Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Patrice, salut, ta mémoire restera vivante parmi nous !

25 Août 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Luttes Ouvrières, #Les nôtres

Patrice, salut, ta mémoire restera vivante parmi nous !

Hier 24 Août avait lieu l'inhumation de notre camarade Patrice Lepesqueur au cimetière de Pinterville. La présence en nombre de ses proches, collègues de travail, camarades du syndicat CGT et du NPA montre comme il était apprecié et qu'il manquera. Ci- après la prise de parole au nom du NPA de Pierre Vandevoorde rendant hommage à ce héros du quotidien.

 

C’est à moi que revient la charge de saluer la mémoire de Patrice au nom des camarades du NPA.  Et c’est bien normal, puisqu’il y a déjà un moment que nos chemins ont commencé à se croiser. C’était  au début des années 80, quand nous avions acheté à peu près au même moment une maison aux Chalandons. Je me souviens d’une fête organisée par l’association de quartier où nous avons passé une bonne soirée à la même table. Puis il y a eu une grève pour les salaires dans sa boîte, et depuis on a toujours été en contact…  Quand on distribuait tous les mois notre bulletin d’entreprises chez Polygram, devenu ensuite Cinram,  le midi,  il passait à pied en allant au boulot ou en revenant de son équipe, et on discutait toujours le bout de gras…

Plus tard, on s’est aussi retrouvés à l’Union locale CGT. Et quand je lui ai proposé de se présenter avec nous aux élections municipales sur la liste menée par Gérard Prévost, c’est tout naturellement qu’il avait accepté, d’abord en 95, puis en 2001. En 2008, la campagne correspondait aux débuts du NPA, et il avait alors rejoint le parti d’Olivier Besancenot.

Patrice, c’était un gars sur qui on pouvait compter : il mettait un point d’honneur à être en règle, et même souvent en avance, pour sa cotisation. Si il s’engageait à faire une distribution, on savait qu’il n’y avait pas besoin de le lui rappeler, c’était fait et bien fait.

Dans nos réunions, il ne disait pas toujours grand chose, mais il trouvait son compte dans nos échanges et ses réflexions pleines de bon sens nous manquent déjà, de même que son sourire plein de malice et son humour pince-sans-rire… Il nous faisait partager les combats menés avec ses copains de la CGT d’Eurarma, aux côtés de notre camarade Fredo, comme  la grève systématique le lundi de Pentecôte, jour de congé volé par le patronat, ou le bras de fer à rebondissement sur le temps d’habillage-déshabillage et le lavage des bleus….

Patrice s’est éteint mardi dernier, avec Martine à ses côtés, au bout de son ultime combat contre le cancer de l’amiante qui le rongeait.  La vie ne lui avait pas épargné les épreuves, et il compensait comme il pouvait, mais  là, c’est directement la recherche du profit maximum sur le dos des ouvriers qui a semé des ravages dans son corps. Nul doute que ça se paiera, et  le plus cher possible, nul doute que les copains du syndicat ne lâcheront pas l’affaire.

Mais il n’empêche, tu n’es plus avec nous Patrice, et ta disparition nous fait mal. Pour autant, tu ne pars pas sans laisser de trace. Toi qui, un jour qu’on faisait quelques pas dans la cour de l’hosto ensemble avec Fredo, nous disais dans un sourire vouloir faire grève avec le personnel pour le maintien des 35h, tu auras pris ta place dans la grande chaîne du combat ouvrier. Toi qui aimais la vie, ta belle collection de pièces de monnaies, les virées en camping-car, toi qui nous montrais les photos de ta toute petite-fille, tu es tombé, fauché par la rapacité du capital, et ce vide est horrible. Pourtant, il reste quelque chose de toi, car tu as contribué à la permanence de la lutte contre ce système aliénant et oppressif. Tu as contribué à ce que prenne forme, par touches successives, avec parfois de grandes avancées et en ce moment beaucoup de reculs,  l'esquisse d'un monde plus humain et plus solidaire. Patrice, salut, ta mémoire restera vivante parmi nous !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article