Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

NPA Seine-Eure: En bref... (tract de novembre 2015)

4 Novembre 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA Seine-Eure, #En bref...

NPA Seine-Eure: En bref... (tract de novembre 2015)

PORTONS PLAINTE CONTRE LA SAPN !

Le 6 octobre, plus de 150 personnes se sont rassemblées à Pont de l’Arche pour déposer une plainte collective contre la SAPN pour « mise en danger délibérée de la vie d’autrui » à la sortie 20, à Criquebeuf.

Chacun-e peut s’y joindre en téléchargeant le formulaire sur la page Facebook « la sécurité avant tout », en attendant la création d’une association. Si certains pensent que des aménagements à Criquebeuf suffiront, pour le NPA, la seule solution, c’est de supprimer la cause des bouchons et du danger : le péage d’Incarville. Il faut aussi faire de l’A13 une rocade urbaine d’Incarville à Bourg Achard, ce qui rendrait le contournement-est inutile. Moins de béton et d’asphalte, moins de gaz libérés dans l’atmosphère, plus de trains, plus de transports collectifs (train, covoiturage, bus), moins chers (voire gratuits) , plus fréquents, de qualité, c’est un ensemble : il faut changer le système, pas le climat !

 

CODE DU TRAVAIL, CONVENTIONS COLLECTIVES ET NOS ACQUIS


Une offensive est en cours pour casser le code du travail. Avec ses 3000 pages il serait devenu trop complexe. Mais la "simplification" dissimule... la dérèglementation.

Si le droit du travail est complexe, c’est à cause de la multiplication des dérogations à la loi en faveur du patronat. Exemple : le principe de faveur ; les accords d'entreprise doivent être plus favorables que les accords de branche, et eux-mêmes plus favorables à la loi. Mais il y a de plus en plus d’exceptions, de cas particuliers, de possibilités de dérogations. Le gouvernement et le Medef veulent aggraver ça en permettant que tout soit négociable dans chaque entreprise. Le but n'est donc pas de simplifier le droit du travail, mais de le détricoter.


On a déjà vu, chez Smart, chez Continental, à Air France ou même chez Sanofi, comment les directions savent mettre la pression sur les risques de licenciements, de fermeture ou de délocalisation pour obtenir l’appui de certains "partenaires sociaux". Et "démocratiquement", ils espèrent nous faire accepter de travailler plus pour le même salaire, de flexibiliser notre boulot, et d'engager toutes les régressions sociales.

Il faut défendre l'existence de protections légales qui assurent un minimum d'égalité entre toutes et tous. Défendons le code du travail et les conventions collectives !

 

NPA Seine-Eure: En bref... (tract de novembre 2015)

AIR FRANCE: LE FN A VISAGE DECOUVERT 


«  Le pourrissement de la situation va se traduire inévitablement par des débordements de plus en plus nombreux, comme l’agression de membres de la direction d’Air France, acte aussi inadmissible que condamnable ». Dans la lutte contre 2900 licenciements, alors que 16 manifestant-e-s sont poursuivi-e-s pour deux chemises blanches déchirées, la patronne du FN parle clair : ennemie des migrant-e-s, amie des patrons !

NPA Seine-Eure: En bref... (tract de novembre 2015)

BUDGET 2016 : TOUJOURS PLUS POUR LES MEMES

 

33 milliards d’allégements d’impôts et cotisations sociales dans le cadre du «Crédit Impôt Compétitivité Emploi» et du «Pacte de Responsabilité». Tel est le nouveau pactole offert aux grands patrons par Hollande et Valls pour 2016… et zéro obligation d’embauche: c’est le deal avec Gattaz et le Medef. Pour financer ces cadeaux sans augmenter les déficits publics, le gouvernement compte sur les rentrées de la TVA augmentée l’an dernier, sur la diminution des dépenses publiques (Etat-collectivités) et de protection sociale.

Comment arrêter ce carnage ? Les bagarres locales, les petites luttes victorieuses, il y en a partout. Ce qui manque, c’est un plan de bataille avec l’objectif et les moyens de faire enfin reculer Hollande, Valls et Gattaz.

 

NEGOCIATIONS AGIRC-ARRCO : UN AN DE PLUS A GRATTER !

 

CFDT, CFTC, et CFE-CGC signent avec le MEDEF un accord sur les retraites complémentaires. A partir de 2019, avoir 62 ans et 41,5 années de cotisations ne suffira plus pour le taux plein. Il faudra un an de plus, sinon, ce sera 10% en moins pendant trois ans. Pour les « non cadres », cela ferait 1100€ de perte moyenne par an. Une belle entourloupe, saluée par Valls, bien sûr.

En diminuant les rentrées de cotisations sociales, chômage et blocage des salaires plombent les comptes de la Sécu, de l’AGIRC et de l’ARRCO. Mais avec cet accord pourri, les retraites complémentaires continueront d’augmenter moins que l’inflation ; leur revalorisation aura lieu en novembre au lieu d’avril ; il y aura un «malus» à 62 ans… Et ils ne prétendent même pas équilibrer les comptes ! Ces mesures ne sont qu’un hors d’œuvre. Il serait temps de leur renverser leur repas infect sur leurs belles chemises blanches!

IPNS. Ne pas jeter sur la voie publique.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article