Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

ENQUETE PUBLIQUE SUR LE CONTOURNEMENT EST DE ROUEN: CAUSE TOUJOURS !

28 Mai 2016 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE, #RESISTANCE

ENQUETE PUBLIQUE SUR LE CONTOURNEMENT EST DE ROUEN: CAUSE TOUJOURS !

ENQUETE PUBLIQUE SUR LE CONTOURNEMENT EST DE ROUEN: CAUSE TOUJOURS !

Jeudi soir à Louviers, 150 personnes ont participé à l'une des quelques réunions organisées par l'Etat pour
nous réexpliquer ce qu'apparemment nous n'avons pas bien compris. A part l'envoyé  de la Chambre de commerce, il ne s'est pas trouvé grand monde pour soutenir le point de vue des technocrates bien formatés à concevoir des grands projets inutiles, tels que ce tronçon du couloir à camions qui descend de Calais à Bayonne.
En plus de l'association "Non à l'autoroute", on notait une présence bien visible d''EELV qui a produit le document visuel remarquable ici reproduit. Le village d'Alizay était là en  force aussi autour de son nouveau maire Arnaud Levitre, mais pour contester non le projet en lui-même, mais son impact sur la commune et demander le retour à un projet antérieur au nom du mythique "désenclavement de la vallée de l'Andelle". Yves Lanic, maire d'Amfreville sous les monts et porte-parole des élu-ez-s Front de gauche à la Communauté d'agglomération a dénoncé le double langage du président de droite qui l'an dernier a accepté un voeu voté à l'unanimité en faveur d'une "deux fois  une voie sans péage avec un nouveau franchissement de la Seine"et s'assoit dessus.  Nous avions pourtant expliqué à celles et ceux qui criaient victoire à l'époque qu'ils s'étaient fait manoeuvrer en acceptant de "la nécessité d'une liaison A28-A13",  et que le reste n'était que phrases...

A l'exception du maire de Pont de l'Arche qui a exprimé son désarroi et la défiance que lui inspirent désormais les assurances à chaque fois démenties des technocrates, un grand absent: le PS, en particulier le maître de Val-de-Reuil, pourtant très impactée, le désormais célèbre Marc-Antoine Jamet, acteur involontaire du film "Merci patron !". Serait-il possible qu'il y ait des limites à ses capacités de pratiquer le double langage seloçn qu'il siège à la région ou au conseil municipal ?

Cinq militant-e-s du NPA ont pu s'exprimer (sur une quarantaine de prises de parole), développant sous divers aspects le point de vue développé ci-dessous. Les échéances approchent: malgré les réticences de nombre d'opposant-e-s à ce Grand Projet Inutile, il ne restera bientôt plus que l'action de masse pour faire entendre la volonté majoritaire de la population. Comme contre la loi anti-travail. Bizarre, non ?

 

Avis déposé par le NPA Seine-Eure sur la liaison A28-A13

 

 

Ce projet ne correspond pas à l’urgence et l’utilité du moment.

 

  1. Quelle est l’urgence actuelle ?

 

Le réchauffement climatique qu’il n’est plus possible d’ignorer menace la vie sur Terre de millions de gens et l’environnement. Les rapports du Giec (Groupe international d’experts du climat) sont de plus en plus alarmistes : il est urgent et primordial de maintenir la hausse de la température sous les 2°C, voire les 1,5°C d’ici la fin du siècle, par rapport à la période de référence, le 18° siècle, début de l’ère industrielle moderne. Le transport aérien, routier, autoroutier, maritime compte pour 27% des émissions de GES (gaz à effet de serre), il est  donc important d’avoir une réflexion sur la réorganisation des transports des marchandises et des personnes qui débouche sur des actes concrets. On ne peut plus faire comme avant !

  Comme les experts du climat préconisent de laisser sous terre 80% des réserves d’énergies fossiles, il est évident qu’il faut en tirer les conséquences qui s’imposent et modifier les pratiques existantes. Donc poursuivre la même politique d’aménagement du territoire et de transport en construisant toujours et encore plus de routes et d’autoroutes n’est plus possible.

Dans ces conditions, la liaison A28-A13 est une aberration !

Elle correspond à des schémas de développement dépassés. De nombreuses études (celle de la cour des comptes en autres) ont montré que les autoroutes et leurs échangeurs n’incitaient pas obligatoirement les entreprises et les emplois à affluer. Des entreprises de logistique s’implantent aux abords des échangeurs, mais sans créer d’emplois.

Cette nouvelle autoroute est le morceau dont le grand patronat a besoin pour relier le nord et le sud de l’Europe. Aucune réflexion prospective, aucune vision à long terme intégrant les conditions climatiques et sociales actuelles. Car en plus d’être aberrante pour l’environnement, et créatrice d’encore plus de GES, la nouvelle autoroute qui sera payante ne sera d’aucune utilité pour le plus grand nombre d’entre nous.

 

  1. Quelle est l’utilité sociale du moment ?

 

D’après les chiffres inscrits dans le scot (schéma de cohérence territoriale) de Seine Maritime, 12 500 personnes viennent de l’agglomération de Rouen vers l’agglomération Seine Eure et 12 500 autres personnes font le même trajet dans l’autre sens, pour aller travailler, étudier, se soigner…

En quoi, une autoroute nord-sud leur rendra service, puisque l’essentiel des déplacements de notre territoire se font dans le sens est-ouest ? De plus, on connaît déjà par cœur les stratégies d’évitement des péages des automobilistes et routiers et leurs conséquences. En particulier, la situation très problématique de la sortie 20 de l’A 13 qui voit chaque jour des milliers de véhicules s’engouffrer sur les routes départementales en direction de Criquebeuf et Pont de l’Arche pour éviter le péage d’Incarville.

 

Il nous paraît préférable d’aménager l’existant pour éviter de dilapider l’argent public dans la construction d’une autoroute inutile à la population, destructrice de terres et de paysages, génératrice de pollutions.
L’existant c’est l’axe qui structure notre territoire : l’A13. Elle pourrait remplir mieux sa fonction, en particulier pour les 25 000  personnes qui l’empruntent quotidiennement, si elle était aménagée en rocade urbaine, avec une limitation de la vitesse. Mais pour cela, il faut supprimer le péage d’Incarville qui représente un véritable verrou, faisant sortir ou entrer à Criquebeuf, des milliers de véhicules qui devraient pouvoir rester sur l’autoroute.

 

  1. Inutilité même pour Rouen

 

La nouvelle autoroute ne servira pas à diminuer la circulation des voitures et des camions dans Rouen. L’essentiel du trafic se passe dans un axe est-ouest, dans le sens Paris-Le Havre, sans franchissement de la Seine, autour du port de Rouen. En quoi, la nouvelle autoroute qui partira de la région de Quinquampoix servira-t-elle à diminuer le trafic et les embouteillages sur la rive gauche de Rouen ?

Après l’accident survenu sur le pont Mathilde, la voie a été fermée. Il a été remarqué que les gens avaient davantage pris les transports en commun, résorbant ainsi les embouteillages quotidiens. La solution à une meilleure circulation, moins polluante, moins génératrice de GES, moins dévoratrice de terres agricoles et de paysages, moins destructrice de biodiversité (déjà si menacée) réside dans la création d’un grand réseau de transports en commun publics gratuits. Les millions d’euros dépensés pour la voiture individuelle doivent être réorientés vers des déplacements plus écologiques.

Ce serait une vraie mesure sociale, pas seulement en faveur des plus pauvres d’entre nous qui n’ont pas les moyens de se payer une voiture, mais aussi pour les jeunes, les chômeurs, les petits revenus. Cela inciterait les autres à pratiquer des déplacements plus vertueux.

 

 En conclusion, nous sommes contre la construction de la nouvelle autoroute. Si la population était consultée, était intégrée aux décisions qui la concerne, on n’aurait sans doute pas à supporter des grands projets aussi inutiles.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article