Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

À PROPOS DE LA CANDIDATURE DE LA NUPES DANS LA 4eme CIRCONSCRIPTION:

23 Mai 2022 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Présidentielles2022

À PROPOS DE LA CANDIDATURE DE LA NUPES DANS LA 4eme CIRCONSCRIPTION:

Alors que Philippe Brun, investi par la NUPES dans la 4eme circonscription de l'Eure, vient de lancer sa campagne, nous publions ici la déclaration que les représentants du NPA aux discussions unitaires ont faite le 12 mai pour expliquer en quoi la démarche de dépassement de la LFI était politiquement juste et pourquoi nous ne nous reconnaissons pourtant pas dans cette candidature  :

Le NPA s'est engagé, dès l'invitation de LFI, dans les discussions pour trouver un accord autour du programme de l'Union populaire. Nous avons ainsi reconnu le travail efficace fait par les militants et militantes de LFI dans la campagne présidentielle qui a permis non seulement à Jean Luc Mélenchon d'obtenir 22% des suffrages, mais aussi de mobiliser les jeunes, les classes populaires et dans les quartiers, là où depuis longtemps l'abstention domine.

Le bon score de JLM est un levier pour reconstruire, à gauche, une vraie opposition à Macron et à l'extrême droite, mais aussi pour mettre sur pied un projet émancipateur, social et écologique qui réponde aux enjeux et aspirations qui s'expriment dans le pays, dans les élections et dans les luttes.

Le NPA a accepté les règles fixées par LFI et 4 camarades ont discuté au cours de 5 réunions. LFI a proposé dès le départ une base de programme qui nous convenait (retraite à 60 ans, abrogation loi El Khomri...) et 13 circonscriptions dont 2 éventuellement « gagnables ». Avoir 2 députés sur 577 nous convenait.

Une majorité de camarades du NPA s'est investie, localement, comme nous ici, dans des réunions unitaires pour échanger sur la situation, pour chercher à construire des candidatures possiblement victorieuses, sur la base du programme de LFI. Nous avons même accepté que le national dicte ses conditions de répartitions, si c'était le prix à payer pour avoir une union pour gagner.

Au fur et à mesure du temps, les discussions ont changé. L'arrivée du PS dans le cercle des négociations a modifié le fonds de la discussion. Sans retour critique sur le quinquennat Hollande et la politique menée, un minimum auquel on se serait attendu pour donner des garanties sur la sincérité des intentions et chasser tout soupçon de manœuvres électoralistes pour sauver un groupe un l'assemblée, le PS a poussé LFI « sur la droite » et fait modifier certains points de l'accord qu'il a signé. Exemples sur les retraites, sur la désobéissance aux traités européens, sur le SMIC... Nous regrettons que l'accord signé entre EELV, le PCF et LFI ait été modifié. Nous regrettons que LFI ait changé ses propositions concernant le NPA. De 13 circonscriptions dont 1 gagnable en Gironde nous sommes arrivé.es à 5 circonscriptions dont aucune gagnable. La proportionnelle pour la répartition des circonscriptions qui devait s'appliquer fut abandonnée à notre détriment, en revanche à l'avantage du PS . C'est un signal qui nous a été lancé et nous l'avons pris comme tel.

C'est avec un grand regret que le NPA a décidé de quitter l'accord national, vu son évolution. Néanmoins, nous nous sommes engagé.es à appeler à voter et soutenir, y compris de façon militante, les candidat.es de gauche de rupture de la NUPES, face auxquels nous ne présenterons pas de candidat.es. Philippe Brun n'est pas ce candidat. Un jour il s'affiche « sans étiquette », le lendemain il se dit « de gauche » sachant bien que ça ne garantit rien (voir le PS au gouvernement), il n'incarne pas la candidature de rupture avec le social-libéralisme que nous combattons. Il dit ne pas être au PS, mais est assis au premier rang avec l'équipe de campagne d'Anne Hidalgo lors de son allocution le soir du premier tour et s'affiche, dès l'investiture obtenue, avec un Marc-Antoine Jamet qui n'en finit plus de dire pis que pendre sur un accord pourtant favorable au PS. Nous nous interrogeons sur les démarches entreprises avec l'aide de la direction du PS auprès de LFI pour réussir à être désigné candidat d'un territoire où il était inconnu il y a 3 ans.

Ici dans l'Eure, au-delà des législatives, nous nous engageons à participer à toute démarche et action de construction d'une vraie opposition sur le terrain, à prendre notre part dans les discussions pour bâtir un barrage contre les politiques de droite. La politique a besoin de renouveau. Les enjeux de notre époque ne nous autorisent pas à prendre de demi-mesures, mais au contraire à exiger un vrai changement de nos modes de production et de consommation. Cela passe, selon nous, par un changement de système économique, social et politique. Les aspirations sur le terrain sont fortes, nous sommes ouvert.es pour travailler à réunir celles et ceux qui s'engageront dans cette bataille.

Le NPA Seine Eure

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article