Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

PAROLES D'ELU--ES QUI SIGNENT POUR POUTOU Dans Paris Normandie du 9 mars:

10 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27

"pour certains maires, le parrainage devient un engagement démocratique. On signe non pas pour soutenir le candidat et son programme mais pour lui permettre de s’exprimer devant les Français. Michel Jouyet, maire Les Républicains d’Écos (Eure), a ainsi paraphé en 2012 le document d’un candidat aux antipodes de sa famille politique : Philippe Poutou (NPA). « Cette année, à part les hurluberlus, je ne suis pas assailli, confie l’élu LR. Mais je défends les causes perdues. Pour moi, la présidentielle, c’est la fête républicaine ! »

« Nous, les petites communes, nous n’existons qu’une fois tous les cinq ans », grince Christian De Langhe, premier édile de Saint-Martin-la-Campagne (Eure), 109 habitants. L’élu divers droite a « reçu des demandes ». Il va réfléchir encore, sait qu’il ne signera pas pour des candidats qui ne lui semblent pas un minimum sérieux politiquement. Et ne s’interdit rien. En 2012, il faisait partie des parrains de Marine Le Pen. « Au titre de la démocratie. S’il lui manque des parrainages, il me semble normal qu’elle puisse se présenter », indique-t-il. Dans le même esprit, il pourrait apposer sa griffe sur le document de Jean-Luc Mélenchon.

Jacqueline Pons, maire PS de Manoir (Eure), a reçu la demande du candidat de sa famille politique, celle de Nicolas Dupont-Aignan, ainsi « qu’une farfelue ». « Je n’ai pas encore eu la demande d’Emmanuel Macron ni celle de Jean-Luc Mélenchon, réfléchit-elle. Quant à la demande de Marine Le Pen, je ne la reçois jamais. De toute façon, je suis catégorique sur cette question et ils ont dû mettre une grande croix rouge devant mon nom ! » Sa signature n’ira pas à Benoît Hamon. « Le candidat PS ne me convient pas », regrette-t-elle.

D’ailleurs, depuis 2007, elle ne signe pas pour son camp : « Si Ségolène Royal en avait eu besoin, je lui aurais donné. En 2012, mon soutien à François Hollande était acquis, j’ai fait la campagne. Mais, démocratiquement, d’autres candidats ont aussi le droit de s’exprimer. » C’est ainsi qu’elle a fait partie des 570 signatures pour Philippe Poutou en 2012 et qu’elle pourrait bien signer pour lui cette année. Son nom est d’ailleurs apparu quelques jours après l’entretien sur le site du Conseil constitutionnel.

À l’instar de son homologue Guillemette Nos, maire sans étiquette (plutôt à gauche) du Mesnil-Jourdain : « Il a des choses à dire. Et les grands candidats ne s’intéressent pas aux petites communes. Les petits, eux, comme l’équipe de Poutou, prennent du temps. » Par contre, elle l’affirme, elle ne votera pas pour lui à la présidentielle.

Car c’est toute la subtilité du parrainage. Il n’est pas un blanc-seing au candidat. D’où certains grands écarts apparents. Et une certaine confusion chez les électeurs. Et si, jusqu’alors, seuls cinq cents parrains étaient rendus publics, désormais tous les signataires seront connus. Ce qui pourrait, selon certains élus, brouiller les cartes et pénaliser des candidats.

« La démocratie fait 180°»

Après avoir signé pour Jean-Marie Le Pen en 2002, Michel Jouyet a reçu une volée de bois vert. « Certains n’ont pas compris que Le Pen ou Krivine [qui soutenait alors le candidat de la Ligue communiste révolutionnaire, N.D.L.R.] pour moi c’était pareil. Seuls les imbéciles peuvent penser que parrainer c’est soutenir. Et, jusqu’à preuve du contraire, la démocratie fait 180°» Mais, il l’admet aussi, « pour parrainer, il faut en avoir un peu dans le gilet... (...)"

PAROLES D'ELU--ES QUI SIGNENT POUR POUTOU  Dans Paris Normandie du 9 mars:

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article