Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

SANOFI : la Dépakine, l’autisme et le directeur du site de Val-de-Reuil

27 Août 2016 , Rédigé par NPA 27

SANOFI : la Dépakine, l’autisme et le directeur du site de Val-de-Reuil

La Dépakine fut longtemps un des médicaments phares de Sanofi utilisé contre l’épilepsie et les troubles bipolaires. Il est commercialisé depuis 1967. Dès les années 80, les risques de retard de développement et de trouble autistiques étaient connus, et en 2007 une étude de l’Agence du médicament affirmait que 30 à 40% des enfants exposés in utero seraient l’objet de troubles du développement, et de malformations pour 11% d’entre eux. Pourtant, rien qu’entre 2007 et 2014, près de 15 000 femmes enceintes ont été exposées à ce médicament. Jusqu’en 2015, Sanofi a poursuivi la commercialisation comme si de rien n’était, les autorités sanitaires et l’Etat ont laissé faire. Une preuve de plus que c’est l’industrie pharmaceutique qui dicte ses règles aux dépens de la santé publique et de la Sécu. L’Inspection Générale de la Santé (IGAS), l’agence de sécurité du médicament (ANSM) sont des couteaux sans lames.

Maintenant que le scandale a éclaté, en particulier grâce aux familles qui ont engagé une action en justice, la ministre de la santé réagit. Et c’est pour annoncer, tenez vous bien, la mise en place d’un fonds d'indemnisation des familles. La moindre des choses, et pas de quoi entamer les 7,4 milliards de bénéfices engrangés l'an dernier par l’une des vedettes du CAC40. Malgré tout, Sanofi n’est pas très à l’aise face à des plaintes pour "non signalement d'effets indésirables". Pas bon pour l’image !

Et c’est dans ce contexte que sur le site Sanofi-Pasteur de Val-de-Reuil, pendant le mouvement contre la loi « Travaille !», le syndicat CGT sort un tract d’appel à la grève intitulé : « « L’avenir est dans la lutte ! L’autisme gouvernemental ne laisse pas d’autres choix ! ». Le directeur s’est senti obligé d’y réagir par une note d’information bien sentie dans laquelle on lit : « La diffusion de ce tract a généré beaucoup de réactions chez les salariés parents d’enfants autistes qui se battent au quotidien pour avoir des structures d’accueil mais surtout contre les clichés qui entourent l’autisme. Pour rappel : En France, 1 naissance sur 100 est touchée par les TSA (Troubles du Spectre Autistique). La Direction ne peut faire interdire une publication syndicale et s’est toujours abstenue de les commenter. Néanmoins, bien que nous puissions comprendre qu’un tract puisse être chargé d’émotions par les personnes qui les rédigent, nous recommandons à celles-ci de prendre les précautions nécessaires pour éviter les formules pour le moins inadaptées et pouvant heurter nos salariés. » Il fallait oser, non ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article