Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

SCA TISSUE (Hondouville) : TOUT CE QU’ON PEUT TROUVER DANS" UN TAS DE BOUES "!

21 Novembre 2016 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE, #EMPLOIS - LICENCIEMENTS, #AGRICULTURE

 

 SCA Tissue est un groupe forestier suédois. Pour son unité d’Hondouville, reprise  depuis quelques années au groupe étatsunien Georgia Pacific, il a fait une demande d’extension du périmètre d’épandage de Calciton issu du recyclage  et de boues papetières. Pour cela, une enquête publique est nécessaire, sous l’autorité de la préfecture : questionnement du projet de l’industriel, vérification de ses affirmations, évaluation des risques. Le tout en associant la population, en particulier celle des 403 communes de l’Eure, et des 128 communes d’Eure-et-Loir, directement concernées (comme si la pollution s'arrêtait aux frontières). 

Ca, c’est la théorie. Ca n’existe que dans la vie démocratique fantasmée à laquelle les dirigeants et les autorités veulent nous faire croire.

UNE CARICATURE DE DEMOCRATIE

 L’enquête publique a duré 1 mois. Comment lire les 2014 pages du dossier, les comprendre, croiser les informations, vérifier les dires de SCA Tissue, organiser des réunions publiques, questionner les élus et les experts ? D’autant plus difficile que SCA Tissue a refusé tout débat contradictoire.

Les conseils municipaux des communes concernées doivent donner leur avis. Comment approuver ou refuser un projet sans tous les éléments ? Pas de panique, tout est prévu ! Les conseils municipaux qui ne se seront pas prononcés, soit par méconnaissance du dossier, soit par manque de temps pour s’y coller, soit pour ne pas se « mouiller », verront leur avis comptabilisé en POUR ! La belle démocratie que voilà !

Pour les habitants, c’est pire. Qui est au courant ? Comme toujours, il faut être vigilant et tenace pour aller chercher l’information qui devrait être affichée légalement en mairie. Sans la détermination de l’association ADVG (association de défense de la vallée du Gambon) relayée par la presse locale, l’enquête publique s’achevait le 16 novembre, tranquillement, sans objection, sans contradiction. Dormez tranquilles braves gens !

 DANS CES BOUES, UN COCKTAIL INQUIETANT

SCA Tissue projette d’épandre 80 000 tonnes par an de Calciton  (sous-produit issu de la fabrication des papiers absorbants par recyclage de vieux papiers) et 13 000 tonnes de boues papetières dans plus de 400 communes du département. Cela se fait déjà depuis 20 ans, à plus petite échelle, et il n’y avait pas eu de réaction jusqu’alors. Mais il est maintenant  avéré que les boues contiennent des polluants toxiques, des métaux lourds. Une nouvelle pollution des terres agricoles dont l’utilité première est de nourrir la population et non de la contaminer.

Alors que, dans l’Eure, 61 puits de forage en eau potable sur 210 ont été fermés en moins de 10 ans. Il est donc impératif de cesser d’épandre des matières qui contiennent du cadmium, de l’aluminium, de l’arsenic….qui s’infiltrent en profondeur et contaminent durablement les sols, l’eau, détruisent la biodiversité.  Dans le dossier établi par SCA, il n’est curieusement pas fait mention de l’aluminium, pourtant bien présent dans le kaolin contenu dans le calciton. Pareil pour l’arsenic. L’OMS demande d’en revoir les normes admissibles dans l’eau potable, en les réduisant de 0,05 mg/l actuellement à 0,01 mg/l. Pourquoi SCA n’en parle pas ? Pourquoi les mesures de présence d’arsenic ne sont pas prévues, une fois les déchets épandus ? Que contient vraiment le Calciton, marque déposée par SCA Tissue alors qu'il n'a pas le droit d'être vendu, car il ne peut être considéré légalement que comme un déchet !

QUE FAIRE DES BOUES ?

L’industriel ne manque pas de souligner qu’il faut bien traiter les déchets, sous-entendant bien sûr un chantage à l’emploi. Dans le dossier on apprend au passage que SCA Tissue recycle aussi des boues dans la fabrication de briques  et pour  les chaudières à biomasse. Or, une chaudière de ce type va être construite chez Double A, une grosse papeterie basée à Alizay, à 20 km de là. Un débouché évident ! Pourtant, il a fallu qu’un salarié de cette dernière usine insiste lourdement sur ce point lors de la dernière réunion de l’enquête publique, en présence de la presse, pour que cette solution soit enfin considérée…

D’autre part, pourquoi une entreprise qui est en plein plan de licenciements (130 à Saint Etienne du Rouvray, 70 sur 600 à Hondouville) et arrête deux machines à papier, donc réduit la production, aurait-elle davantage de boues et de Calciton à épandre ? Ne s’agit-il pas en vérité de se débarrasser à bon compte, gratos, de ses déchets ? Le recyclage tant vanté coûte de l’argent, ce n’est qu’une petite activité juste bonne à donner une image un peu écolo à l’entreprise. Le gros des déchets étant refourgué aux agriculteurs, en leur faisant croire que ça va améliorer les performances de leurs terres.

 Le NPA est aux côté de celles et ceux qui refusent les diktats -maquillés en consultation publique- des industriels qui décident, imposent et font passer leurs intérêts avant ceux de la population.

Il n’y a pas à opposer « emploi » et « environnement », en tombant dans le piège du chantage à l’emploi de la part d’un groupe qui licencie. Produisons le papier d’hygiène et d’essuyage correspondant aux besoins de la population. Mais en respectant l’environnement, en assurant le maintien et de le développement de l’emploi, en faisant appel au savoir-faire et l’imagination des travailleurs. C’est non seulement possible économiquement, mais  nécessaire écologiquement. Avec ou sans SCA. Parce que nos vies valent plus que leurs profits

 

SCA TISSUE (Hondouville) : TOUT CE QU’ON PEUT TROUVER DANS" UN TAS DE BOUES "!

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article