Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

HOLLANDE EN FIN DE CONTRAT À CLÉON… ET LE PRIX DU MÉPRIS POUR LES INTÉRIMAIRES

8 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #DES CHIFFRES

Dans quelques jours, la direction versera la prime d’intéressement aux résultats financiers de l’entreprise: au minimum, plus de 3 000 €. Mais pas à tous les travailleurs. Considérés comme des salariés de seconde zone, les intérimaires et les prestataires ne toucheront pas un kopek.

Alors que chez Renault, ils représentent aujourd’hui plus de 60% des agents de production et plus d’un salarié sur trois à Cléon, les intérimaires condamnés à la précarité contribuent pourtant de plus en plus à la valeur créée, et donc au profit.

Mais cette intolérable politique de division ne choque pas le moins du monde les syndicats signataires de l’accord d’intéressement qui continuent à se vanter de leur signature, comme si intérimaires et prestataires étaient invisibles.

De quoi se révolter en cessant le travail pour prouver à Renault et à ses complices que sans les intérimaires, il n’y a plus de moteurs, ni de boîtes.

Mais à la différence des centaines d’intérimaires que l’usine jette comme des kleenex à la fin de leur contrat, il n’ira pas pointer au chômage au lendemain de l’élection présidentielle. Pas étonnant qu’à l’occasion de sa visite à Cléon, il n’ait pas eu un mot pour dénoncer comme intolérable le recours abusif à la précarité chez Renault. Il n’y a vraiment que lui pour croire que Renault a créé des emplois, alors qu’à Cléon, il en a détruit 440 de 2013 à 2016.

Tout au long de son discours – devant un auditoire que la direction avait gentiment sélectionné pour lui – il a honteusement brossé la direction dans le sens du poil, se gargarisant du fait que les accords signés par des syndicats complices de sa politique aient permis, grâce à l’augmentation de la flexibilité, d’augmenter la productivité et les profits. Pour ce Président à la botte du patronat et de la finance, tant pis si les travailleurs ont payé ce résultat par la destruction de 7 000 emplois en 3 ans, une explosion sans précédent de la précarité, des conditions de travail de plus en plus insupportables et le blocage des salaires.

HOLLANDE EN FIN DE CONTRAT À CLÉON… ET LE PRIX DU MÉPRIS POUR LES INTÉRIMAIRES

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article