Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

A LOUVIERS COMME AILLEURS, NON A LA REPRESSION POLICIERE!

21 Décembre 2018 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #gilets jaunes, #REPRESSION

Un éclaircissement à l'article du journaliste de la Dépêche paru aujourd'hui sur actu.fr s'impose. Ce matin, une quarantaine de GJ ont occupé un rond point important à Val de Reuil entraînant un gros bazar : les voitures pouvaient passer, les camions étaient bloqués. 3 policiers de Val de Reuil étaient présents et ont permis que la manifestation de passe correctement.

Puis, la décision a été prise d'occuper un rond point situé à une dizaine de km, au coeur d'une zone de logistique de Heudebouville à l'entrée de l'A13. Des gendarmes se trouvaient déjà sur place, bientôt rejoints par des renforts de CRS. D'emblée, l' interdiction d'être sur la route et de bloquer a été prononcée. Ne cherchant pas à aller à l'affrontement, les manifestants ont commencé à faire le tour du rond point, sur le côté, et à traverser sur les passages piétons. Très vite, le prétexte fut trouvé par les CRS pour attaquer (une vanne lancée par un jeune). Les CRS se sont rués sur les gilets jaunes, attrapant l'un d'eux qui téléphonait brutalement. Un camarade a entendu le commandant dire " faut en choper deux". Un attroupement s'est crée pour libérer le jeune des pattes des CRS, que les GJ essayaient de le sortir de là en tentant de parlementer avec eux. A partir de là a  redoublé de violence. Des coups, des bousculades, des cris, des injures de la part de CRS qui ne cherchaient qu'à provoquer. Du coup 4 interpellations, et la caméra de 2 jeunes vidéastes venus de Paris mercredi qui filment le mouvement a été confisquée. Une vidéo filmée avec un téléphone portable en atteste.

C'est ainsi que le groupe de manifestants s'est retrouvs devant la gendarmerie, pour ne pas abandonner les GJ interpellés. Une procédure judiciaire a immédiatement été lancée, un avocat commis d'office était censé arriver en début d'après midi pour les assister. Le jeune vidéaste a pu récupérer sa caméra mais ... sous la pression, les intimidations, les insultes des gendarmes. Il a eu peur et a accepté d'effacer ses films de l'intervention des CRS. Il est clair qu'il n'aurait pas dû, mais pas facile quand on est seul, au milieu de "dépositaires de l'autorité publique" en mission "casse de Gilets Jaunes".

Cet épisode démontre la volonté du gouvernement et de Castaner de liquider le mouvement, quitte à franchir la ligne rouge. Mais celles et ceux qui se bagarrent depuis plus d'un mois s'en resteront pas là et la quelque forme de violence policière ne fera que renforcer leur détermination à ne rien lâcher.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article