Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

GSK-communication

15 Octobre 2004 , Rédigé par LCR Evreux Publié dans #Comité NPA d'EVREUX

GSK et la fête de la science 
 
   C’est bien connu l’industrie pharmaceutique travaille pour le bienfait de l’humanité…pour la science, pour le progrès, pour l’homme !
    Ainsi la direction de GSK se doit de participer à la fête de la science à Evreux comme partenaire industriel incontournable avec l’IUT dont elle contrôle largement la formation, les diplômes et les débouchés, la Maison de l’Enfant et des Découvertes et la Médiathèque.
     GSK sait communiquer son image de marque pour mieux vendre…
 
    Le partenariat entreprise-école , GSK connaît bien : grâce au concours « Challenge Ecole Santé Environnement GSK » , les écoles participantes seront récompensées par des bons d’achat de 200 à 300 euros pour équiper en livres les bibliothèques et en matériel multimédia les salles informatiques des établissements publics. Un vrai sponsoring privé !
 
  La prévention dans le domaine de la santé , la direction GSK connaît bien : les 5,3 millions de séropositifs de l’Afrique du Sud ont pu l’apprécier grâce aux retards apportés à la fabrication de médicaments génériques : en effet cela fait déjà 3 ans que GSK a accordé un brevet , sans qu’aucune gélule n’ait été produite !
                                                                                       15 décembre 2004
Lire la suite

Méfaits de la mondialisation capitaliste :

15 Octobre 2004 , Rédigé par LCR Evreux Publié dans #RESISTANCE

 
 
51 licenciements à APV-Evreux !
LE CHOMAGE CA SUFFIT !
 
    La direction d’APV ,filiale d’un groupe britannique, vient de décider le licenciement de 51 travailleurs sur 200 de l’usine d’Evreux, dans la zone industrielle de la Madeleine. Le comité d’entreprise en a été informé lundi 11 octobre et un plan social sera décidé en fin d’année.
 
   Après les 161 licenciements prévus toujours en fin d’année pour Klaxon, le patronat multiplie les étrennes pour les travailleurs : il est temps de se lever tous ensemble pour dire non aux licenciements, non aux délocalisations qui apportent toujours plus de chômage, d’exclusion et de misère pour la grande majorité et toujours plus de profits et de richesses pour une petite minorité d’exploiteurs.
 

   La croissance des profits, c’est la croissance du chômage

   La semaine dernière ont été publiés les derniers chiffres officiels du chômage : plus 2,2 % sur les douze derniers mois. A l’heure où  le gouvernement se flatte de vouloir rétablir la « cohésion sociale », même les statistiques officielles ne peuvent masquer la réalité et révéler les mensonges de Raffarin-Sarkozy. Non seulement la croissance ne profite pas à la majorité de la population et aux salariés, mais elle se fait contre eux.
  

Offensive contre le monde du travail

    Les gros actionnaires, eux, peuvent se frotter les mains. L’indice de la Bourse de Paris calculé sur les 40 plus grosses entreprises connaît une hausse de 68% ! Elles totalisent plus de 23 milliards d’euros de profit pour les six premiers mois de l’année.
Dans cette société, où l’économie est entièrement soumise à la soif de profits des financiers, la croissance, c’est d’abord la croissance des profits qui se fait contre les salariés : précarité, flexibilité, chômage, blocage des salaires, dégradations des services publics…
 
Le gouvernement n’est là que pour appliquer cette politique, la justifier, tenter d’en masquer les effets les plus dramatiques, l’imposer à l’immense majorité de la population qui en est victime…
 

   Interdiction des licenciements!

 
Il faut mettre fin à ces pratiques brutales et cyniques des plans sociaux, des licenciements qui n’ont d’autres justifications que d’augmenter la rentabilité du capital en augmentant l’exploitation. Il n’est pas acceptable que les entreprises qui font des profits, licencient.
De façon plus générale, il n’est pas acceptable que l’économie soit une machine à broyer ceux qui la font tourner. Il n’est pas acceptable que la société rejette ceux que le patronat ne juge pas utile à la croissance de ses profits.
Oui, il faut remettre les choses à l’endroit, l’économie doit servir les hommes, satisfaire leurs besoins, au lieu d’être soumise à la cupidité d’une classe minoritaire et parasite.

Pour une autre répartition des richesses

Remettre les choses à l’endroit, c’est imposer une autre répartition des richesses, par l’interdiction des licenciements et la répartition du travail entre tous, par l’augmentation des salaires et, aussi, par la défense des Services publics.
 
C’est toute la politique de l’Etat qui est au service des classes privilégiées. La pénurie pour les Services publics est la conséquence des milliards gaspillés en subventions au patronat. L’Education nationale, la santé, les transports en sont victimes. La Poste, où le gouvernement envisage la fermeture de milliers de bureaux jugés non rentables, l’est tout autant.
 
A cette politique rétrograde qui sacrifie la collectivité aux intérêts privés des riches, nous opposons la défense des intérêts collectifs, par et pour la population elle-même.
 
INTERDICTION DES LICENCIEMENTS !
 
                                                                                                                                                                                                                   
                                                                                                        15 décembre 2004          
Lire la suite