Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

"La Chanson de Craonne" interdite aux commémorations de la bataille de la Somme

4 Juillet 2016 , Rédigé par NPA 27

"La Chanson de Craonne" interdite aux commémorations de la bataille de la Somme

Un siècle après, les mutins de Craonne font toujours peur aux puissants.

Vendredi dernier, le secrétaire d’État chargé des Anciens combattants Jean-Marc Todeschini a en effet refusé que soit entonnée la Chanson de Craonne lors des commémorations du centenaire de l’offensive du Chemin des Dames, théâtre de l’une des plus sanglantes batailles de la guerre.

Entonnée il y a cent ans par les mutins refusant de mourir pour obéir à des ordres absurdes alors que le front s’était transformé en quelques heures en un immense charnier, ce chant antimilitariste dérange toujours.

Mais au fond, quel meilleur hommage aux mutinés de Craonne que de se voir interdit par les « embusqués » d’aujourd’hui ?

En tout cas, elle sera une fois de plus entonnée, comme depuis 18 ans déjà, lors du « 11 novembre alternatif » à Louviers. Nous y rendrons hommage au député socialiste opposant à la guerre et internationaliste Pierre Brizon, en rebaptisant la rue du boucher Foch. Notons que la municipalité de gauche molle PS-PRF refusait tout autant cet hommage que la nouvelle UDI-LR.

PAROLES

Quand au bout d'huit jours, le r'pos terminé,

On va r'prendre les tranchées,

Notre place est si utile

Que sans nous on prend la pile.

Mais c'est bien fini, on en a assez,

Personn' ne veut plus marcher,

Et le coeur bien gros, comm' dans un sanglot

On dit adieu aux civ'lots.

Même sans tambour, même sans trompette,

On s'en va là haut en baissant la tête.

Refrain

Adieu la vie, adieu l'amour,

Adieu toutes les femmes.

C'est bien fini, c'est pour toujours,

De cette guerre infâme.

C'est à Craonne, sur le plateau,

Qu'on doit laisser sa peau

Car nous sommes tous condamnés

C'est nous les sacrifiés !

Huit jours de tranchées, huit jours de souffrance,

Pourtant on a l'espérance

Que ce soir viendra la r'lève

Que nous attendons sans trêve.

Soudain, dans la nuit et dans le silence,

On voit quelqu'un qui s'avance,

C'est un officier de chasseurs à pied,

Qui vient pour nous remplacer.

Doucement dans l'ombre, sous la pluie qui tombe

Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes.

Refrain

C'est malheureux d'voir sur les grands boul'vards

Tous ces gros qui font leur foire ;

Si pour eux la vie est rose,

Pour nous c'est pas la mêm' chose.

Au lieu de s'cacher, tous ces embusqués,

F'raient mieux d'monter aux tranchées

Pour défendr' leurs biens, car nous n'avons rien,

Nous autr's, les pauvr's purotins.

Tous les camarades sont enterrés là,

Pour défendr' les biens de ces messieurs-là.

Refrain

Ceux qu'ont l'pognon, ceux-là r'viendront,

Car c'est pour eux qu'on crève.

Mais c'est fini, car les trouffions

Vont tous se mettre en grève.

Ce s'ra votre tour, messieurs les gros,

De monter sur l'plateau,

Car si vous voulez la guerre,

Payez-la de votre peau !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article