Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Grève à la centrale de Paluel !

16 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE, #RESISTANCE

 

La grève a commencé lundi 13 mars. Hier mercredi, les grévistes ont reconduit le mouvement à jeudi 16 mars. Ils réclament « l’ouverture d’une négociation sur le salaire national de base, l’arrêt des fermetures de sites et l’arrêt des suppressions massives d’emplois ».

Les syndicats CGT et FO ont appelé les salariés à se mobiliser. Cette grève a une incidence sur la production du réacteur 4 qui depuis 2 jours est passée de 1300 MW à 382 MW.

Plus d’infos sur les sites :

http://www.ouest-france.fr/normandie/centrale-de-paluel-la-greve-se-poursuit-4861052

 

http://www.normandie-actu.fr/greve-centrale-nucleaire-seine-maritime-paluel-salaries-mobilises_259718/

 

Le NPA défend un programme de sortie du nucléaire en moins de 10 ans basé sur les économies d’énergie, une meilleure efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. Le nucléaire est un mode de production d’électricité qui condamne l’humanité à vivre dans la crainte permanente d’un accident mortel (Tchernobyl, Fukushima), à ingérer des pollutions radioactives et chimiques dangereuses. Tout cela sans jamais résoudre l’empoisonnante question des déchets nucléaires produits qui aujourd’hui débordent des centrales. Qu’en faire ? Les enfouir comme à Bure, petit village de la Meuse, au risque de léguer pour des milliers d’années un cadeau empoisonné aux générations futures ?

Programmer l’arrêt du nucléaire ne signifie pas mettre au chômage les travailleurs de la filière. Au contraire.

La mise à l’arrêt des réacteurs nécessitera, pour la sécurité de tous et toutes, de maintenir du personnel qualifié et en nombre dans les centrales. Et de continuer à en former. Si, aujourd’hui EDF fait des économies sur la sécurité à l’intérieur des centrales, au nom de la rentabilité, c’est aussi au détriment du personnel qui n’a rien à attendre de cette industrie mortifère.

L’enjeu économique, politique, social et écologique aujourd’hui est de se débarrasser de ce mode de production du courant coûteux, dangereux et peu efficace (l’efficacité d’une centrale est de 30%). Il existe d’autres moyens pour produire de l’électricité, en particulier avec les énergies renouvelables. La France a un fort potentiel à développer pour y parvenir. Cela ne se fera pas sans les électricien-ne-s, sans leur savoir faire et leur technicité. Ils ont un défi enthousiasmant à relever : produire et apporter le courant là où c’est nécessaire de façon supportable pour l’environnement, sans menace mortelle pour nous tous et toutes.

Arrêtons les frais avant qu’il ne soit trop tard !

photo prise par une personne présente lors du barrage filtrant.

photo prise par une personne présente lors du barrage filtrant.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article