la mobilisation continue et se développe, en témoignent la pétition massivement signée, les rassemblements et les nombreuses prises de position d'associations et d'élus en faveur de la régularisation de Maria.

Signer la pétition pour la régularisation de Maria sur le site: http://collectif.ying-ming.monsite.wanadoo.fr/

SOLIDARITE AVEC MARIA ET SA FILLE

Régularisation immédiate de Maria!


 

COMMUNIQUE DE PRESSE DU PERSONNEL DU COLLEGE HENRI DUNANT D'EVREUX

LACHER DE BALLONS POUR SOUTENIR CARMEN ET SA MAMAN

Les personnels du Collège Henri Dunant d'Evreux répondront dans leur grande majorité à l'appel au rassemblement pacifique et citoyen du lundi 29 mai 2006 à 17h30 devant la Préfecture d' Evreux.

 

Le but est de montrer de manière pacifique et symbolique leur soutien à leur élève Carmen et sa maman Maria. Ils ont écrit à Monsieur Jacques Laisné, Préfet de l'Eure, pour le remercier de s'être engagé à réexaminer le dossier de Maria Simao avec humanité. Les professeurs et autres personnels d'éducation espèrent  vivement que Maria SIMAO obtienne un titre de séjour qui lui permette de vivre avec sa fille, de circuler en toute liberté, de travailler, d'avoir un logement décent et que Carmen poursuive sereinement sa scolarité. Bref, une situation stable et définitive pour qu'enfin elles puissent oser penser à l'avenir. Au nom des valeurs de la République et des Droits de l'Homme, nous demandons au préfet de l'Eure Jacques LAISNE d'accorder à Maria et à sa fille le droit de vivre avec nous.

Au lendemain de la fête des mères, les personnels du collège Henri Dunant d'Evreux organiseront un lâcher de ballons, prévu vers 18h15 devant la Préfecture. 500 messaqes s'envoleront aux quatre coins de l' Bexaqone, comme un appel à la solidarité de tous les citoyens. « Pas de bonheur sans sa maman! »

Lundi 29 mai à 14 heures.

Lire la suite

communiqué LCR du 30 mai 06

30 Mai 2006 , Rédigé par LCR Publié dans #COMMUNIQUES

Le logement social en péril

Communiqué de la LCR

Prodigue en mauvais coups, l’UMP s’apprête à flinguer la loi « Solidarité et renouvellement urbain », votée en 2000, obligeant les communes de plus de 3500 habitants à avoir 20% de logements sociaux. Alors qu’il y a 1,3 million de ménages répertoriés dans les fichiers HLM,et encore beaucoup plus de mal logés, que les expulsions ont repris, comme au 35 bis rue Dunois (Paris 13e), obligeant plusieurs dizaines de personnes à camper dans un square, l’amendement Ollier refait surface à l’Assemblée nationale. Cet amendement au projet de loi Borloo « Engagement national pour le logement » prévoit de comptabiliser les programmes d’accession à la propriété comme du logement social, pour le plus grand plaisir des mairies de Neuilly et du Raincy , par exemple, qui refusent la construction de logements sociaux. La LCR dénonce cette infamie à l’égard de tous les sans-logis, les mal-logés, les victimes de la spéculation immobilière. Une de plus, après le CPE. Pour s’attaquer à la crise du logement, il n’y a pas d’autre solution que d’appliquer la loi de réquisition, d’interdire les expulsions, de reloger préalablement les locataires habitant des immeubles vétustes ou dangereux et de mettre sur pied un service public du logement, engageant un vaste plan de construction, non soumis aux lois du marché et de la spéculation immobilière.

Le 30 mai 2006.

Lire la suite

POSTE, HOPITAL, NON A LA FERMETURE PARTIELLE DES SERVICES PUBLICS CET ETE !

30 Mai 2006 , Rédigé par AGV et LCR- Louviers Publié dans #NOTRE ELU NPA A LOUVIERS

    

POSTE, HOPITAL, NON A LA FERMETURE PARTIELLE DES SERVICES PUBLICS CET ETE !

La poste de Louviers ferme du 12 juin au 4 août…au moins. Pour « allier fonctionnalité et confort pour la clientèle », comme le dit la direction départementale  de la Poste? En fait, les locaux utilisés par le personnel resteront eux dans leur état de vétusté. La première raison de ces travaux, ce n’est pas de soigner la clientèle, c’est que la création de la banque postale impose l’obligation légale de séparer les locaux de la Poste publique et de la banque privatisée ! 

A l’annonce de ce plan national de travaux pour des centaines de bureaux, la Poste s’était engagée à mettre en place des guichets de remplacement où toutes les opérations seraient possibles. A Louviers, dans l’annexe provisoire, on pourra bien retirer colis, recommandés, et affranchir… mais uniquement  en payant par chèque ! Comment vont faire les centaines de personnes qui n’ont que du liquide, ceux qui n’ont qu’une carte  bancaire postale et ne pourront plus  utiliser le distributeur de billets. On est loin du service public accessible à tous et à toutes. Ceux-là n’auront qu’à courir et faire la queue autour de Louviers, dans des bureaux trop petits, sans personnel et sans équipement suffisants pour recevoir plus de monde… et encore, pour celles et ceux qui peuvent se déplacer sans complications !

Nous refusons la logique de rentabilité de la Poste privatisée, qui ne cherche qu’à faire des économies sur le dos de ses « clients » pas assez rentables : ainsi à Louviers, plusieurs fois par semaine, des tournées de courrier ne sont pas assurées par manque de personnel.   

 DES SERVICES PUBLICS DE QUALITÉ POUR TOUTES ET TOUS !

               Ce qui est vrai pour la Poste l’est aussi pour l’hôpital : celui de Louviers était paraît-il « non viable » : la maternité a fermé. Mais les Feugrais n’ont même pas les moyens de fonctionner correctement ! L’Etat comprime les budgets, il n’y a pas assez d’argent pour payer le personnel nécessaire. Verra-t-on encore des services fermés cet été ?

               C’est vrai aussi pour les services communaux : « Louviers Plage », c’est bien (à condition de payer correctement les vacataires, y compris leurs heures supplémentaires, contrairement à l’an dernier), mais la médiathèque devrait être ouverte tout l’été, avec des moyens, au lieu de fermer une fois de plus du 14 juillet au 15 août !

               C’est aussi vrai pour la SNCF, qui ferme des milliers de kilomètres de lignes secondaires et de marchandises pour « faire des économies ». Ainsi, Eurarma, ou M-real ne sont plus desservies. Cela fait autant de véhicules en plus sur les routes,  des accidents, de la pollution, dont le coût n’est pas pris en compte dans le prétendu « déficit » de la SNCF.  

              C’est vrai pour l’eau, bien commun de l’humanité tout comme l’air, bradée par de trop nombreuses collectivités à de grands groupes qui font leur beurre avec la captation, la distribution et l’assainissement, comme c’est le cas pour la CGE-Véolia  dans la communauté d’agglomération.

               C’est encore vrai pour EDF et GDF : le projet de fusion entre GDF et le groupe SUEZ  livre cette entreprise nationale au Privé et les usagers commencent déjà à en payer la facture, ou plutôt les factures, maintenant séparées.

               C’est toujours vrai pour l’Éducation Nationale, avec la diminution des moyens et les restrictions au savoir et à la formation : apprentissage à 14 ans, remise en question du Collège unique, entrée sélective dans les Facultés, mise en concurrence des établissements...

La recherche de la rentabilité financière maximale engendre la croissance des inégalités, la précarité, les licenciements comme chez Cinram, Energizer, Georgia Pacific, M-real…

Par deux fois en moins d’un an, avec le référendum sur le Traité Constitutionnel Européen et les grèves et manifestations  pour le retrait du CPE, une majorité a clairement dit NON.

POUR LES SERVICES PUBLICS, POUR L’INTERDICTION DES LICENCIEMENTS,

POURSUIVONS CE MOUVEMENT !

AVEC OLIVIER BESANCENOT !

Pour  prendre contact :

 Gérard PREVOST

conseiller municipal,

43, rue Saint Jean 27400 Louviers  06 88 16 08 65

AGV :perso.wanadoo.fr/agauche-vraiment/

LCR27 : http://bulletindestravailleurs.over-blog.com

site national : http:/ http://www.lcr-rouge.org/ 

Lire la suite

CARTON ROUGE - JUIN 2006

29 Mai 2006 , Rédigé par JCR-27 et LCR-27 Jeunes Publié dans #Jeunes NPA

Journal des lycéen-ne-s des JCR / LCR de l’Eure - Juin 2006

Loi Sarkozy contre les immigrés :

les seuls indésirables sont ceux qui exploitent et pillent l’Afrique !

A

près la défaite sur le CPE, englué dans l’affaire Clearstream, le gouvernement se lance dans une fuite en avant populiste et raciste.

Reprenant des éléments clés du programme du Front National, le gouvernement vient de faire adopter par les députés une réforme du code d’entrée et de séjour des étrangers et des demandeurs d’asile (CESEDA) privilégiant une immigration « choisie » sur une immigration « subie » selon les mots de Sarkozy.

La réforme du Ceseda, c’est quoi ?

--> Un durcissement des conditions du regroupement familial.

--> La formation d’une main d’oeuvre précaire qui devra se soumettre aux exigences des patrons, et accepter n’importe quelles conditions de travail afin de pouvoir rester sur le territoire.

--> La fin des régularisations au bout de 10 ans de présence sur le territoire français.

--> Le durcissement des conditions du mariage mixte. Un couple franco-étranger ne pourra se marier qu’après 3 ans de vie commune. Le conjoint étranger est expulsable en cas de rupture avant 4 ans de vie commune !

--> Des discriminations croissantes pour les étudiants étrangers.

Du pillage de l’Afrique à l’immigration « choisie »

 En parlant d’immigration « choisie », Sarkozy veut faire croire que les immigrés sont responsables du chômage en utilisant la vieille recette du « diviser pour mieux régner ». Ce ne sont pourtant pas eux qui ferment les usines pour augmenter leurs profits, qui délocalisent vers des pays où la main-d’oeuvre est moins chère pour faire baisser leurs coûts ! Ceux qui exploitent et licencient les travailleurs français comme immigrés sont les seuls coupables !

Ce sont d’ailleurs parfois les mêmes qui, avec le soutien politique et militaire de l’État français, contribuent à maintenir la misère que subit le continent africain ; misère héritée de l’esclavage, de décennies de pillage des ressources naturelles, du soutien aux dictateurs les plus sanguinaires de la planète qui poussent des milliers de dépossédés et de persécutés à l’exil.

Alors oui, celles et ceux qui fuient les guerres, la pauvreté et la faim, résultats de la politique impérialiste de la France, sont les bienvenus ici ! Les seuls indésirables, ce sont les exploiteurs et les politiciens à leur service en France comme en Afrique !    

 

Retrait du CESEDA !  Régularisation pour tous !   

Arrêt des expulsions ! Égalité des droits !  

 

A l’appel de 658 organisations, réunies dans le collectif Unis contre l’immigration jetable, 35 000 personnes ont manifesté à Paris le 13 mai dernier pour exiger le retrait du projet de loi Ceseda. Celui-ci passera le 6 juin au Sénat après avoir été voté à l’Assemblée nationale. Même adopté, il est possible d’obtenir son retrait. Celui du CPE le prouve : la lutte paye, elle peut faire reculer le gouvernement, elle doit continuer ! Mais au-delà, ce qui est à l’ordre du jour, c’est de mettre à bas les barbelés de l’Europe forteresse et en finir avec l’ordre impérialiste mondial.   

Signez la pétition pour le retrait du CESEDA ! http://www.contreimmigrationjetable.org/  


LE PRÉFET DE L’EURE  DOIT RÉGULARISER MARIA SIMAO !  

 

Maria est angolaise. Elle a fuit les prisons de son pays où elle a subi les sévices les plus graves. Elle vit en France depuis 4 ans avec sa fille Carmen, scolarisée au collège Henri Dunant d’Evreux. Elle ne souhaite qu’une chose : avoir des papiers afin de rester en France, trouver un travail et pouvoir vivre avec sa fille.  

Le préfet de l’Eure ne veut pas la régulariser : il a émis contre elle un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière, annulé par le tribunal administratif de Rouen, mais rétabli par la cour d'appel de Douai.   

A l’initiative de deux collectifs de défense des sans-papiers*, des élèves d’Henri Dunant, de profs et de parents d’élèves, de la population, la mobilisation pour Maria et Carmen s’est enclenchée. Après une campagne médiatique et un premier rassemblement devant la préfecture d’Evreux (250 personnes le 22 mai), le préfet déclare : « ni régularisation, ni expulsion ». Maria devient ainsi une sans papiers sans droits. Cette situation est inacceptable ! Puisque le préfet s’est également dit prêt à réexaminer son dossier («avec bienveillance et humanité» !), nous ne relâcherons pas la mobilisation tant qu’il n’aura pas répondu positivement à la demande de régularisation que Maria a déposé en préfecture. Un nouveau rassemblement est prévu lundi 29 mai (17h30) en présence de ses soutiens et des médias.   

 

* Collectif de l'Eure de soutien à Wei-Ying et Ming, aux mineurs et jeunes majeurs scolarisés sans-papiers - RESF et le CEFED - Collectif Etrangers-Français pour l'Egalité des Droits.   

Pétition à signer en ligne :  

http://collectif.ying-ming.monsite.wanadoo.fr  


USA : les travailleurs latinos  dans la rue   

 

Depuis plusieurs mois, des centaines de milliers de Latinos, qui représentent la majorité des 40 millions d’immigrés aux Etats-Unis, se mobilisent et manifestent contre un nouveau projet de loi qui désigne les immigrés et notamment les sans-papiers, au nombre de 12 millions, comme indésirables. Au menu de cette loi : la construction d’une barrière de 1000 km entre le Mexique et la Californie et des peines de prison pour quiconque aiderait ou ne dénoncerait pas un étranger en situation irrégulière.  

 

Le 1er Mai (jour travaillé aux Etats-Unis), les latinos ont organisé avec le soutien de nombreux travailleurs d’autres communautés, une «journée sans immigrés» pour montrer que le pays serait paralysé sans eux.  

Au plus bas dans les sondages, embourbé en Irak, Bush envoie aujourd’hui l’armée (6 000 gardes nationaux) à la frontière mexicaine et tente de reprendre la main en flattant les pires préjugés racistes.

Bush là bas, Sarkozy ici, des deux côtés de l’Atlantique c’est bien la même politique du bouc-émissaire.   


ACHETER DU SEXE  N’EST PAS UN SPORT !  

 

Du 9 juin au 9 juillet, douze villes allemandes accueille-ront la Coupe du monde de football. Sont attendus environ 36 millions de spectateurs. En prévision de cet afflux, l’industrie du sexe allemande (où la prostitution est légale et cantonnée à des lieux restreints et fermés) a érigé un gigantesque “complexe” prostitutionnel à côté du principal stade de Berlin. On estime à 40 000 le nombre de femmes “importées” d’Europe Centrale et de l’Est vers l’Allemagne pour “servir sexuellement” les spectateurs. Pour dénoncer cette traite abjecte des femmes, de nombreuses associations se mobilisent. On peut signer une pétition en ligne (déjà près de 100 000 signatures) à l’adresse suivante :  

 

http://catwepetition.ouvaton.org/php/index.php  


 LES RÉPERCUSSIONS DE L’ESCALADE SÉCURITAIRE SUR LES PRISONS FRANÇAISES  

Le nouveau rapport de l’OIP (Observatoire International des Prisons) vient d’être publié et révèle que les conditions de détention en France se sont encore détériorées. Le rapport dénonce, une fois encore, les violations répétées de la dignité des personnes, le recours souvent injustifié et arbitraire à des mesures punitives, l’atteinte à l’intégrité physique et psychologique des personnes, l’augmentation alarmante des suicides de détenus. L’escalade sécuritaire du gouvernement, le tout répressif ont contribué à développer le recours à l’enfermement et à allonger les peines. Résultat : les effectifs explosent, la promiscuité devient la règle (il n’est pas rare que 4 ou 5 personnes occupent une même cellule de 9 à 12 m2) et les violences entre détenus et avec le personnel augmentent. En 5 ans, le nombre d’incidents collectifs au sein des prisons a augmenté de 155 %.

L’Observatoire remet explicitement en cause les choix politiques de ces dernières années : débauche de moyens pour sécuriser les prisons (dispositifs coûteux, militarisation du personnel), et quasi-absence de politique en faveur de la réinsertion, de la socialisation. Une politique carcérale à l’image de la société capitaliste : inhumaine, injuste et barbare.  

 

Si tu veux participer à la rédaction du prochain Carton Rouge,  

faire passer une info, contacte-nous!  TÉL : 06 30 45 93 36  

E-MAIL : BriceGDA@aol.com  

http://bulletindestravailleurs.over-blog.com  

LCR site national  http://www.lcr-rouge.org   

 

 

Lire la suite

COUPE DU MONDE DE FOOTBALL: le corps des femmes n’est pas une marchandise

29 Mai 2006 , Rédigé par LCR Publié dans #DROITS DES FEMMES

COUPE DU MONDE DE FOOTBALL

article paru dans "Rouge" hebo de la LCR


Le corps des femmes n’est pas une marchandise


Ayant légalisé l’industrie du sexe depuis 2002, l’Allemagne se permet d’organiser ouvertement la prostitution lors de la Coupe du monde de football, qui commence le 9 9 juin. L’accaparement des corps, leur transformation en marchandise et leur consommation sont une violation des droits humains.

Certaines prostituées - un très petit nombre - revendiquent haut et fort qu’elles ont « choisi » ce qu’elles considèrent comme leur métier. Elles ne sont pas soumises à des proxénètes et sont moins démunies que l’immense majorité des prostituées. Elles se proclament souvent « féministes », militent pour la réglementation de leur « profession » et assurent parfois qu’elles trouvent dans l’exercice de la prostitution, ou dans les métiers de la pornographie, leur libération sexuelle. Ces prostituées se disent indépendantes et affirment qu’elles sont les « patronnes » face à leurs clients. Mais, même s’il n’y avait pas de proxénètes, même s’il n’y avait pas de traite, d’esclavage, c’est la société qui est complice de cet état de fait, qui l’organise - comme lors des Jeux olympiques d’Athènes et, aujourd’hui, en Allemagne avec le Mondial - et qui s’en enrichit. Ce triple rapport client-prostitué(e)-organisation sociale constitue le rapport prostitutionnel. Ce qui est ainsi mis en circulation, en vente, c’est le corps, c’est la sexualité des femmes.

La marchandisation du corps des femmes bat son plein dans notre société néolibérale. La mondialisation contribue à ce système en facilitant les transferts d’un bout du monde à l’autre, le blanchiment de l’argent, en faussant le rapport au corps et en chosifiant la personne humaine. La Camerounaise Amély-James Koh Bela, présidente de l’association Africa Prostitution, à Paris, spécialiste de la prostitution africaine en Europe, centralise quotidiennement de nombreuses informations sur les réseaux et les pratiques de la traite des Noires, en Afrique et en Europe. Selon ses sources, de nombreuses prostituées africaines, attirées par la prochaine Coupe du monde de football (9 juin-9 juillet), seraient déjà en Allemagne, et d’autres devraient les rejoindre. Les prostituées vont venir du Cameroun et du Nigeria - les deux pays qui envoient le plus de prostituées en Europe -, mais aussi du Liberia, du Ghana, de la Côte-d’Ivoire, du Congo, du Bénin et du Sénégal. Au Cameroun, cela fait déjà plusieurs semaines qu’une rumeur court à Douala : on dit aux prostituées que la Coupe du monde est une aubaine pour elles. On leur fait miroiter de l’argent facile et du travail à gogo. Comme l’Allemagne a légalisé la prostitution, elles pensent qu’elles pourront rester et demander des papiers. À chaque grand événement sportif, on parle de la recrudescence de la prostitution.

Mais le problème a réellement pris de l’ampleur avec les Jeux olympiques d’Athènes. La prostitution des Camerounaises en Grèce avait quadruplé en moins d’un an. Les filles qui sont parties à Athènes auraient envoyé des messages à leurs copines restées au pays pour les encourager à venir. Il y a eu un vrai « effet JO », car la majorité des Africaines parties là-bas ne sont pas revenues. Du coup, au Cameroun, il y a de plus en plus de candidates au départ qui se disent qu’elles vont faire la même chose en Allemagne. Les prostituées africaines de France et d’Europe seront aussi du voyage. Même si les trafiquants ont envoyé leurs hommes de main recruter à travers l’Afrique, il est plus facile de faire passer de façon clandestine les femmes qui sont déjà en Europe. À Paris, les « mamas » (les proxénètes) se seraient regroupées pour louer des chambres en Allemagne. Elles voudraient éviter un mouvement trop visible et feraient partir les femmes par petits groupes. C’est aussi une façon de réserver les meilleures chambres, dans des hôtels près des stades. Beaucoup sont déjà sur place, notamment à Hambourg, grâce aux faux mariages et aux fausses familles. Il faut agir pour que le Mondial ne fasse pas la promotion publique de la traite et de la prostitution des femmes.

Sophie Berjou

Lire la suite

Battre le libéralisme: communiqué de la LCR

29 Mai 2006 , Rédigé par LCR Publié dans #COMMUNIQUES

Battre le libéralisme


Communiqué de la LCR

 La victoire du non le 29 mai 2005 a été une formidable bouffée d’oxygène pour tous ceux et toutes celles qui avaient lutté contre les réformes libérales des retraites, de la sécu...et s’étaient heurté à un mur. Un an après, 3 millions de manifestants ont eu raison du CPE. Mais, Chirac, Villepin et Sarkozy sont toujours là, prêts à cogner sur les immigrés avec la loi CESEDA, à faire du sécuritaire leur plan de vol pour les présidentielles avec le projet de loi « prévention de la délinquance » de Sarkozy. Il faut tous les virer ! La LCR, qui a pris une part active à la victoire du non, sera présente, avec son porte-parole Olivier Besancenot, au Rassemblement festif des collectifs du 29 mai,à Paris, salle Olympe de Gouges à partir de 18h30. Etre fidèle à l’esprit du 29 mai c’est rompre avec le libéralisme, interdire les licenciements, augmenter les salaires, développer les services publics, abroger la réforme des retraites, de la sécu, les privatisations faites par les gouvernements de droite et de gauche précédents, développer les services publics, c’est-à-dire se confronter au MEDEF. Tout cela est incompatible dans le cadre d’une coalition gouvernementale ou parlementaire avec la direction du PS. C’est la raison pour laquelle la LCR milite activement pour des candidatures unitaires sur la base d’un programme anticapitaliste.

Le 29 mai 2006.

Lire la suite

Méfaits des délocalisations et de la privatisation de la poste dans l'Eure

28 Mai 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #EMPLOIS - LICENCIEMENTS

Revue de presse:

1) Les délocalisations en cours dans l'Eure

Minnesota envisage d'arrêter sa production à Pacy-sur-Eure. La série noire continue dans l'Eure où 650 emplois auront disparu en quelques mois.   article de "Paris Normandie"

Plans sociaux, suppressions d'emploi, fermeture de sites industriels, délocalisation de productions. La série noire continue dans l'Eure.
En quelques semaines, huit grosses entreprises - Facom, Smurfit, Ysl Beauté, Safet, Faurécia, Bosch, Minnesota et Cinram - ont annoncé leur intention de compresser massivement leurs effectifs. Quelque 633 emplois sont ainsi menacés de disparaître dans ce département, déjà lourdement touché par le chômage. Tous les secteurs d'activité sont désormais concernés. Alors l'annonce faite hier par les syndicats de l'arrêt de la production chez Minessota à Pacy-sur-Eure, qui devrait entraîner la suppression pure et simple de 88 des 98 emplois, ne fait qu'amplifier l'inquiétude.


88 emplois supprimés


« On voyait bien que ces derniers temps, ça ne marchait pas fort. Les commandes ne cessaient de baisser, et en avril, on avait mis certains d'entre nous au chômage technique. Mais de là à penser qu'on en arriverait à un tel plan social. » Hier matin encore, Sébastien Froville, secrétaire du comité d'entreprise et délégué syndical CFTC du site Minnesota-Rubber à Pacy-sur-Eure, avait du mal à réaliser. Tout comme les représentants du personnel du même syndicat, et ceux de la CGT,- puisqu'ici c'est un combat intersyndical qui se prépare -, il est amer. Et impuissant.
Il y a quelques jours, lors d'un comité d'entreprise, la direction annonçait la mutation du site de production (pièces an caoutchouc pour l'automobile et le ferroviaire, joints pour la plomberie, moules à gâteaux en silicone, objets techniques et médicaux.) en une simple plate-forme de stockage. Une mutation particulièrement douloureuse, puisque seulement dix personnes seront conservées, sur un effectif actuel de 98 salariés.

L'entreprise s'est installée sur la zone industrielle de Pacy-sur-Eure en 2002, dans les locaux précédemment occupés par une plate-forme des parfums Boucheron. Une « délocalisation » après la fermeture de son site d'Evreux. Au moment de ce transfert, l'entreprise employait 198 personnes. Des effectifs qui allaient fondre, au fil de deux plans sociaux successifs, en 2002, puis en 2004.


Les perspectives de reclassement ne sont guère réjouissantes.

 « Nous sommes la seule usine en Europe d'un groupe américain employant 1.103 salariés, aux Etats-Unis, à Singapour, et qui a un projet de nouvelle usine en Chine », déplore Sébastien Froville. « Actuellement, seulement quatre postes sont concernés par les propositions de reclassement : deux informaticiens, un technicien de production et un technicien process, aux Etats-Unis. Sept personnes pourraient partir en mesures d'âge, quatre opérateurs et trois cadres », ajoute Gérard Denis, trésorier du comité d'entreprise et président de l'Union locale CFTC de Vernon.
Avant de se lancer dans une mobilisation d'envergure, les salariés attendent le mardi 6 juin prochain. Ce jour-là, Jim Lande, un des principaux dirigeants du groupe, viendra tout spécialement des Etats-Unis pour présider un comité d'entreprise extraordinaire et ouvrir les négociations. « Nous allons essayer d'obtenir mieux que ce qui nous a été proposé jusqu'alors, à savoir des indemnités de 3/10es de mois par année d'ancienneté, ainsi que le prévoit la convention collective du caoutchouc, et 2.000 euros de prime par salarié », précise Gérard Denis. Nous n'avons pu joindre le directeur du site, Christian Plessard, actuellement en vacances.
FRANCOIS CHARMOT

 

2) La privatisation de la poste et le démantèlement du service public

Le Manoir fait de la résistance pour sa poste (article de PN)

Au cours d'une réunion publique, de très nombreux habitants du Manoir s'étaient insurgés contre la volonté de la poste de réduire le nombre d'heures d'ouverture de son bureau.
Actuellement ouvert 15 heures par semaines, 6 jours sur 7, il accueille quotidiennement 45 à 50 personnes. Un bon chiffre si l'on en croit les syndicats qui affirment que la Poste calcule une moyenne de 3 minutes par opération. « L'agent postal ne pourrait pas servir plus de personnes en 2 heures et demie d'ouverture », avaient-ils affirmé lors de cette réunion publique du 4 mars.

Jusqu'au ministère

Depuis Jacqueline Pons, la maire, tient bon et multiplie les actions pour empêcher la poste de réduire l'activité de son agence. « J'ai rencontré le directeur départemental, François De Boisdeffre le 31 mars qui avance l'idée de réduire les horaires d'ouverture à 6 heures. Le conseil municipal, le 5 avril, s'est prononcé à l'unanimité contre cette décision, mais nous avons sollicité les habitants pour connaître leur avis. Néanmoins, pour montrer notre bonne volonté, nous avons proposé 10 heures d'ouverture et une fermeture le lundi et le mercredi », résume Jacqueline Pons. Un courrier a été distribué dans toutes les boîtes aux lettres. Le résultat est sans appel. Sur 480 foyers, 300 ont répondu. 277 demandent le maintien des 15 heures d'ouverture hebdomadaire et 23 acceptent 10 heures d'ouverture ou font d'autres propositions. 
Jacqueline Pons, maire du Manoir, s'insurge: « Je suis certaine que le bureau du Manoir n'est pas aussi déficitaire que veut nous le faire croire la direction de la poste. Au contraire, il fait de l'ombre à d'autres bureaux alentours. De plus, la poste ne tient pas compte de l'évolution de la population : 200 personnes supplémentaires depuis le dernier recensement et une zone d'activités à l'étude », s'insurge Jacqueline Pons. Alors que la Banque Postale est devenue le fer de lance de la Poste, on invoque les difficultés du conseiller financier de se déplacer jusqu'à ce bureau. Ce n'est pas sa fonction.
Le maire a donc reconstitué un dossier à l'attention de la commission départementale de présence postale territoriale de l'Eure, présidée par la conseillère régionale Christine Fillâtre.
Si cette commission ne donne qu'un avis consultatif, Jacqueline Pons reste persuadée que la poste ne peut prendre seule la décision de réduire ses horaires d'ouverture envers et contre tous. Selon elle, la poste doit en référer au préfet. S'il ne tranche pas, le dossier peut monter jusqu'au ministère. La municipalité du Manoir est prête à aller jusque là.

Fermeture de la poste à Louviers cet été  (P.N.)

La poste de Louviers va fermer le 12 juin pour travaux. Des travaux de grande envergure pour lesquels la poste investit 245.000 euros. Les bureaux devenus vétustes vont être totalement transformés et répondre au nouveau concept qui allie fonctionnalité et confort pour la clientèle.
Mais quelles sont les conséquences pour les clients ? A Gauche Vraiment a alerté certaines instances : la poste est prête à fermer sans ouvrir un bureau provisoire et laisserait ainsi la population sans aucun point poste dans la ville jusqu'au 4 août ! Impensable dans une ville de près de 20.000 habitants.
« Comment vont faire les personnes âgées, sans moyen de transport et parfois sans famille à proximité en cette période de vacances ? » , questionne Gérard Prévost. La poste affirme travailler actuellement avec Franck Martin, le maire, et Christine Fillâtre, présidente de la commission départementale de présence postale territoriale de l'Eure à la recherche d'un local provisoire.
La ville aurait fait deux propositions d'emplacement. Le premier est inadéquat, l'autre est étudié. « Nous essayons de trouver des solutions pour que cette fermeture perturbe le moins possible la population », affirme la poste.
Néanmoins, si aucune solution n'est trouvée, les clients devront se rendre dans un des bureaux des villes voisines, à Val-de-Reuil, Acquigny ou Incarville.

Les facteurs de gaillon en grève (P.N.)

Hier mardi, les facteurs de Gaillon se sont mis en grève pour protester contre le « sous effectif chronique » des préposés à la distribution du courrier.
« L'effectif théorique est de 23 facteurs, constate Didier Massé, le secrétaire départemental CGT-PTT de l'Eure. En réalité, selon les jours, en fonction des congés, il manque deux ou trois facteurs. Concrètement, deux ou trois quartiers ne sont pas servis chaque jour. » Selon le syndicat, « La Poste masque ses insuffisances aux yeux des usagers en faisant un roulement des tournées qui ne sont pas effectuées ».
Par ailleurs, l'intersyndicale CGT-FO-Sud évoque un « retard de paiement des heures supplémentaires en 2005 ». « Il devait être versé début 2006, affirme M. Massé. Il ne l'a toujours pas été en mai. » La pétition, présentée hier matin au public, devant le bureau de Gaillon et sur le marché, a été signée par plus de 700 personnes.

 

Bug informatique

Du côté de la direction du courrier à Rouen, on reconnaît un « problème informatique concernant le règlement des heures supplémentaires, prévu le 20 mai. Il figurera sur le salaire de juin ». Quant au sous-effectif, on explique que « chaque centre de courrier a un quota de CDD pour les remplacements de longue durée, et d'agents volants pour combler les absences ponctuelles. Depuis décembre, la direction a entrepris une étude complexe afin de réorganiser le secteur de Gaillon et d'optimiser les tournées. »
L'après-midi, syndicats et direction ont repris les négociations engagées la veille et sont parvenus à un accord. « La Poste nous a proposé une avance sur le règlement des heures supplémentaires et le solde sur le salaire de juin, annonce Didier Massé en fin de journée. Elle s'engage aussi à rajouter de la « force de travail variable » en fonction des besoins. Nous avons aussi obtenu une journée de repos compensateur pour la journée de grève. » Le courrier sera donc distribué normalement dès aujourd'hui.

 

Lire la suite

APPEL du Collectif de l’EURE de soutien à Wei-Ying et Ming, aux Mineurs et Jeunes majeurs Scolarisés sans papiers et du CEFED

28 Mai 2006 Publié dans #RESISTANCE

Collectif de l’EURE de soutien à Wei-Ying et Ming, aux Mineurs et Jeunes majeurs Scolarisés sans papiers (*)

et

Collectif Etrangers - Français pour l’Egalité des Droits (CEFED) 

Devant la mobilisation pour Maria et Carmen, Monsieur le Préfet de l’Eure déclare :

« NI REGULARISATION, NI EXPULSION »

Il place ainsi Maria dans une « nouvelle » catégorie de sans-papiers, sans droits, sans possibilité de travailler et d’élever sa fille dignement

NOUS REFUSONS CETTE SITUATION !

IL FAUT REGULARISER MARIA SIMAO !

Le Préfet s’est affirmé prêt à «procéder à un réexamen exceptionnel de son dossier, à titre humanitaire et bienveillant ». Maria déposera donc lundi à la Préfecture une demande de ré-examen de son dossier.

Rendez-vous lundi 29 mai 2006

A partir de 17h30

AVEC MARIA ET CARMEN

devant la préfecture d’Evreux.

Une conférence de presse sera donnée sur place

CONTINUONS à signer et faire signer la PETITION !

 

CONTACTS : Local des Associations - Immeuble Chèvrefeuille - Appartement 255 - 1 rue Rabelais - 27000 EVREUX

Emails : collectifwym@wanadoo.fr cefed27@]wanadoo.fr

Site : http://collectif.ying-ming.monsite.wanadoo.fr/

 (*) Membre du Réseau Education Sans Frontières (RESF)


 

 

 

COMMUNIQUE DU MOUVEMENT DE SOUTIEN DE CARMEN ET SA MERE

Le mardi 23 mai 2006,

Evreux, à 11 heures 30.

 

Nous, élèves du collège Henri Dunant avons décidé de nous mobiliser pour soutenir notre camarade et amie Carmen, ainsi que sa maman. Dans le cas d’un retour dans leur pays, elles se trouveraient en grand danger.

Nous faisons un « sit-in » devant le collège mais nous n’en bloquons pas l’entrée. Si nos camarades souhaitent aller en cours ils sont libres de le faire.

Les représentants des élèves du mouvement souhaitent rencontrer Monsieur le Préfet de l’Eure pour qu’il nous explique ses positions.

Nous souhaitons qu’il donne des papiers a Mme SIMAÕ et sa fille pour qu’elles puissent devenir des citoyennes libres comme nous.

 

Les représentants du mouvements de soutien

à notre camarade Carmen et sa mère.

Lire la suite

Manif interpro avec les travailleurs de la Sogerma, le samedi 3 juin 06

27 Mai 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #Luttes Ouvrières

3000 personnes à la manifestation régionale de Bordeaux en soutien aux travailleurs de la Sogerma

après plus de 15 jours de grève

- Un manifestant venu soutenir les salariés de la Sogerma, lors d'un défilé à Bordeaux, le 3 juin 2006. - France 2 -

Le groupe EADS avait annoncé le 12 mai la fermeture de l'usine de sa filiale Sogerma, à Mérignac.A la suite de cl'intervention de De Villepin, les dirigeants d'EADS avaient annoncé que le groupe européen allait "essayer" de maintenir 500 salariés de la Sogerma sur le site de Mérignac.

Ces engagements ne rassurent nullement les salariés. "Les propositions sont pour l'instant très floues côté EADS", a indiqué samedi à l'AFP Vincent Loizeau, délégué CFE-CGC de la Sogerma à Mérignac. "Ils disent qu'ils souhaitent maintenir" des emplois mais "on n'a aucun engagement de pérennité sur la durée. On sent très bien qu'ils cherchent surtout un repreneur pour se désengager de la maintenance."

Un manifestant venu soutenir les salariés de la Sogerma, lors d'un défilé à Bordeaux, le 3 juin 2006

"Le combat est rude mais on garde l'espoir", a lancé aux manifestants le délégué CGT Philippe Lozano.

Jeudi 1er juin, après une quinzaine de jours de grève, "la majorité des 1.100 salariés" du site de Mérignac ont repris le travail à l'appel de l'intersyndicale, avait indiqué un responsable syndical. "On en avait un peu marre de la non activité. Mais ce qui nous inquiète au plus haut point, c'est que nous n'avons pas de signes de reprise de la part de la direction. Il n'y a pas de travail  pour tout le monde", avait alors déclaré à l'AFP le délégué CFE-CGC Vincent Loizeau.

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>